10 secrets de tournage du 11e épisode de La vraie nature | 7 Jours
/magazines/7jours

10 secrets de tournage du 11e épisode de La vraie nature

Image principale de l'article 10 secrets de tournage du 11e épisode

La vraie nature propose une émission particulièrement joyeuse avec l’animatrice Kim Rusk, le hockeyeur Guillaume Latendresse et l’acteur Luc Senay, qui forment le dernier trio d’invités de la saison. Mais, en dépit de l’ambiance festive, Jean-Philippe Dion a recueilli d’étonnantes confidences...

Voici 10 secrets de coulisses du dernier épisode de La vraie nature:  

UN LIEN INÉDIT  

Parfois, certains liens entre nos invités nous échappent, et nous découvrons différentes histoires lorsque nos invités se rencontrent. Lors de cette émission, nous avons découvert que Luc et Kim se connaissaient, puisque Luc avait été mandaté pour faire la mise en scène du spectacle qui soulignait les 40 ans de carrière de Patrick Zabé, le père de Kim. Ils se connaissaient donc déjà un peu.

DES SOUVENIRS MARQUANTS  

Pour évoquer l’enfance de Kim, nous avons retrouvé une poupée semblable à celle qu’elle possédait quand elle était jeune et dont elle avait horreur! Grâce à une enregistreuse insérée dans son dos, on pouvait enregistrer sa voix et la rediffuser, ce qui permettait de faire parler la poupée. C’était franchement épeurant! Les parents de Kim se sont séparés quand elle était très jeune. Sa mère était permissive, alors que son père était plus rigide et contrôlant. Kim était en réaction contre lui... Elle a fait des entourloupettes qui ne sont pas passées inaperçues et qui se sont retrouvées à la une des journaux!

DE BONS FRÈRES  

Guillaume a été extrêmement touchant quand il a raconté qu’il était très proche de son frère, Olivier. Ils ont joué au hockey ensemble toute leur jeunesse, et comme tous les jeunes frères, il leur arrivait de se disputer. Mais pour leur père, il était inconcevable que ses fils ne s’entendent pas bien. Il était important pour lui qu’ils soient de bons et gentils frères l’un pour l’autre. Comme il avait lui-même perdu son frère d’un cancer quand il était jeune, il voulait que ses enfants profitent de la vie ensemble.

UNE JEUNESSE SINGULIÈRE  

La jeunesse de Luc est incroyable! Il a vécu une enfance abracadabrante qui n’a aucun bon sens! Une succession d’événements sortant de l’ordinaire lui sont arrivés. Son père menait une double vie: il portait un imperméable dans lequel il dissimulait différents carnets de chèques, qu’il utilisait selon la personne qu’il rencontrait. Il émettait de faux chèques et réussissait toujours à se dérober. Comme la mère de Luc a sacré son mari dehors assez tôt, il a dû lui donner un coup de main et travailler pour subvenir aux besoins de sa famille. Il a, entre autres, été plongeur dans un restaurant de danseuses nues!

UNE FAUSSE RUMEUR  

À ses débuts, les demandes d’entrevues affluaient de toutes parts pour Guillaume. Il avait entre autres reçu une demande du mensuel gai La voix du Village. Il a accordé l’entrevue et s’est prêté à une séance photo sans vraiment connaître le magazine. Après la publication de l’article, une rumeur d’homosexualité s’est mise à circuler. On présumait qu’il s’affichait officiellement. Comme il jouait beaucoup durant cette période, il a plus ou moins suivi ce qui se disait là-dessus, mais la nouvelle a tout de même pris une telle ampleur qu’il a dû faire une rectification publique.      

MAUVAIS CASTING  

À plusieurs reprises, Guillaume nous a surpris par la franchise de ses propos à l’égard de l’industrie du hockey. On comprend que c’est une business qui n’est pas toujours gérée avec cœur, parfois au détriment des joueurs. Il n’a pas été suffisamment accompagné... En plus, on lui a donné le rôle d’un bagarreur, ce qui n’aurait pas dû être le cas. Son nom de famille est Latendresse, et ce n’est pas pour rien! Il aurait été plus heureux dans un rôle qui lui aurait davantage permis de démontrer son talent, plutôt que d’être seulement celui qui frappe les autres joueurs sur la patinoire. On se rend compte que, parfois, on ne donne pas aux gens le casting qui leur convient.      

 

ADOUCIR SON IMAGE 

Après Loft Story, Kim a tenté d’adou- cir son image pour que les gens arrêtent de la voir comme une fille de party. On comprend qu’elle ressentait le besoin de changer pour exercer ce métier, mais que ça n’a pas nécessairement été un succès quand elle a tenté de le faire. Parfois, elle aimerait retrouver cette liberté qu’elle avait avant, ne pas réfléchir à ce qu’elle doit faire ou se demander comment elle doit agir parce qu’elle est une personnalité publique. Finalement, elle a découvert que la radio est vraiment son médium, car c’est là qu’elle a le sentiment d’être le plus elle-même.

BOUFFON POUR GILLES CARLE 

Luc a passé pas moins de quatre auditions pour entrer à l’École nationale de théâtre, sans jamais être accepté. La dernière fois, il a joué une scène des frères Bros vêtu de culottes bavaroises et d’une chemise à jabot, et coiffé d’un siphon de toilette. Il savait qu’il n’allait pas être choisi et a donc décidé de s’éclater. Pendant cette audition, il s’est fait remarquer par la grande comédienne Michelle Rossignol, qui faisait partie du jury. Elle l’a recommandé à Gilles Carle, qui cherchait un bouffon pour un de ses films. C’est ainsi qu’a commencé sa carrière. À ce propos, Luc déteste le mot «carrière». Il ne voulait pas que j’emploie ce mot, car, pour lui, c’est davantage un enchaînement de projets qui l’ont à la fois nourri et fait avancer qu’un ensemble qui forme une carrière.

AU-DELÀ DES STÉRÉOTYPES  

L’invité qui a été le plus ému durant la fin de semaine, c’est Guillaume. Il est confronté aux stéréotypes du joueur de hockey solide, fort, qui refoule ses émotions, ce qui n’est pas du tout le cas! Dès qu’il était question de sa famille, de ses parents, il devenait extrêmement ému. Il a une relation incroyable avec son grand-papa Bob, qui était le statisticien et l’archiviste des matchs de son petit-fils. Guillaume est non seulement un homme de famille, mais aussi un homme de cœur.
 

UN DJ TALENTUEUX  

Guillaume a été notre DJ et nous a fait écouter des chansons de son répertoire favori. Nous avons découvert son exceptionnel talent: il sait toutes les chansons québécoises par cœur! Durant ses jeunes années, quand il jouait au hockey, il voyageait à travers le Québec et écoutait Cité Rock Détente, comme on disait à l’époque. C’est comme ça qu’il a appris ces chansons. Il a révélé que son artiste québécoise préférée est Lynda Lemay. Il connaît toutes ses chansons! C’est quand même étonnant pour un hockeyeur...      

L’épisode de La vraie nature mettant en vedette Guillaume Latendresse, Kim Rusk et Luc Senay sera diffusé le dimanche 3 avril à 21h, à TVA.

Suivez La vraie nature sur les médias sociaux pour du contenu exclusif: facebook.com/lavraienature et instagram.com/lavraienature

À VOIR AUSSI: 34 couples de vedettes québécoises qui nous font croire à l’amour 

s



À VOIR AUSSI: 10 duos d’enquêteurs mémorables de la télévision québécoise

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus