Voici pourquoi les enfants d'Alexandre Goyette refusent de le voir jouer à la télé | 7 Jours
/magazines/echosvedettes

Voici pourquoi les enfants d'Alexandre Goyette refusent de le voir jouer à la télé

Image principale de l'article Pourquoi ses enfants refusent de le voir jouer
Photo : Eric Myre

Alexandre Goyette fait partie de la distribution de la série jeunesse Le pacte. Il a côtoyé à nouveau des jeunes sur ce tournage et il adore constater comme la relève a du talent. Il aimerait bien que ses propres enfants soient témoins de ses prouesses à l'écran, mais ils ne veulent pas regarder papa jouer à l'écran.

• À lire aussi: Alexandre Goyette vit un tournant dans sa carrière d'acteur

• À lire aussi: Alexandre Goyette reprend son rôle de motard dans C'est comme ça que je t'aime

s

Alexandre Goyette est Jason, le papa d’Arnaud (Léokim Beaumier-Lépine), l’un des jeunes héros dans Le pacte, la nouvelle série jeunesse de Télé-Québec. Un autre rôle de père pour le comédien. «Je suis quand même jeune, j’ai juste 42 ans. Mais je dégage l’énergie d’un homme mature, avec les cheveux blancs qui m’assagissent.» 

Son rôle de père dans Le pacte est à des lunes de celui qu’il interprète dans Six degrés. «Je n’aurais pas accepté de jouer un rôle similaire, note-t-il. On va voir comment ce papa — un policier qui est très carré, très rationnel dans sa relation avec son fils — va s’assouplir. Il a quand même une grande sensibilité avec son fils. Il est très présent pour lui et très à l’écoute de ce qu’il vit. Je trouve intéressant cet amalgame d’émotions.»

ÉPAULER LES JEUNES
L’homme d’expérience côtoie à nouveau de jeunes talents. «Les jeunes acteurs sont bons. Léokim Beaumier-Lépine, qui joue mon fils, n’a pas beaucoup d’expérience et n’a pas fait d’école de théâtre; il a un talent brut! Je suis très impressionné de voir ça et privilégié de le côtoyer, lui et les autres jeunes qui sont super dynamiques et qui ont la vie devant eux!» 

Alexandre est-il un mentor pour eux sur le plateau? «J’aimerais l’être, mais on n’a pas beaucoup de temps entre les scènes. Et il y a des réalisateurs qui sont là pour eux. Je les laisse venir à moi. Des fois, quand ça s’y prête, je trouve important de partager mon expérience en prodiguant des conseils, mais je ne veux pas qu’ils aient l’impression que je suis là pour leur dire quoi faire! J’aime les épauler.»

PRÉSENT À L’ÉCRAN, MAIS...
Au cours de la dernière année, en plus du Pacte et de Six degrés, l’acteur a tourné dans La Confrérie, diffusée le lundi à19h30, à Noovo,et dans C’est comme ça que je t’aime, qu’on verra en mars sur l’Extra de Tou.tv. On le verra aussi éventuellement dans les films Les tricheurs et L’affaire, tournés respectivement en2020 et 2021. Se considère-t-il comme privilégié de travailler autant? «Oui, je le suis, mais ce ne sont pas des rôles principaux; je fais de petits rôles. Je n’ai donc pas beaucoup de jours de tournage.» Il veut remettre les pendules à l’heure quant au métier de comédien. «J’ai eu de grosses années, mais je me souviens d’une année où j’étais dans trois séries, alors que je n’avais eu que 15 jours de tournage.» 

Sa fiancée, Geneviève Côté, a tourné le dos au métier de comédienne trop instable et est maintenant sexologue et psychothérapeute. A-t-elle des regrets lorsqu’elle voit qu’Alexandre continue de bien mener sa barque? Et lui, lorsqu’il la voit évoluer dans une carrière plus stable et qui offre une sécurité financière, l’envie-t-il? «Je sais que Geneviève n’a aucun regret. Et moi, je n’ai pas du tout envie d’épouser une autre carrière. Mon rapport à la précarité n’est pas le même qu’il était quand j’ai eu mon premier enfant ou que j’ai acheté ma maison. Aujourd’hui, je me calme par rapport à ça. Puis, j’entreprends des projets. En ce moment, je travaille sur un très gros projet d’écriture. Et j’écris un autre show de théâtre, un autre monologue. Ce sont vraiment des projets personnels.»

L’ENVIE DE PARTAGER
Peu à peu, avec ses rôles dans des séries jeunesse, il rejoint ses enfants, Laurent, sept ans, et Adèle, quatre ans, comme public. Mais pourtant... «Mes enfants refusent de me voir jouer. Ils n’aiment pas ça. Ça me faisait un peu de peine au début, car j’ai envie de partager des affaires avec eux, mais je pense qu’ils ne me reconnaissent pas et ça les trouble, confie-t-il. L’autre jour, j’ai réussi à montrer à mon fils un bout de La théorie du chaos, parce qu’il me parlait de lutte, et je lui ai dit que j’en avais déjà fait.» Peut-être qu’en vieillissant, les deux bambins se mettront à regarder papa à l’œuvre... «S’ils sont comme moi, à l’adolescence, ils vont vouloir se distancier de leurs parents.»      

On peut voir Le pacte du lundi au jeudi à 18 h 30, à compter du 14 février, à Télé-Québec.

À VOIR AUSSI: Les premiers baisers les plus attendus de la télévision québécoise  

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus