Rare acteur trans à la télé, Lé Aubin a le désir de changer les choses | 7 Jours
/magazines/echosvedettes

Rare acteur trans à la télé, Lé Aubin a le désir de changer les choses

Image principale de l'article Lé Aubin a le désir de changer les choses
Marlene Gelineau-Payette

Un tout premier grand rôle à l'écran, dans Toute la vie, c'est formidable. Mais pour Lé Aubin, qui est un acteur trans, ça l'est doublement, puisqu'il est un modèle de diversité encore trop rare à la télé...

• À lire aussi:
Mauvaise nouvelle pour les fans de Toute la vie

Il est Lucas Arditti dans Toute la vie. Cet ado fréquente l’école Marie-Labrecque parce que, en plein processus de changement de sexe, il est tombé enceinte et vient de donner naissance à une fille. Lé Aubin est un véritable acteur trans. Il s’appelait autrefois Léa. Enfin, ce rôle met davantage son talent en lumière. «C’est sûr que ce personnage a eu des répercussions sur ma carrière d’interprète. C’est la première fois qu’on me confiait un premier rôle à la télé. Ça change un peu mon quotidien, dans la mesure où je m’en fais parler, avoue-t-il. Il y a tellement peu de représentativité de personnes trans à la télé québécoise, et encore moins de personnes trans masculines. Je pense que ça aura un impact.»

AU-DELÀ DE LA TRANSSEXUALITÉ
Lé croit-il qu’un jour on lui offrira des rôles qui ne mettront pas l’accent sur sa réalité de trans? «J’espère qu’on atteindra un point où il y aura des personnages trans qui parleront de plein d’autres réalités. C’est comme ça que j’ai essayé d’aborder le personnage de Lucas, dans le sens où, oui, il a sa transidentité qui est centrale dans sa vie parce qu’il est au début du processus, mais il y a aussi son rapport à l’école, à ses relations, à sa famille... J’ai essayé de le décliner pour que toutes les autres facettes de sa vie prennent de l’importance. J’espère que les comédiens trans seront engagés pour toutes sortes de choses. Je viens du milieu théâtral et, dans ce domaine, je sens que c’est en train d’arriver. J’imagine que toutes les autres formes d’art vont suivre.»

QUEL ÂGE LUI DONNEZ-VOUS?
Lé ne fait pas son âge. Dans Toute la vie, il joue un ado, mais dans la réalité, il a 28 ans. «Je ne perçois pas ça comme quelque chose de problématique. Ça ne me fait pas peur. Je suis conscient que mon âge me rattrapera un jour.» 

RADIO-CANADA


• À lire aussi: Roy Dupuis salue le talent des jeunes acteurs dans Toute la vie

QUÉBEC LUI A PERMIS DE SE RÉVÉLER
Lé Aubin a amorcé sa transition à sa sortie du Conservatoire d’art dramatique de Québec, en 2015. Sa famille a très bien réagi. Comme Lé n’était plus un ado, il considère avoir fait le grand saut sur le tard. «J’étais jeune, 23 ou 24 ans, mais je pense qu’aujourd’hui, il y a une génération qui aborde ça dès l’adolescence, qui a les termes pour en parler. Moi, je n’en avais pas à l’adolescence ni au début de ma vingtaine», admet-il. 

C’est à Québec que le Montréalais s’est finalement trouvé. «Quand j’ai fait le Conservatoire d’art dramatique de Québec, je m’identifiais comme une femme. C’est après, quand je me suis mis à voler de mes propres ailes et à me développer comme artiste et comme personne, que j’ai pu prendre le temps de faire face à ces enjeux-là.»

NON BINAIRE
Lé est passé de femme à homme, mais il est non binaire, c’est-à-dire qu’il ne s’identifie pas à un sexe en particulier. Il s’est beaucoup cherché et a eu du mal à savoir à qui s’identifier. «Je n’avais pas vraiment de représentativité dans ce que je consommais comme culture. C’est plus tard que je me suis mis à découvrir qu’il existe des tonnes d’artistes trans, non binaires... Ce n’est pas tant que je me suis cherché longtemps, mais ç’a pris un certain temps avant que j’aie accès à des modèles et que je comprenne tout ce qui se passait en moi.» 

Il tient à préciser que l’identité de genre et l’orientation sexuelle sont deux choses séparées. «On ne peut pas présumer de l’orientation sexuelle d’une personne trans, explique Lé. Moi, du plus loin que je me souvienne, le genre ou le sexe de la personne m’a toujours peu importé dans mes relations.»

LE THÉÂTRE, SON PREMIER AMOUR
Contrairement à bien des acteurs qui vont vers la métropole pour faire de la télé et du cinéma, Lé se dit bien dans la capitale nationale, où le théâtre est roi et maître. «J’aime le milieu théâtral de Québec; je m’y sens bien.» Le théâtre et la mise en scène sont ses principales activités professionnelles. «J’ai une compagnie de production, le théâtre Kill ta peur; on fait des projets de création.» Au printemps, il devrait monter sur les planches du théâtre La Bordée pour jouer Made in Beautiful (La belle province). C’est à suivre.

Ne manquez pas Toute la vie les mardis à 20 h, à Radio-Canada.

À VOIR AUSSI: Les 17 plus beaux couples de la télévision québécoise 

s



À VOIR AUSSI: 10 émissions pour voyager en direct de votre salon

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus