Une nouvelle série pour contrer les préjugés | 7 Jours
/magazines/lasemaine

Une nouvelle série pour contrer les préjugés

Image principale de l'article Une nouvelle série pour contrer les préjugés
Marcel Cristocea

Démystifier certains tabous qu’on attribue à la communauté noire et multiethnique, c’est le pari que s’est donné Schelby Jean-Baptiste, entourée d’Irdens Exantus et de Keithy Antoine. Une série qui désire ouvrir un dialogue positif entre les communautés.

• À lire aussi: Ingrid Falaise rencontre de proches de victimes de féminicides dans ce nouveau documentaire

TOU.TV/Marcel Cristocea

• À lire aussi: Changement au sein du duo à l'animation des Enfants de la télé

À 28 ans, Schelby JeanBaptiste — la dévouée intervenante sociale de L’Échappée — a eu son lot de questionnements en tant que jeune femme noire. Si dans son parcours elle a ressenti parfois de l’indignation face à des injustices, elle en est venue à penser que l’ouverture à l’autre était la meilleure des solutions. Le besoin de pousser plus loin le dialogue est à la base de ce projet pour toucher au cœur des problématiques, aux idées reçues et aux tabous peu abordés dans les médias au Québec. à

«Je voulais créer un réel pont entre les communautés culturelles. Bien qu’on soit trois personnalités d’origine haïtienne à la barre de l’émission, je crois que toutes les personnes racisées, blanches et même l’industrie se retrouveront dans nos interrogations. Mon but était d’avoir un véritable face-à-face pour aborder divers sujets en profondeur, sans jugement et dans l’amour!» 

• À lire aussi: Jessica Barker à la tête d’un documentaire sur la dépression post-partum

En toute franchise

Pa t’mentir, c’est l’abréviation de «On ne va pas se mentir!» utilisée dans le slang créole montréalais — surtout chez les Haïtiens —, même si l’expression s’est répandue ces dernières années.

De fait, dans les huit épisodes d’une vingtaine de minutes chacun, on traitera avec franchise de sujets parfois méconnus de la communauté blanche et souvent tabous dans la communauté noire. «Chaque épisode part d’une expérience personnelle. On abordera, entre autres, le hip-hop, un genre musical issu de la communauté noire et dont les visages médiatisés au Québec sont plus souvent des Blancs. On cherchera à en comprendre les raisons. Et le féminisme, est-il différent selon l’origine?» 

Ils parleront de masculinité toxique, de colorisme — une discrimination basée sur la couleur de la peau au sein même d’une communauté où la carnation plus claire est mieux vue — et de profilage racial. «C’est l’épisode qui a été le plus dur à tourner et qui m’a le plus bouleversée. J’ai des grands frères et, depuis que je suis petite, je suis consciente de cette réalité. J’en ai été témoin.»

Un trio inspirant

 

Tout.tv/Marcel Cristocea


Schelby s’est entourée de deux artistes qu’elle connaît bien. «Irdens Exantus, c’est comme mon frère! On s’est connus à un stage à l’École nationale de théâtre il y a quelques années, et ça a cliqué! Il m’était impossible de mener ce projet sans lui. Et je connais Keithy Antoine depuis 10 ans.» Maintenant à la fin de la quarantaine, la mère de famille, qui est animatrice depuis longtemps, a créé Espace urbain, un lieu de diffusion pour des artistes afros. «C’est une femme exceptionnelle qui nous apportera un point de vue intéressant sur l’évolution des mentalités.»

Pa t’mentir, dès le 2 février, sur Tou.tv

À VOIR AUSSI: 10 émissions pour voyager en direct de votre salon

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus