Guylaine Tremblay emprunte un nouveau chemin professionnel après 37 ans de carrière | 7 Jours
/magazines/7jours

Guylaine Tremblay emprunte un nouveau chemin professionnel après 37 ans de carrière

Image principale de l'article Un nouveau chemin après 37 ans de carrière
Photo : Julien Faugère

J’entre doucement dans le studio photo où nous avons rendez-vous. Cachée derrière d’immenses paravents, Guylaine me crie: «Ça va bien, Joël?» Je m’avance pour la saluer et je l’aperçois, l’air gamin. «Comme tu es belle!» lui dis-je. «J’étais pas de même à matin, j’te l’confirme!» Un éclat de rire spontané retentit dans toute la pièce. Cette spontanéité décrit tellement bien l’humaine exceptionnelle qu’est Guylaine Tremblay. Elle termine sa séance photo et demande à Julien, le photographe: «J’peux-tu enlever mes talons hauts, là? Ça fait deux ans que je m’habille en mou, j’suis plus habituée!» «Non! Je vais prendre des clichés pendant l’entrevue.» «OK! Mais j’te garantis que tout de suite après, je les lance dans la poubelle!» D’autres éclats de rire se font entendre dans le studio. Rencontre avec une comédienne et une femme au sommet de son art.

 • À lire aussi: Mariana Mazza tente sa chance à Star Académie, et c'est à hurler de rire

• À lire aussi: Marc Dupré se prononce sur les nouveaux profs de Star Académie

Guylaine, qu’est-ce que ça évoque pour toi, être professeure à Star Académie?
Premièrement, quand on m’a sollicitée pour ce mandat, j’ai été très surprise, mais tout de suite, ça m’a ramenée à moi quand j’étais étudiante. Ça m’a replongée dans mes auditions pour mon entrée au conservatoire. Ça m’a rappelé toute la fébrilité ressentie juste avant de présenter ma scène devant les juges, suivi de l’attente interminable des résultats, puis l’euphorie d’embarquer dans un grand voyage. Et là, je me suis dit que c’était tout ça qu’allaient vivre les Académiciens.

Photo : Julien Faugere

 • À lire aussi: Voici les 7 nouveaux candidats choisis lors de l'audition finale de Star Académie 2022

Tu commences donc ton rôle de professeure avec une immense empathie envers eux!
Exactement! Je sais ce qu’ils auront à vivre, je suis passée par là aussi. 

Comment réagiras-tu au départ des Académiciens, chaque semaine?
Les vétérans m’ont avertie que ce sera difficile. Déjà, j’ai vécu les auditions; on est passés de 30 à 19 candidats, et j’ai trouvé ça épouvantable à vivre! Ce métier, quand on l’a dans le sang, on veut le faire. Mais je me console en me disant que s’ils veulent vraiment faire leur place dans la vie, ils peuvent y arriver par n’importe quel chemin.

As-tu déjà enseigné dans ta carrière?
Non! Et ça fait des années que mon amoureux me dit que je devrais le faire. Mais je n’en avais pas le temps. La pandémie m’aura permis d’aller à la rencontre de rêves que j’avais depuis longtemps; mon métier me propulse à des endroits où je ne serais jamais allée auparavant. 

Photo : Julien Faugere

• À lire aussi: Marc Dupré souhaite être à la hauteur pour l'animation de Star Académie

Comment vois-tu ton rôle de professeure?
Je suis d’abord convaincue que ces jeunes-là vont m’apprendre plein de choses sur moi. J’ai envie d’être en position d’échange plus que de hiérarchie. Nous sommes dans une ère d’égalité. Oui, j’ai des choses à leur apprendre, car j’ai une expérience qu’ils n’ont pas, mais dans leur belle jeunesse et leur pureté, ils ont aussi beaucoup à m’enseigner. 

Comment te prépares-tu pour ce nouveau défi?
Je suis une première de classe, alors je me prépare depuis déjà très longtemps! (rires) Cela dit, même si j’ai établi un plan de cours, je serai ouverte à répondre aux besoins spontanés des jeunes. Je sens que j’ai une grande responsabilité envers eux. Ils s’apprêtent tous et toutes à faire un grand saut dans le vide. Et je veux les aider du mieux que je peux à fleurir.

À l’époque du conservatoire, quel genre d’étudiante étais-tu?
Je vais t’avouer quelque chose dont je ne suis pas tellement fière... Je suis arrivée au conservatoire un peu paresseuse et insouciante. J’étais très jeune et je prenais ça un peu à la légère. Les professeurs ont été très brillants, car lors de mon premier examen, ils m’ont dit que ce qui fait la différence entre une bonne et une très bonne actrice, c’est la sueur, le travail. C’est là que j’ai compris ce qu’était mon métier. S’il y a des jeunes qui sont comme j’étais, je vais pouvoir les repérer et les aider en ce sens. 

Quel enseignement tiens-tu vraiment à transmettre à tes élèves?
Je voudrais qu’ils ne chantent jamais que pour eux-mêmes. S’ils ont choisi de chanter devant des gens, il faut qu’ils développent toute la force d’interprétation, la générosité et toute la vérité requise pour bien le faire. Une des premières questions que je veux leur demander, c’est pourquoi ils veulent chanter. 

• À lire aussi: À la fois heureux et ému, Claude Legault revient sur sa petite apparition au Bye Bye 2021

Julien Faugère

• À lire aussi: Voici tout ce que vous devez savoir sur la saison 2022 de Star Académie

Justement, tu t’apprêtes à remonter sur scène. Pourquoi choisir de le faire alors qu’on connaît le stress qui s’y rattache?
J’ai envie de vibrer avec du vrai monde. Aujourd’hui, on peut être virtuellement avec une personne vivant à Hong Kong, mais il est de plus en plus rare qu’on puisse tous être rassemblés dans une même salle, connectés aux mêmes émotions, en même temps. C’est ce dont j’ai envie. 

Parle-moi de ton spectacle à venir qui s’intitule J’sais pas comment, j’sais pas pourquoi.
Je vais chanter Yvon Deschamps et me raconter à travers ses chansons. Je suis en amour avec lui depuis que je suis toute petite. Pour moi, le cliché du joueur de football, ce n’était pas ma tasse de thé. Moi, j’aimais Yvon Deschamps pour l’intelligence, la sensibilité et l’humour qui se dégagent de ses yeux! 

• À lire aussi: Guylaine Tremblay de retour dans sa région natale

Pourquoi faire ce spectacle maintenant, alors que tu en rêves depuis des années?
C’est grâce à la pandémie! Je me suis dit: ça y est, j’ai du temps! J’ai appelé mon ami Michel Poirier et je lui ai parlé de mon projet. Il m’a demandé pourquoi je voulais chanter Yvon Deschamps. Je lui ai tout de suite dit que, lorsque j’écoute ses chansons, ça me ramène à des moments tellement importants de ma vie, de ma jeunesse à aujourd’hui. Ça me rappelle mes amours, ma famille, mes réflexions sur la vie et la mort. C’est là qu’il m’a dit que c’est pour toutes ces raisons que je devais le faire, ce spectacle. 

Photo : Julien Faugere

Tu vas donc te raconter à travers les chansons de Deschamps...
Oui. J’ai travaillé avec Michel aux textes. J’ai aussi eu la chance d’avoir la plume de Simon Boulerice dans tout ça! Je pense qu’on a besoin de douceur présentement, et c’est ce que ce spectacle va offrir. Je veux donner l’espoir que l’amour peut arriver à tous ceux qui en manquent. Avec le travail que j’ai fait sur moi-même dans l’élaboration de ce spectacle, je me suis rendu compte que j’ai toujours été une enfant aimée. Et ça a tout changé dans ma vie.

Ta vie a aussi changé cette année; tes deux filles ont quitté la maison. Comment as-tu vécu cette période d’adaptation?
Pour vrai, je pensais pleurer ma vie lorsque mes filles quitteraient la maison, mais ce n’est pas ce qui s’est passé! J’ai tellement participé à leur processus de déménagement. À l’arrivée de leur nouvelle vie, je les ai vues heureuses. Je me suis souvenue, encore une fois, comme j’étais contente lorsque j’ai emménagé dans mon premier appartement. J’ai eu un pincement au cœur parce que je me suis rendu compte à quel point la vie passe vite, mais les voir si heureuses et épanouies m’a remplie de bonheur. 

Tu n’as donc pas trouvé la maison vide?
Oui, mais j’y ai vite remédié; je me suis acheté un petit chien! (rires) Colette pèse cinq livres, mais on dirait qu’elle en pèse 800 tellement elle prend toute la place dans la maison! (rires)
 

J’ai terminé notre entretien en demandant à Guylaine ce qu’on pouvait lui souhaiter pour l’année 2022. Elle m’a répondu, tout simplement, la santé! Et elle a tellement raison. Plus que jamais, on réalise la richesse d’être au sommet de notre santé physique, mentale et spirituelle. Guylaine et moi avons quitté le studio ensemble et avons jasé plusieurs minutes de nos débuts de carrière et de la chance que nous avons de toujours faire ce métier qui nous est si cher. J’en profite aussi, chers lecteurs, pour vous souhaiter une année 2022 remplie de douceur, d’amour et de lenteur (oui, vous avez bien lu!). Imaginez qu’on arrive tous à vivre plus doucement, cela nous permettra entre autres d’immortaliser de beaux moments tout au long de l’année afin de les imprégner dans notre esprit, tout comme celui que je viens de vivre avec Guylaine. Soyez heureux!

Star Académie, la quotidienne, lundi au jeudi 19 h 30, à TVA et TVA +.
Star Académie, le Variété, dimanche 19 h, à TVA et TVA +.
Restez connectés serrés avec les Académiciens grâce aux caméras 24/7 offertes en exclusivité aux clients Mobilité et Helix Télé de Vidéotron.
Les billets pour le spectacle J’sais pas comment, j’sais pas pourquoi sont en vente à productionsmartinleclerc.com.

À VOIR AUSSI: Toutes les grandes stars qui ont chanté avec les Académiciens au fil des ans

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus