René Simard présentera un documentaire sur son parcours | 7 Jours
/magazines/lasemaine

René Simard présentera un documentaire sur son parcours

Image principale de l'article Il présentera un documentaire sur son parcours
Bruno Petrozza

Non seulement est-il devenu le chanteur chouchou de bien des gens dès le premier jour, mais il aussi a été une idole pour de nombreuses personnalités. Afin de célébrer le 50e anniversaire de sa carrière, René Simard est heureux de nous présenter un nouvel album de chansons originales de même qu’un documentaire relatant son parcours. Condor, le titre de ce nouvel opus, boucle la boucle de cinq décennies d’une carrière prolifique.

• À lire aussi: Pour souligner ses 50 ans de carrière, cinq vedettes québécoises offrent un touchant témoignage à René Simard

• À lire aussi: Revivez les 50 ans de carrière de René Simard en 50 photos

René, vous nous présentez de beaux projets pour souligner vos 50 ans de carrière. Vous pouvez nous en toucher un mot?
Au départ, je n’étais pas certain de faire un nouvel album parce que le processus est complexe actuellement. Finalement, je me suis dit qu’il fallait faire fi de cela parce que le disque demeure une belle vitrine. Cet album est mon 53e en carrière. Comme je ne voulais pas célébrer seul, j’ai eu l’idée de faire un album de duos avec des gens que j’admire. Je les ai tous appelés personnellement pour leur proposer ce projet. On y retrouve donc Marina Orsini, Corey Hart, Sylvain Cossette, Brigitte Boisjoli, Luce Dufault, Marc Hervieux, Véronic DiCaire, Mario Pelchat et Bruno Pelletier: ils ont tous été généreux!      

Condor fait référence à quoi?
Je voulais boucler la boucle. J’ai commencé avec une chanson qui s’appelle L’Oiseau. Le condor est l’un des oiseaux qui volent le plus haut. Tous les sujets sur l’album m’interpellent, et j’aime chacune des 11 chansons.

Pour une rare fois, vous vous prêtez à un documentaire. Pourquoi avoir accepté, cette fois-ci?
TVA m’a offert de faire un documentaire d’une heure et demie. J’ai trouvé ça difficile, parce que j’ai beaucoup de difficulté à parler de moi. J’évoque ma relation avec ma famille, avec le métier, etc. Il y a des sujets incontournables. Une carrière est faite de hauts et de bas. C’était important de les assumer. C’est ce qui a fait ce que je suis aujourd’hui.

Cinquante ans plus tard, sentez-vous toujours l’amour indéfectible que le public vous porte?
Je dirais que le public est toujours à reconquérir. Il faut être unique, essayer de surprendre. J’ai touché à la mise en scène, j’ai été producteur au contenu. J’aime chanter, bouger. J’ai toujours fui les eaux stagnantes.

Ces projets ont-ils forcé le bilan?
Avec le 50e, je n’ai pas eu le choix... Faire un bilan, ce n’est tellement pas mon genre. Je suis un gars de présent et de futur. J’ai eu 60 ans, je vois le temps passer et je constate qu’il faut que j’en profite. Je suis chanceux: je suis en santé. Marie et mes enfants le sont aussi. Il faut l’apprécier et ne rien tenir pour acquis.

Vous avez grandi dans l’œil du public et vous avez été le premier amour de toute une génération de filles au Québec. Avez-vous le sentiment d’être resté le p’tit Simard dans leurs yeux?
Tant qu’on m’appellera le p’tit Simard, cela me gardera jeune! (rires) Mais je n’ai pas la prétention de faire partie de la vie des gens. Je crois que c’est une question de circonstances favorables. Je suis toujours là, et cela me remplit de gratitude. Si je peux contribuer à donner du bonheur aux gens, tant mieux. Ça me touche quand des artistes me disent qu’ils font ce métier à cause de moi. Gregory Charles m’a dit ça, Sylvain Cossette et Mario Pelchat aussi. Ce sont des artistes que j’aime beaucoup. Même Corey Hart me l’a dit, preuve à l’appui: il m’a montré une photo sur laquelle on le voit avec sa coupe du p’tit Simard! (rires) Je trouve ça extraordinaire!

• À lire aussi: René Simard dévoile le secret de sa longévité

• À lire aussi: René Simard s'ouvre sur son quotidien de grand-papa depuis que son fils et sa famille ont emménagé chez lui

Vos enfants sont-ils fiers de cette carrière exceptionnelle qui est la vôtre?
Oui, et ils ont accepté de participer au documentaire. Ils ont été généreux de leur personne. Ils sont tellement fins... Ils me disent qu’ils sont fiers et me le font sentir. Ils ne sont pas des groupies de leur père... mais moi, je suis un groupie de mes enfants! Je suis en admiration face à leur force de caractère.

Marie-Josée, votre complice de toujours, est encore à vos côtés...
Marie, c’est ma compagne, ma confidente, mon grand amour. Je ne me vois pas vivre cette vie sans elle. Nous avons traversé toutes sortes de tempêtes, mais nous avons surtout vécu de beaux moments. Au sein de notre couple, il y a de l’amour et de l’humour. Et évidemment, l’autre mot clé est respect. Nous sommes là l’un pour l’autre. Nous l’avons toujours été et nous allons continuer à l’être. 

Vous êtes vraiment un homme de long terme: 50 ans de carrière, 41 ans de vie de couple...
Je pourrais dire que je suis chanceux, mais je pense qu’on fait aussi sa chance. La vie nous envoie toutes sortes de signes: c’est important de les décoder. 

René, vous êtes grand-papa depuis peu. Comment assumez-vous ce nouveau rôle?
Je ne le crois pas encore... J’aime beaucoup avoir une petite-fille. Chloé, c’est un soleil. En ce moment, la famille vit avec nous, car Olivier et Alex font construire leur maison. Nous avons donc Chloé avec nous au quotidien. Nous aimons ça! On dit qu’en devenant grand-parent, on devient gaga. Je peux confirmer que c’est vrai! Je ne fais pas exception à la règle. Être grand-parent ne vient pas avec la pression du parent. Nous observons notre petite-fille de sept mois évoluer chaque jour. Elle fait des sourires ravageurs. Ce que nous vivons avec elle est vraiment extraordinaire! 

L’avoir sous votre toit est une situation privilégiée?
Oui, et Alex, sa mère, est formidable. Olivier est un bon papa. C’est beau de le voir, tenant sa fille dans ses bras: c’est de l’amour pur. Je n’en reviens pas d’en être rendu là! C’est le signe que la vie va vite. Il me semble qu’hier, mes enfants étaient tout petits... Olivier a 32 ans, Rosalie a 30 ans, j’en ai 60, Marie en a 22! (rires) Je me suis réveillé un matin et j’avais 60 ans. J’accepte de vieillir, mais je suis conscient qu’il m’en reste moins à vivre... Le temps est compté. Je reste conscient que plus je vais avancer dans le temps, plus je vais perdre des amis chers... Ma mère est partie en 2015, et j’y pense encore tous les jours...


René Simard nous propose Condor, un nouvel album offert exclusivement avec l’édition spéciale du magazine Échos Vedettes Biographie, spécial René Simard. Un documentaire intitulé René Simard, 50 ans d’amour, nous offrira un bilan de sa carrière. Des spectacles suivront en 2022.


À VOIR AUSSI: Tout sur le mariage de René Simard et Marie-Josée Taillefer 

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus