L'écrivaine Marie-Claire Blais est décédée | 7 Jours
/magazines/7jours

L'écrivaine Marie-Claire Blais est décédée

Marie-Claire Blais en 1996
Photo d'archives

Marie-Claire Blais en 1996

La romancière québécoise Marie-Claire Blais s’est éteinte, mardi, à l’âge de 82 ans, a annoncé l’Agence Goodwin mardi soir.

• À lire aussi: Jean-Pierre Bélanger s’ouvre sur le deuil difficile de sa femme, Andrée Boucher

«C’est avec une profonde tristesse que nous avons appris le décès de Marie-Claire Blais aujourd’hui, le 30 novembre, à Key West, où elle avait élu domicile depuis de nombreuses années. Nous sommes de tout cœur avec les membres de sa famille et ses nombreux amis, collègues et admirateurs, ici comme à l’étranger», a indiqué l’agence qui représentait Marie-Claire Blais sur sa page Facebook.

La prolifique écrivaine, qui cumulait des dizaines de romans, mais qui avait aussi écrit de la poésie, du théâtre et des essais, s’était fait connaître dès la parution de son premier roman, Une saison dans la vie d’Emmanuel, en 1965.

L’œuvre avait immédiatement connu du succès dans la francophonie, tant au Québec qu’en France, en allant jusqu’à obtenir le prix Médicis.

Encore récemment, Mme Blais avait reçu le Grand Prix du livre de Montréal pour son roman Une réunion près de la mer, en 2018. Elle a aussi cumulé plusieurs distinctions, incluant des prix du Gouverneur général du Canada et le titre de Compagnon de l’Ordre des arts et des lettres du Québec.

Les Éditions du Boréal, qui publient la majorité des œuvres de Marie-Claire Blais, ont rendu hommage à la prolifique écrivaine

«Marie-Claire Blais a profondément marqué non seulement les littératures québécoise et canadienne, mais s’était hissée au premier rang des écrivains francophones de sa génération. [...] Elle laisse une œuvre riche et abondante, composée surtout de romans, mais abordant aussi de nombreux genres, pièces théâtrales, radiophoniques, poésie, essais, qui se caractérise par son audace formelle et par une attention toute particulière aux êtres marginaux, déclassés, rejetés», a indiqué la maison d’édition.

 

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus