Messmer s'ouvre en toute authenticité sur son rôle de grand-papa | 7 Jours
/magazines/7jours

Messmer s'ouvre en toute authenticité sur son rôle de grand-papa

Image principale de l'article Il s'ouvre sur son rôle de grand-papa

Chaque jeudi, un des invités de Patrick Huard s’entretient avec 7 Jours à propos du thème abordé lors de sa visite à La Tour. Cette semaine, Messmer a partagé ses impressions sur le fait d’être un grand-père cool.

• À lire aussi: Messmer et sa conjointe ont accueilli leur deuxième enfant

Messmer, combien as-tu de petits-enfants?
Mon fils aîné, Cédérick, a deux enfants, Matis et Lyam, âgés de 13 et 5 ans.

Matis a hérité de ta fascination pour l’hypnose, n’est-ce pas?
Lorsqu’il avait quatre ans, son jeu préféré était d’imiter Messmer! Il alignait ses toutous et ses camions sur son lit pour recréer un public, puis il leur disait: «Attention, vous allez dormir!» (rires) Des fois, il se concentrait sur un toutou en particulier. Il s’amusait à faire semblant d’hypnotiser ses jouets, comme d’autres enfants jouent au professeur d’école ou au policier.

Impressionnant!
Effectivement. Il faut dire qu’il venait souvent me voir en tournée. Lorsque je partais trois, quatre mois en Europe, Cédérick me rejoignait avec Matis. Ils venaient voir ensemble mon spectacle et m’accompagnaient en coulisse. À l’époque, Matis appréciait surtout le côté spectacle de mon métier.

• À lire aussi: Les fils de Messmer suivent ses traces

Maintenant qu’il a 13 ans, il doit voir un autre côté de l’hypnose!
Tout à fait. Récemment, il m’a posé plusieurs questions sur les mécanismes de l’hypnose. Je comprends totalement son intérêt, puisque j’ai moi-même découvert l’hypnose à l’âge de sept ans, lorsque mon grandpère m’a donné un livre sur le sujet. À 15 ans, j’ai commencé à offrir mes premiers spectacles, dans des arcades. À l’époque, dans la tête de bien des gens, l’hypnose relevait du surnaturel, de la magie!

Le cadet de tes petits-fils est-il intéressé à ton métier?
Lyam a cinq ans. Ce qui l’intéresse par-dessus tout, ce sont les véhicules motorisés: moto électrique, quatre roues, etc. Cette passion est tellement forte chez lui que, malgré son jeune âge, je crois que ça va faire partie intégrante de sa personnalité. Il ne connaît toutefois pas beaucoup mon métier, car il était âgé de trois ans lorsque la pandémie a éclaté. Il ne m’a donc pas vu sur scène comme son grand frère, Matis. Peut-être aura-t-il une certaine fascination pour l’hypnose lorsqu’il assistera à son premier spectacle.

Quel genre de grand-papa es-tu?
Mon premier petit-fils est venu au monde lorsque j’étais âgé de 36 ans, alors je ne me sentais pas vraiment comme un grand-papa. Même aujourd’hui, à 50 ans, j’ai de la difficulté à réaliser que je suis grand-père, puisque ma compagne, Bellair, et moi avons deux filles qui sont assez proches en âge de mes petits-fils.

• À lire aussi: Messmer explique son choix d'avoir un deuxième enfant en pleine pandémie

• À lire aussi: Voici comment 62 vedettes québécoises ont souligné la fête des Pères

Quel âge ont tes filles?
Soleil a quatre ans et Magie, un an. Ma grande voit ses neveux comme ses cousins. Elle aime particulièrement jouer avec Lyam, puisqu’ils n’ont qu’une année de différence. Lorsqu’on a célébré l’anniversaire de Soleil, nous avons fait venir des jeux gonflables à la maison, et Lyam et elle étaient inséparables.

Comme tu alternes ta tournée entre deux continents, ce doit être un défi de passer du temps de qualité avec tes petits-fils!
Effectivement, je ne vois pas assez Matis et Lyam à mon goût! Lorsque la crise de la covid-19 a éclaté, au printemps 2020, et que tous mes spectacles ont été mis sur la glace, je me suis dit que j’allais en profiter pour passer plus de temps avec eux, mais les mesures sanitaires nous interdisaient de nous visiter! Nous avons donc organisé des FaceTime, nous sommes allés marcher ensemble... Bref, j’ai trouvé des moyens de rester en contact avec mes petits-fils malgré la pandémie. Heureusement, nous rattrapons le temps perdu depuis que la vie normale reprend tranquillement son cours.

• À lire aussi: Messmer annonce une excellente nouvelle

En terminant, quels souvenirs conserves-tu de tes grands-papas?
Mon grand-père maternel était passionné de plein air, et nous allions souvent lui rendre visite au terrain de camping durant les vacances esti - vales. Mes cousins et cousines étaient là, alors je passais beaucoup plus de temps à jouer avec eux qu’à jaser avec mes grands-parents! Du côté paternel, mon grand-père était commerçant d’animaux sur la route. Tout comme moi, il voyageait beaucoup; son travail était sa grande passion.

Pour des discussions aussi divertissantes que surprenantes, on rejoint Patrick Huard et ses invités à La Tour, du lundi au jeudi 19 h, à TVA.

À VOIR AUSSI: 28 vedettes québécoises qui font un tabac en France 

s


 

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus