Maxime Landry rend un hommage vibrant à sa mère, la personne la plus importante sa vie | 7 Jours
/magazines/lasemaine

Maxime Landry rend un hommage vibrant à sa mère, la personne la plus importante sa vie

Image principale de l'article Maxime Landry rend un hommage vibrant à sa mère
Photo : SIMON CLARK

Maxime Landry poursuit sa tournée jusqu’au 23 décembre. Malgré un horaire chargé, il a tenu à prendre le temps de rendre hommage à sa mère, Doris Bégin, qui l’a soutenu dans les pires épreuves de sa vie et l’a aidé à atteindre ses rêves.

• À lire aussi:
Maxime Landry lance un roman librement inspiré de sa vie

Maxime, la saison des fêtes est arrivée. Es-tu prêt pour Noël?
Oh oui! Ça fait même un bon moment que je suis prêt; j'adore la saison des fêtes. Mais comme je partais en tournée, mes décorations sont faites depuis le début d'octobre; et si ça ne prenait pas autant de place dans une maison, j'aurais un sapin de Noël à l'année. (rires)

Collection personnelle


• À lire aussi: Les plus beaux sapins de Noël des vedettes québécoises pour 2021

Donc, avec tes deux récents albums, Party beauceron volume 2 et Noël beauceron, la tournée est repartie.
Tout à fait! L’an passé, comme tous les artistes, Annie Blanchard, Laurence Jalbert, Paul Daraîche, Luce Dufault et moi avions dû annuler la tournée Noël une tradition en chanson. J’avais vraiment hâte de remonter sur scène pour offrir ce spectacle mis en scène par Joël Legendre. On chante évidemment des grands classiques du temps des fêtes, mais aussi des morceaux de nos répertoires respectifs.

Et à part être en tournée, de quelle façon passeras-tu Noël cette année?
Je suis en spectacle chaque jour jusqu’au 23 décembre. Je prends ensuite une pause jusqu’à la mi-janvier. À Noël, ça fêtera chez moi, en Beauce, avec ma mère et des amis. Après les festivités, je vais vraiment me reposer et profiter du congé.     

Tu mentionnes ta mère. Elle a vraiment une place de choix dans ta vie...
Ma mère est la personne la plus importante pour moi. C’est clair que l’ange dans ma vie, c’est elle. Surtout depuis mes 12 ans, car c’est à ce moment-là que j’ai voulu faire de la musique et qu’elle s’en est mêlée. (rires) Au tout début, j’avoue que c’était plutôt une source de chicane; ma mère s’empêche souvent de dormir pour des détails. Elle veut que tout soit parfait. Elle est aussi comme ça avec mes frères et soeurs. Même si on lui dit de cesser de s'en faire, elle n'arrête pas.

Paul Clark


• À lire aussi: Les grands moments de l’édition 2009 de Star Académie

Elle vous appuie depuis vos débuts.
Tellement! Je chantais déjà dans les bars quand j’ai commencé et je couvrais un large territoire. À l’époque, mon père travaillait dans un restaurant et ne pouvait m’accompagner, alors c’est ma mère qui venait avec moi. On passait des heures ensemble dans la voiture et on pouvait s’obstiner tout le long du trajet. Mais dans le fond, c’est parce qu’on est pareils, tous les deux. On pense de la même manière, on est tous les deux très impulsifs, et ça peut parfois faire des flammèches. (rires) Elle me disait quelles chansons je devais chanter pour faire lever le party, et je n’étais pas d’accord. Sauf qu’en fin de compte, je faisais ce qu’elle disait, et elle avait raison.

Est-ce encore comme ça aujourd’hui entre vous deux?
On a toujours eu ce genre de relation et, avec les années, j’ai compris qu’elle faisait toujours ça pour mon bien. C’est simple, ma mère a toujours désiré que je continue à croire en mes rêves. Elle aurait aimé faire ça dans la vie, alors aujourd’hui, elle vit son rêve un peu par procuration, à travers ma carrière.

Plus jeune, avait-elle tenté d’amorcer une carrière musicale?
Ma mère écrivait des chansons et, à l’époque, elle avait même déjà enregistré une cassette. En fait, ma toute première expérience dans un studio d’enregistrement, c’était pour elle. J’étais très jeune, mais j’avais tout de même chanté une petite phrase sur une de ses chansons. Elle rêvait de chanter dans la vie, mais elle a tout mis de côté pour élever ses quatre enfants. Mes premiers accords à la guitare, c’est ma mère qui me les a appris.      

Elle a toujours cru en toi.
En fait, elle a toujours plus cru en moi que je croyais en moi-même. Elle m’encourageait en me disant que je pouvais faire mieux, que je pouvais donner encore plus avec ma voix, et elle avait raison. (rires) J’ai fait partie de la chorale de mon église parce que ma mère m’avait inscrit, et elle demandait à ce que je chante en solo. Malgré mes quelques fausses notes à l’époque, elle insistait. (rires) Aujourd’hui, je la remercie infiniment pour tout ce qu’elle a fait, car sans son soutien, je n’aurais pas la carrière que j’ai maintenant. Alors j’aime à mon tour l’inviter à participer en studio pour mettre sa voix sur mes chansons. 

Photo : SIMON CLARK


• À lire aussi: Album Nos retrouvailles: Les anciens Académiciens expliquent leurs choix de chansons

Tu lui as fait vivre ça?
Absolument! On s’est retrouvés l’année dernière en studio avec Scott Price, et c’était un moment extraordinaire. Elle a été pas mal plus impressionnée de travailler avec Scott Price que de chanter avec son fils! (rires) Et elle chante aussi sur l’album Party beauceron 1, car ce sont des chansons de famille qui l’habitent depuis longtemps.

Tu sembles heureux de faire vivre de telles expériences à ta mère.
Honnêtement, je trippe de pouvoir vivre ça avec elle. C’est en quelque sorte ma façon de la remercier. Chez nous, on ne parle pas tellement de nos émotions. Ce que je vis avec ma mère, c’est très précieux et je suis heureux de pouvoir lui rendre hommage aujourd’hui par le biais de cette rencontre. Elle m’a poussé à foncer et à réaliser mes rêves; alors, comme je ne peux m’imaginer faire autre chose dans la vie, je lui dois beaucoup. À travers la pandémie, alors que plusieurs ne travaillaient pas, j’ai eu la chance de travailler comme jamais; je viens de sortir deux albums, je repars en tournée et j’ai maintenant ma propre maison de production. Les chansons qu’on retrouve sur l’album Party beauceron, ce sont des chansons que ma grand-mère chantait à ma mère quand elle était petite. C’est un bel héritage familial, et c’est tout un cadeau de pouvoir mettre ça sur un album pour le partager avec le public. 

Et si tu avais des enfants, pourrais-tu faire comme ta mère et mettre tes rêves de côté pour eux?
Je ne sais pas... Je trouve ça intense qu’elle se soit complètement mise de côté pour se consacrer à nous, ses quatre enfants, pour s’assurer que nous réalisions tous nos rêves malgré les obstacles et les épreuves auxquels nous avons fait face. Je pense particulièrement à mon père, qui a décidé de s’enlever la vie alors que je n’avais que 16 ans. On était tous ados à l’époque, et ma mère s’est retrouvée avec tout ça sur les bras. Tout ce que mon père n’avait pas eu la force de traverser, c’est ma mère qui l’a fait.

Une période extrêmement difficile pour toute ta famille...
Complètement. Et si, à l’époque, j’ai moi-même songé à en finir, je trouve d’autant plus honorable que ma mère ait réussi à garder la tête haute tout en nous portant à bout de bras à travers cette terrible épreuve. C’est un grand don de soi. C’est pour ça qu’elle est non seulement ma mère, mais aussi l’ange sur ma route. Encore aujourd’hui, elle veille sur nous, car elle a trois emplois. Elle souhaiterait acheter un immeuble à revenus pour nous le laisser en héritage. Mais elle n’est pas obligée de faire tout ça; on est bien partis dans la vie mes frères, ma sœur et moi. On veut qu’elle pense à elle. 

Photo : Frederic Auclair / TVA



• À lire aussi: L'écriture est devenue une priorité et une passion pour Maxime Landry

• À lire aussi:
Maxime Landry révèle pourquoi il a choisi de retourner s’installer en Beauce

D’autant plus qu’elle a été très malade dans les dernières années...
Exact. Elle a traversé tellement d’épreuves en plus de son cancer. Elle va bien aujourd’hui, mais elle a continué de travailler malgré la maladie, elle ne se plaignait jamais et s’en est sortie. Ma mère, c’est une vraie force de la nature. Présentement, elle planifie la construction d’un chalet sur la terre familiale dont elle a hérité de sa mère. Encore une fois, elle fait ça pour ses enfants. Elle n’arrête jamais et, parfois, elle m’épuise! (rires) Alors, si ma mère avait voulu réaliser son rêve de devenir chanteuse, qui sait, peut-être que je n’existerais même pas et que ce serait elle qui chanterait aux côtés de Laurence Jalbert aujourd’hui! 

Maxime, est-ce que tu aimerais avoir des enfants un jour?
J’adore les enfants et j’aimerais en avoir. Mon implication auprès d’Opération Enfant Soleil m’a confirmé à quel point je les aime, mais ça fait 10 ans que ma carrière roule très fort et que je suis dans le travail intense. J’ai peur de peut-être devoir mettre une croix sur ce projet.

Pourquoi?
Je ne suis pas en couple et je n’ai pas l’intention d’élever un enfant seul. Je lève mon chapeau à ceux qui le font. J’ai 34 ans, et le cours de ma vie peut encore changer rapidement. Si je continue à ce rythme-là, je devrai probablement faire un deuil de la paternité. Je ne ferme pas encore complètement la porte, je reste ouvert à l’idée, mais je crains que mes chances soient minces. Par crainte de me blesser, je préfère me dire que ça risque de ne pas arriver. Mais ça se peut qu’on se reparle dans deux ou trois ans et que mon discours à ce sujet soit très différent. C’est le temps qui le dira... 

La réaction de Doris Bégin face à cet hommage que lui rend son fils est à la fois empreinte de fierté et d’amour: «J’ai la gorge nouée par les émotions de recevoir ce témoignage d’amour de la part de mon fils. Lorsqu’il a commencé dans la chanson, j’agissais un peu comme sa gérante. Notre relation s’est beaucoup approfondie autour de la musique. On a vécu tellement de belles expériences tous les deux! On a connu de lourdes épreuves, mes enfants et moi. J’ai élevé seule mes quatre ados. Ce n’était pas facile dans les circonstances, mais on n’avait pas le choix de se relever. Je suis très fière de mes enfants et j’avoue que je suis probablement la plus grande fan de Maxime, et je retiens mes larmes, car je suis très émue.»

Besoin d’aide?
Si vous avez des idées suicidaires, contactez Suicide Action au
1 866 APPELLE (273-3553); l’appel sera acheminé à la ressource de votre région.
Vous pouvez aussi visiter suicideactionmontreal.org.  

Les albums Le party beauceron volume 2 et Noël beauceron sont en vente partout.
Pour tous les détails des spectacles de Maxime Landry, on consulte maximelandry.com.


À VOIR AUSSI: LES PLUS BEAUX SAPINS DES VEDETTES QUÉBÉCOISES  

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus