Renée Martel est décédée à 74 ans | 7 Jours
/magazines/echosvedettes

Renée Martel est décédée à 74 ans

Image principale de l'article Renée Martel est décédée
Photo : Sébastien Sauvage

Renée Martel est décédée ce samedi 18 décembre, en après-midi, au centre Hospitalier Honoré-Mercier de Saint-Hyacinthe, par suite d’une pneumonie sévère, non reliée à la covid-19.

• À lire aussi: 20 vedettes québécoises qui pleurent le décès de Renée Martel

• À lire aussi: 15 grands disparus qui nous ont quittés en 2021

La chanteuse laisse le deuil ses deux enfants, Laurence Lebel et Dominique Chapados, ses quatre petits-enfants, Henri, Noah, Eli et Dante, ainsi que son frère Mario Martel.


BIOGRAPHIE
La petite Renée Martel pointe le bout de son nez, le 26 juin 1947, à Drummondville, où réside la famille. Dans la maison, on entend souvent les chansons que son père répète avec sa guitare. Grande comme trois pommes, elle met elle-même les disques de son père pour entendre sa voix, car l’homme, très malade, fait de fréquents et longs séjours à l’hôpital. Il va quand même lui faire un grand honneur en lui écrivant la chanson Pour toi Renée, qu’elle chantera en son hommage quelques décennies plus tard.

Elle a seulement cinq ans, quand elle fait sa toute première apparition sur scène avec son père. Il trouve qu’elle a une belle voix et il décide de la faire chanter en duo avec lui une de ses nouvelles compositions, Un coin du ciel. Le public est en pâmoison.

Elle enregistre son premier disque avec ses parents, Noël en famille, mais très vite, la jeune fille attire les regards des producteurs et des maisons de disques. À seulement 16 ans, elle enregistre un premier 45 tours, C’est toi mon idole, qui marque le début de son émancipation.

Archives TVA Publications

• À lire aussi: Un premier album pour Renée Martel et Paul Daraîche

UN TOURNANT DANS SA CARRIÈRE
Après cet apprentissage auprès de ses parents, Renée Martel change de registre musical et, avec la chanson Liverpool, sortie en 1968, elle devient rapidement une icône de la musique pop. Les disques et les succès s’enchainent ensuite avec Je vais à Londres, Johnny Angel... Elle remporte même le titre de Découverte de l’année 1968 au Gala des artistes.

Comme de nombreux artistes de l’époque, la chanteuse va puiser son répertoire dans les succès anglophones. La seule différence avec les autres, détail qui mérite d’être souligné, c’est Renée Martel qui fait elle-même les adaptations. Mais elle ne se contente pas d’enregistrer des succès, elle est aussi très présente sur scène, notamment dans les tournées Musicorama, avec Patrick Zabé, Dick Rivers et le groupe Les Lutins. Adulée des adolescents de l’époque, elle ménage aussi son public plus familial avec des chansons comme Nos jeux d’enfant ou Le bateau du bonheur

Archives TVA Publications

• À lire aussi: Renée Martel, cette auteure méconnue

Tranquillement, sa musique glisse vers un style plus country. Le public s’en aperçoit à peine et le succès continue de l’accompagner. Il faut savoir qu’à cette époque, le country et la pop se mélangent et se côtoient naturellement, on peut même entendre ces mélanges dans de vieux morceaux des Beatles et des Rolling Stones. Renée Martel est simplement dans l’air du temps.

À partir du milieu des années 1970, Renée Martel s’affirme davantage dans le country et la chanson que lui offre Robert Charlebois, Cow-girl dorée, adaptation de Rhinestone Cowboy de Glen Campbell, scelle définitivement sa nouvelle signature. En 1977 et 1978, elle anime l’émission de musique country Patrick et Renée, en compagnie de son ami Patrick Norman, sur les ondes de CFTM et du réseau TVA. Dans le même temps, elle devient, sans forcément le vouloir au départ, une ambassadrice de la musique country, notamment avec ses succès J’ai besoin de ton amour, Tu n’es plus là, Darling et Quand va-t-on m’aimer qu’elle interprète en duo avec son amie d’enfance, Michèle Richard.

RENOUVEAU
Après une pause de six ans, elle revient, au début des années 1990, avec l’album Authentique, qui contient uniquement des nouvelles chansons originales. Le public s’est ennuyé de la chanteuse et c’est un énorme succès. 

En 2008, elle sort enfin l’album Héritage qui va être salué comme un incontournable dans sa carrière. Nelson Minville, Gilles Valiquette, Bourbon Gauthier, Catherine Durand, Luc de Larochellière font partie des auteurs et compositeurs qui lui offert des chansons.

Photo : Marco Weber / TVA Publications


• À lire aussi: Renée Martel revient sur le jour où sa vie a changé en 20 minutes

Ce premier album de chansons originales depuis 1992 célèbre René Martel comme la reine du country au Québec. Elle repart en tournée durant plus de deux ans et remporte du même coup, en 2009, le Félix Album de l’année - Country et celui de Spectacle de l’année - Interprète.

Surfant sur la vague du succès, elle entendre de nouveau en studio à l’automne 2011 pour la création de l’album Une femme libre. Les chansons sont notamment signées Richard Séguin, Mario Peluso, Paul Daraîche, Lynda Lemay et Daniel Lavoie. Le public est toujours aussi fidèle et c’est à nouveau un succès. Renée Martel se méritera le Félix de l’Album de l’année – Country, 2012, en plus de recevoir le prestigieux Félix Hommage pour saluer l’ensemble de son immense et remarquable carrière. 

Archives TVA Publications


• À lire aussi: [QUIZ] Connaissez-vous bien la vie et la carrière de Renée Martel?

Le country reste la musique du cœur pour Renée Martel. «Je ne veux pas que les gens l’oublient. C’est mon héritage et celui que je veux transmettre à mes enfants, à mes petits-enfants, ainsi qu’aux nouvelles générations. Il y a plus que jamais chez moi un désir de transmission, une forme de legs aux nouvelles générations sensibles à la musique que je propose et cet album le reflète bien.» 

À l’automne 2018, avant que le cancer ne frappe à nouveau la chanteuse, est sorti Arrière-saison, un ultime album composé de chansons originales.

Photo : Julien Faugere / Les Publications Charron et Cie inc./Groupe TVA


En septembre dernier, elle a fait paraitre le magnifique album Contre vents et marées avec son frère cosmique, son ami de toujours, Paul Daraîche. 

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus