Claudette, Ghyslaine, Liette, Michel et Paul de La famille Dion nous font entrer dans leur intimité | 7 Jours
/magazines/lasemaine

Claudette, Ghyslaine, Liette, Michel et Paul de La famille Dion nous font entrer dans leur intimité

Image principale de l'article Les Dion nous font entrer dans leur intimité
Photo : Eric Myre

Être invité chez Claudette Dion, non loin de la maison qui a vu grandir les enfants de la famille, et être entouré par quatre de ses frères et sœurs, c’est un privilège. Un plaisir immense aussi, tout comme l’assurance de fous rires, d’émotion et de quelques envolées en chanson. Claudette, Ghyslaine, Liette, Michel et Paul nous font entrer dans leur intimité, tant dans cette entrevue que dans leur spectacle, auquel ils convient le public.

• À lire aussi: La soeur de Céline Dion donne des nouvelles de son état de santé

Depuis combien de temps n’aviez-vous pas été réunis en famille?
Claudette: Ça remonte au 15 août 2019, pour le 75e anniversaire de Denise. Nous nous étions réunis chez Louise. C’était six mois après le décès de notre mère. Denise a vécu 20 ans avec elle, et comme son mari, Yvon, est décédé, nous ne voulions pas qu’elle se retrouve seule pour sa fête. 

Photo : Eric Myre

Denise a mis en vente la maison qu’elle partageait avec votre mère, Thérèse. Celle-ci a-t-elle trouvé preneur?
C.: Non, pas encore, mais une chose est sûre, Denise veut partir.      

Vous nous offrez un spectacle pour les fêtes. Qui en a eu l’idée?
C.: Moi! Mais, au départ, notre producteur Martin Leclerc m’a approchée pour savoir si la famille Dion avait quelque chose à proposer cette année. Puis il nous a suggéré de présenter un spectacle au Casino de Montréal, où nous en avons déjà offert un pendant quatre ans. 

Qui de vos frères et sœurs étaient à vos côtés, à ce moment-là?
C.: Ghyslaine, Liette, Paul et moi étions là, plus Pauline, Manon et Daniel qui, depuis, est malheureusement décédé. Cette fois, Michel s’est joint à nous, après avoir pris sa retraite des spectacles de Céline. Il faisait partie de son équipe.

Photo : Eric Myre

Cela devait faire longtemps que vous n'aviez pas chanté sur scène, Michel?
Michel: Trente ans! Mon aventure avec mon groupe Le Show s'est finie en 1987. Après, j'ai continué à donner des spectacles avec Pierre Gauthier, mon guitariste, pendant deux ans. Puis en 1992, j’étais camionneur et j’ai proposé mes services de chauffeur à René (Angélil). Il m’a plutôt proposé de me joindre à l’équipe de production des spectacles de Céline. J’ai débuté en m’occupant de tous les musiciens et des danseurs durant sa toute première tournée canadienne. J’aurai travaillé avec elle pendant 27 ans, dont 17 ans à Vegas. En novembre 2019, j’ai fait part à Céline de mes intentions de quitter l’équipe.

• À lire aussi: Céline Dion annonce qu'un documentaire officiel à son sujet verra le jour

Photo : Eric Myre

Comment a-t-elle réagi?
M.: Elle a très bien compris. Je l’appelle «mon petit bébé», parce que c’est ma petite sœur. En plus, je suis son parrain et Claudette est sa marraine. Mais j’ai aussi dit à Céline que même si je prenais ma retraite, elle pourrait toujours compter sur moi si elle avait un problème. Quand j’ai reçu l’appel de Claudette pour m’ inviter à me joindre à mes trois sœurs et à mon frère Paul dans cette nouvelle série de spectacles, je n’ai même pas mis 30 secondes avant de lui dire «oui»!
C.: Michel adore chanter et il a un charisme fou. Le bonheur de se remettre à chanter ensemble, comme si nous étions à notre maison familiale à Charlemagne, c’est formidable!
Paul: Nous avons dit au revoir à notre mère au début de 2020. Après, pendant deux ans, il a été difficile de se rassembler en famille, étant donné la pandémie. Alors ces retrouvailles au Casino sont d’autant plus appréciées.
C.: La musique est un cadeau inestimable que nous avons reçu et nous nous disons souvent qu’elle représente notre père et notre mère. Ils donnaient des spectacles au sein de la formation A. Dion et son ensemble, à l’occasion de mariages, d’anniversaires de mariage et d’autres événements. D’ailleurs, nos parents se sont rencontrés à l’adolescence dans un party de famille chez les Dion, auquel les Tanguay participaient. Maman avait apporté son violon, et papa avait son accordéon. 

La musique a toujours fait partie de vos vies.
C.: Oui, c’est l’héritage qu’ils nous ont laissé. Grâce à elle, nous pouvons nous voir, chanter ensemble et avoir du plaisir malgré l’absence de notre mère. Bien souvent, nous chantons pour elle.
Ghyslaine: À nos spectacles au Casino, maman était toujours là. À la fin du tout dernier, nous l’avons tous regardée et nous lui avons spontanément lancé: «Maman, c’est fini!» (rires) Elle a éclaté de rire, tout comme le public. 

Photo : Eric Myre

Pour cette nouvelle production des fêtes, votre mère sera bien sûr absente. Lui avez-vous réservé une place dans le spectacle?
C.: Oui, vous n’avez pas idée à quel point elle est partout!
Liette: On parle aussi de notre regretté frère Daniel.
C.: Tout comme nous ramenons notre père ici et là. La joie de vivre et l’enthousiasme de mon père sont très présents. Il était tellement fier de nous entendre chanter! Maman, elle, était plus exigeante. Elle veillait à ce que nous soyons toujours meilleurs. C’était rassurant.
G.: Papa nous encourageait à chanter. Maman nous écoutait en préparant les repas et elle remarquait nos erreurs. Elle avait l’oreille.
L.: C’était: «Tu t’es trompée à telle note. Fais autrement.» Elle avait plusieurs talents. Elle écrivait aussi des poèmes, des chansons.
G.: Des talents que je lui ai découverts au fil des ans, parce qu’au départ, une maman, c’est une maman.

• À lire aussi: Adele dévoile posséder un objet très étrange ayant appartenu à Céline Dion

• À lire aussi: Sylvain Marcel dévoile la manière dont il s'est préparé pour son rôle inspiré de René Angélil

Photo : Eric Myre



Votre spectacle s’intitule Un réveillon chez la famille Dion. Ressemble-t-il aux fêtes de famille que vous aviez, plus jeunes, pendant le temps des fêtes?
C.: Oh que oui! Le bonheur est sur la scène. Nous racontons tellement ce qui se passait chez nous pour faire entrer les gens dans l’ambiance d’un réveillon de la famille Dion, au 130, rue Notre-Dame. 

Qu’apprendront les gens à propos de votre famille?
C.: Tout ce que nous avons vécu après les départs de papa, de maman, de notre frère Daniel, qui chantait tellement bien. Nous évoquons plusieurs souvenirs qui sont remontés. Pendant les pratiques, nous avions déjà les yeux pleins d’eau.
P.: Nous avons parfois de la difficulté à sortir la note, parce qu’il y a trop d’émotion.

Qui menait dans la famille Dion, les filles ou les garçons?
G.: Les filles! Et ça se ressent dans le spectacle.

Vous tapez-vous parfois sur les nerfs?
P.: Oui, comme dans toutes les familles. Mais nous réglons ça sur-le-champ, nous ne laissons rien traîner.
C.: Nous pouvons nous dire: «Tu as raison, je m’excuse.» Comment peux-tu avoir une complicité et une joie de vivre si tu boudes? Notre nouveau spectacle, c’est un rendez-vous avec l’amour, comme l’amour que nous nous vouons tous, nous les Dion.      

Laurence Labatt

Depuis le 1er décembre, Un réveillon chez la famille Dion, mis en scène par Joël Legendre, est présenté au Casino de Montréal. Pour se renseigner et acheter des billets: casinos.lotoquebec.com/fr/montreal/planifier-ma-visite/spectacles.

À VOIR AUSSI: Les 40 ans de carrière de Céline Dion en photos  

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus