Louise Sigouin dresse un bilan de la troisième saison de Si on s’aimait | 7 Jours
/magazines/echosvedettes

Louise Sigouin dresse un bilan de la troisième saison de Si on s’aimait

Image principale de l'article Louise Sigouin dresse un bilan de la saison 3
Photo : Eric Myre

On adore ses judicieux conseils à Si on s’aimait. La sexologue Louise Sigouin s’est donné pour mission d’aider au-delà de la porte de son cabinet. Pour le faire encore davantage, elle vient de lancer un boîtier de cartes qui nous permettront de réfléchir à nos comportements relationnels.

• À lire aussi:
Une nouvelle formule intrigante de «Si on s’aimait» sera vouée aux couples en difficulté

• À lire aussi: À l’approche de la quarantaine, Émily Bégin est très sereine à l’idée de vieillir

Après avoir publié deux livres, c’est un coffret Si on s’aimait que nous offre la sexologue Louise Sigouin, un boîtier de cartes sur lesquelles on retrouve de judicieux conseils. «Le premier livre se voulait une description détaillée de toutes les dualités. Ensuite, les gens nous disaient: “C’est le fun, je me suis identifié, mais comment fait-on pour développer son autonomie affective?” D’où l’idée du tome deux. Et là, on voulait créer un outil qui était aussi un jeu, parce que c’est le fun d’apprendre dans le plaisir. Puis on désirait offrir quelque chose qui était accessible pour faciliter la réflexion, seul, en couple ou entre amis, ainsi que la communication.» 

POURQUOI DES CANDIDATS NOUS FONT-ILS RÉAGIR?

À Si on s’aimait, il y a des candidats qui nous ont polarisé au fil des saisons. Qu’est-ce qui fait que certaines personnes viennent tant nous chercher quand il est question de relations? «Je pense qu’ils viennent nous chercher dans une dimension de soi qui est plus difficile à regarder. Il y en a qui s’assument dans leur côté plus lumineux, mais il y en a d’autres, dans leur côté un peu plus dérangeant. Quand on est face à ces individus, on peut avoir cette même dimension de nous qui est heurtée ou on peut avoir été exposé à ce type de comportement qui nous a fait souffrir. Alors je rappelle toujours que les candidats sont là pour nous enseigner.» 

BILAN DE LA TROISIÈME SAISON

Nous avons demandé à Louise de nous dresser un bilan des couples de la saison qui s’achève... 

Marie-Denise et Tim
«Chaque catégorie d’âge a son défi. Pour eux, qui ont leur bagage, leur vécu, leurs déceptions, c’était de s’ouvrir à une expérience comme Si on s’aimait, d’accepter d’être à la télé aux yeux de tous, avec toutes leurs certitudes... Ils ont travaillé à être bien et à s’installer dans leur vie confortablement. Alors leur relation doit s’inscrire comme quelque chose qui est un plus. Sinon, retourner dans leur vie chacun de leur côté, c’est déjà satisfaisant. Qu’ils aient fait l’exercice d’aller au-delà de ce qu’ils connaissaient dans leur bien-être, c’est une victoire incroyable! Que ce soit pour Tim, qui a réalisé qu’il a besoin de mettre davantage en mots ce qu’il ressent, ou pour Marie-Denise, qui a réalisé que le côté tranquille de Tim éveillait chez elle quelque chose qui lui faisait penser à son père et qu’elle n’avait jamais vu dans ses autres relations, pour moi, c’est un dépassement incroyable!» 

Isabelle et Jean-François
«Ce que je trouve admirable, c’est qu’on peut apprendre dans la gentillesse, la douceur, la simplicité et la lenteur. Ce qui est contraire à ce qu’on vit habituellement; on veut souvent que ce soit intense. Je trouve que c’est une belle relation d’amitié pleine de tendresse. On peut apprendre dans quelque chose qui est léger et harmonieux. C’est une belle leçon.» 

Dominic et Audrey
«C’est la manifestation de la passion qui nous enivre, nous envahit, nous bouleverse. Malheureusement, on oublie souvent que quand ça part avec cette intensité-là, le revers risque aussi de se présenter avec la même intensité. C’est une invitation à chacun d’entre nous de toujours garder un regard réaliste sur quelque chose qui est enivrant pour qu’on reste disposés à prendre soin de nous à l’intérieur de cette passion. La passion ne dure pas, et il faut accepter que ça se résorbe et faire un choix dans la direction de l’engagement, qui est moindre en intensité, mais qui est tout aussi important dans l’intimité.» 

François et Vicky
«Ils donnent vraiment un sens au concept, à ce qu’on propose dans les enseignements qu’on offre à Si on s’aimait. Je prône beaucoup la lenteur, le fait de prendre son temps, de respecter les difficultés et les enjeux de chacun... François et Vicky l’ont beaucoup fait. Ils avaient une dynamique fusionnelle. Ils faisaient un pas en avant, un pas en arrière. La capacité de François d’être en relation, d’être fusionnel, d’avoir un côté lover a donné de l’ouverture au cœur de Vicky. Et elle, sa capacité d’être autonome et de prendre soin d’elle malgré la relation est un bel enseignement pour François, une invitation à continuer de prendre soin de lui même s’il a une blonde.»

On peut se procurer le coffret Si on s’aimait dans les librairies et sur les sites d’achat de livres en ligne. Et on pourra prendre des nouvelles des participants des première et deuxième saisons à Si on s’aimait – Que sont-ils devenus?, diffusée du 6 au 9 décembre à 19 h 30, à TVA.

À VOIR AUSSI: Découvrez les vrais noms de ces vedettes québécoises

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus