Une émission bien spéciale des Enfants de la télé | 7 Jours
/magazines/tvhebdo

Une émission bien spéciale des Enfants de la télé

MERCREDI 30 MARS, 20 H, RADIO-CANADA

Image principale de l'article Une émission bien spéciale des Enfants de la télé
PÉNÉLOPE ROY-DUMOUCHEL

D’ici quelques mois, les lumières de la grande tour de Radio-Canada s’éteindront pour de bon. Avant de voir s’allumer celles de la Nouvelle Maison de Radio-Canada, André Robitaille nous propose une émission spéciale des Enfants de la télé avec des personnalités, telles que Véronique Cloutier, Jacques Boulanger, France Castel et Bernard Derome, qui ont fait rayonner le mythique édifice du boulevard René-Lévesque.

• À lire aussi:
C'est elle, la nouvelle coanimatrice des Enfants de la télé

André, qu’est-ce que la grande tour emblématique de Radio-Canada évoque pour vous?
Elle évoque une trentaine d’années de ma vie, c’est déjà pas mal! Je suis entré dans la grande tour de Radio-Canada en 1991 avec Vazimolo. J’ai alors goûté à la grosse machine radio-canadienne qui fait office de légende aujourd’hui. C’est-à-dire que mon émission bénéficiait des extraordinaires talents des gens des ateliers de décors et de costumes. J’ai alors côtoyé ceux qui avaient travaillé sur les émissions qui ont bercé mon enfance, de La Ribouldingue à La souris verte. 

Quelles sont les rencontres qui vous ont le plus marqué dans ces lieux?
Je me souviens très bien de ma première journée dans la tour. Je commençais, donc je ne connaissais personne, mais il y a un gars trop gentil qui est venu me serrer la main pour m’accueillir et m’offrir son assistance: c’était Gaston L’Heureux. Je me rappelle aussi un Gilles Latulippe m’ouvrant la porte en disant: «Après vous, Monsieur!» J’ai décliné pour le laisser passer et il m’a remercié de ce que je faisais pour les jeunes. Il y a aussi Bernard Derome, que j’ai rencontré à mes débuts. Au moins une fois par semaine, alors que je restais tard pour écrire les textes de Vazimolo et qu’il préparait Le Téléjournal, nous partagions un repas ensemble à la cafétéria. Pour moi, c’est un peu ça, la grande tour: le petit jeune qui travaille sur une émission pour enfants qui échange avec un journaliste chevronné et sérieux comme Bernard Derome. 

PÉNÉLOPE ROY-DUMOUCHEL


• À lire aussi: André Robitaille incarnera un méchant pour la toute première fois à la télé

À quoi peut-on s’attendre comme ambiance dans cette émission spéciale sur le déménagement?
Nous ne sommes pas du tout dans le cafard, nous rions beaucoup et nous nous remémorons de beaux souvenirs! Ce sera une émission remplie de plaisir qui rappellera aux gens la force d’une machine extraordinaire avec ses variétés, ses paillettes, ses musiciens et ses techniciens. Nous allons, entre autres, souligner les émissions tournées au studio 42, qui est le plus gros au Canada. Une foule d’artistes s’y sont donnés à fond, comme Véronique Cloutier et France Castel, deux femmes exceptionnelles de notre télévision qui y ont travaillé à des époques différentes. 

On connaît déjà la légende des fantômes du vieux Forum de Montréal, sentez-vous la présence de pionniers qui vous ont précédé au studio 42?
Je sens leur héritage, surtout lorsque je peux voir les gradins du studio 42. Notre décor est fermé devant les gradins, mais quand on y a accès, je me remémore mes samedis avec Jacques Boulanger et tout ce qui s’est vécu en ce lieu. Je me sens d’autant plus privilégié de pouvoir m’asseoir là à mon tour et d’avoir les mains sur le volant d’une émission diffusée partout au Canada! 

PÉNÉLOPE ROY-DUMOUCHEL


• À lire aussi: C'est la fin pour l'émission 1res fois

Est-ce que la prochaine saison des Enfants de la télé sera également tournée au studio 42?
C’est une excellente question, car la situation a changé mille fois depuis le début du projet de déménagement, et la pandémie de covid-19 n’a pas aidé à préciser les choses. Ce que je sais, pour le moment, c’est que nous commencerons à tourner la prochaine saison dans la tour et qu’après quelques épisodes, nous déménagerons dans la Nouvelle Maison de Radio-Canada. 

Votre coanimatrice, Édith Cochrane, a annoncé son départ de l’émission cet hiver. Comment avez-vous réagi à sa décision?
J’ai été déçu, car j’adore Édith, mais j’ai très bien compris sa décision. Elle m’a téléphoné à la maison quelque temps avant sa grande annonce publique pour m’expliquer ses raisons. Elle est heureuse, mais a envie de relever de nouveaux défis. J’ai eu une chance exceptionnelle d’être à ses côtés pendant huit ans. Elle est brillante et super agréable à côtoyer. Elle n’avait pas un boulot facile, mais elle a réussi à le faire avec bienveillance et empathie pour nos invités. 

PÉNÉLOPE ROY-DUMOUCHEL


• À lire aussi: La deuxième saison de C’est plus qu’un jardin tournée à Montréal

UN PETIT SOUVENIR DU STUDIO 42
En prévision de son départ de la grande tour, André Robitaille nous a avoué préparer un petit larcin. «Ça fait deux ans que je suis là-dessus. À l’entrée du 42, il y a une pancarte qui tient par des chaînes au plafond, je veux l’avoir pour l’afficher devant mon bureau à la maison. J’ai bien tenté de la prendre en catimini, mais j’ai vu les caméras de surveillance qui m’épiaient. J’ai passé proche d’y arriver en simulant un reportage là-dessus, mais ça n’a pas marché. J’ai encore quelques idées et quelques complices pour mettre mon projet à exécution d’ici le déménagement», s’amuse l’animateur.

À VOIR AUSSI: 19 comédiens québécois qui ont incarné une personnalité connue

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus