Mélissa Désormeaux-Poulin vit le plaisir de donner la réplique à sa fille à la télé | 7 Jours
/magazines/7jours

Mélissa Désormeaux-Poulin vit le plaisir de donner la réplique à sa fille à la télé

Image principale de l'article Le plaisir de donner la réplique à sa fille
Photo : Dominic Gouin

La comédienne aime les défis et aller là où sa carrière ne l’a pas encore menée. C’est la raison pour laquelle elle a sauté à pieds joints dans la proposition de Lac-Noir, une série mélangeant enquête policière et horreur. Elle y incarne Valérie Roberge, une policière qui quitte la grande ville pour se retrouver dans un petit village des Laurentides où il se passe des choses plutôt étranges... Entrevue avec la comédienne.

• À lire aussi: Mélissa Désormeaux-Poulin révèle s'être blessée sérieusement lors d'un tournage

• À lire aussi: Mélissa Désormeaux-Poulin dévoile une transformation extrême réalisée grâce à la magie des effets spéciaux

Mélissa, qu’est-ce qui t’a amenée à dire oui à la proposition de Lac-Noir?
Simplement parce que c’est quelque chose qui sort de l’ordinaire, même si les deux premiers épisodes ne sont pas tellement représentatifs de ce que sera la série par la suite. Je ne connaissais pas tant les séries de genre et d’horreur, mais je trouve que c’est bien ficelé. Je pense qu’on avait le goût d’avoir une telle série au Québec et c’est le fun qu’on ose le faire. C’est une série accessible qui peut toucher pas mal tout le monde. Mon but personnel, dans ma carrière, est de ne jamais refaire la même chose deux fois, et je suis servie avec ce beau rôle. Ça me sort vraiment de ma zone de confort. 

Tu retrouves aussi le réalisateur Frédérik D’Amours, avec qui tu as travaillé il y a quelques années...
Oui, sur le film À vos marques... Party!, il y a déjà 15 ans. J’avais vraiment envie de retravailler avec lui et j’aurais probablement dit oui à n’importe quel projet. J’ai beaucoup de respect pour cet homme à plein de niveaux, et c’est aussi un ami. Il m’a parlé de ce projet pour la première fois il y a cinq ans, et la seule chose que je savais est que ça allait être une série de genre, entre l’horreur et le fantastique. Quand j’ai lu les épisodes, des années plus tard, j’ai dévoré chacun d’eux et je tenais absolument à jouer ce personnage. 

Club illico

• À lire aussi: Voyez les premières images de la mystérieuse nouvelle série Lac-Noir

Que peut-on dire de Valérie?
Elle est la straight de la gang. C’est elle qu’on va suivre durant toute la série et qui amène le spectateur dans le village. C’est un personnage vraiment le fun à jouer, parce qu’il faut constamment rester dans un état de peur et de drame. Ç’a été une partie de plaisir de jouer cette policière qui quitte la ville et sa frénésie pour une vie plus calme dans un village avec son fils. Le plus drôle dans tout ça, c’est que je suis une peu- reuse dans la vie, donc je ne connaissais pas tant les codes de l’horreur. Mais j’ai adoré tourner ce genre de projet. L’équipe était complètement passion- née et investie comme j’ai rarement vu.      

On te verra aussi dans Classé secret ce printemps. Que peut-on dire de cette série?
On entre dans le monde des agents des services secrets du Canada. Ça raconte l’histoire de deux agents secrets qui sont amoureux l’un de l’autre et qui mènent une vie qui est tout sauf nor- male. Dès le premier épisode, on va découvrir qu’il y a une taupe dans le service, et les regards vont beaucoup se tourner vers mon personnage. C’est la prémisse de cette grande histoire d’amour et de trahison.

• À lire aussi: Voyez la première bande-annonce Classé SECRET avec Mélissa Désormeaux-Poulin et Patrick Labbé

• À lire aussi: Mélissa Désormeaux-Poulin réalise un fantasme en se glissant dans la peau d’une espionne

Ta fille Florence joue dans la série Entre deux draps. Qu’est-ce que ça te fait de voir ta fille suivre tes traces?
Elle m’impressionne vraiment, elle est comme un petit diamant brut. Dans la vie, Florence est une petite fille très tranquille, sage et douce, mais quand elle joue ce personnage, je la regarde aller et je me demande si c’est vraiment ma fille. Elle m’impressionne tellement elle est bonne dans le rôle d’une fillette espiègle et un peu peste. Je pense qu’elle a vraiment ce qu’il faut pour faire ça dans la vie.      

Noovo


• À lire aussi: Mélissa Désormeaux-Poulin a fini par accepter que ses filles suivent ses traces

Quand a-t-elle manifesté un intérêt pour le jeu?
C’est tout récent, même que c’est beaucoup plus ma grande fille Léa qui s’intéressait au jeu, et je l’ai rete- nue longtemps. Je ne le cache pas, j’aurais préféré qu’elles fassent autre chose, mais je me suis résignée à les laisser jouer et, pour l’instant, on voit ça comme une activité parascolaire. Il ne faut pas que ça prenne trop de place. Florence a décroché deux rôles en même temps, mais je trouvais que c’était trop, alors on a fait un choix et on a opté pour Entre deux draps parce que c’était un tournage raisonnable qui ne prenait pas trop de temps dans son horaire. 

Es-tu la maman qui l’accompagne sur les plateaux?
Non, c’est mon conjoint qui l’accompagne parce que, souvent, je suis en tournage. Je pense aussi que c’est une bonne idée que ce soit lui. J’ai moi- même grandi sur les plateaux et je veux laisser toute la place à ma fille. Je ne veux pas qu’elle soit perçue comme la fille de... Je veux qu’elle fasse son propre chemin, dans le laisser-aller. On est bien équipés pour l’entourer. En plus, elle est entre bonnes mains avec Karine Gonthier-Hyndman et Guillaume Girard, qui jouent ses parents dans la série. Elle est totalement en confiance avec eux, et ce sont deux grands comédiens. 

Tu donnes aussi la réplique à ta fille Léa dans Survivre à ses enfants.
Oui, elle joue dans la même série que moi. Elle incarne la meilleure amie de ma fille. J’ai du plaisir à jouer avec elle. C’est certain que je suis une maman avant tout, je passe ma journée à lui demander si elle est correcte, si tout va bien, mais c’est un plaisir de la voir aller. Dans cette série, j’incarne Nadine, une maman de quatre enfants qui est baba cool et qui aide ses amies à être mamans. C’est un rôle qui me ressemble et c’est une belle série qui est tout à fait décomplexante pour les parents. 

Photo : BERTRAND CALMEAU


• À lire aussi: Les filles de Mélissa Désormeaux-Poulin offrent une entrevue hilarante pour les 40 ans de leur mère

• À lire aussi: Les filles de Mélissa Désormeaux-Poulin font leur meilleure imitation de leur mère et elles sont craquantes

Sinon, as-tu d’autres projets?
J’ai un gros projet qui m’habite, mais dont je ne peux pas parler pour l’instant. Sinon, ces jours-ci, des capsules sont lancées pour la Fondation Marie- Vincent, qui vient en aide aux enfants victimes de violence sexuelle. C’est une cause qui me tient à cœur, et je suis très fière de ces capsules vidéos dans lesquelles 12 personnalités appa- raissent pour la cause.      

Lac-Noir est offert sur Club illico.
Survivre à ses enfants, vendredi 21 h, à Radio-Canada.
Classé secret, jeudi 21 h, dès le 31 mars, à addikTV.
Pour voir les capsules vidéos de la Fondation Marie-Vincent: facebook.com/ FondationMarieVincent.

À VOIR AUSSI: 35 enfants de vedettes québécoises qui suivent les traces de leurs parents  

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus