Patrick Lagacé présente sa nouvelle série documentaire | 7 Jours
/magazines/tvhebdo

Patrick Lagacé présente sa nouvelle série documentaire

SAMEDI 13 NOVEMBRE 20 H, RADIO-CANADA

Image principale de l'article Il présente sa nouvelle série documentaire
Radio-Canada

En 2006 et 2009, Septimus Neverson sème la terreur dans la région de Montréal avant d’être reconnu coupable de 13 violations de domicile armées, d’un meurtre, de trois tentatives de meurtre et d’une prise d’otage. Patrick Lagacé raconte comment les policiers lui ont enfin mis la main au collet dans les cinq épisodes de la série documentaire La traque.

• À lire aussi: Patrick Lagacé réagit à un commentaire haineux de la meilleure façon possible

Patrick Lagacé, comment l’affaire Septimus Neverson a-t-elle attiré votre attention?
Quelque part en janvier 2010, une source policière m’a raconté qu’il y avait eu une prise d’otage quelques mois plus tôt dans le quartier Côte-des-Neiges, à Montréal, mais que le gars s’était échappé, et que ce même gars était suspect dans plusieurs autres affaires de violation de domicile. Ç’a été la première fois que j’écrivais là-dessus. 

Radio-Canada

Qui est ce Septimus Neverson?
C’est un homme de Trinité-et-Tobago qui s’est pointé pour la première fois au Québec dans le milieu des années 1980 avec un visa de touriste, qu’il a étiré. Dès le début de son séjour ici, il a commis des crimes, et dans la série, je rencontre l’un des premiers policiers qui l’ont arrêté. Vers la fin des années 1980, il a commis un meurtre, et les procédures judiciaires qui ont suivi ont été interminables. Il a finalement plaidé coupable et a été expulsé vers Trinité-et-Tobago, mais il est rapidement revenu chez nous avec un faux passeport. C’est sous une identité volée qu’il a commis ses deux vagues de violations de domicile violentes. 

Quel était son modus operandi?
Il entrait dans des maisons la nuit pour surprendre les gens pendant qu’ils dormaient ou qu’ils regardaient la télévision. Il les menaçait de son arme en leur demandant où se trouvaient leur argent et leurs bijoux. Il avait une source de renseignements et, la plupart du temps, il visait des maisons où il savait qu’il trouverait de l’argent ou des biens de valeur. Dans la plupart des cas, il n’agissait donc pas au hasard. Lors de ses violations de domicile, il restait toujours très calme et rien ne semblait le démonter. Cet aspect de sa personnalité perturbait les policiers, qui ont cru avoir affaire à un ancien militaire. 

Radio-Canada

Que faisait-il avec son butin? Vivait-il une vie de pacha?
Il retournait souvent à Trinité-et-Tobago. Je pense que c’est un psychopathe qui avait un plan. Il faisait ses vols pour une raison précise et vous allez la découvrir dans la série. 

Comme observateur, pensez-vous que les policiers auraient pu faire les choses autrement pour le coincer plus vite?
Deux policières ont fait une grave erreur après sa prise d’otage en 2009, une grosse gaffe qui lui a permis de filer. C’était une erreur humaine, et non pas une histoire de formation ou de ressources. Sur le plan des enquêtes, tout a été bien fait. Tous les corps policiers impliqués dans cette histoire ont mis les ressources nécessaires pour traquer Septimus Neverson, car ils étaient vraiment inquiétés par son modus operandi. La vérité, c’est qu’ils avaient très peu d’indices pour l’arrêter, jusqu’au jour où un indice a jeté beaucoup de lumière sur l’affaire. 

Radio-Canada

Vous avez rencontré les victimes de Septimus Neverson. Comment se portent-elles?
Ça dépend. J’ai parlé à une femme qui n’a pas été brutalisée et qui est correcte par rapport aux événements, tandis qu’une autre a carrément déménagé dans le Grand Nord tellement elle est traumatisée par ce qu’elle a vécu. J’ai aussi récolté le témoignage d’un homme sur lequel Septimus Neverson a tiré. Tous les jours, il se souvient dans sa chair de ce que cet homme lui a fait. Il doit prendre des médicaments pour le reste de sa vie, et physiquement, il a été énormément affecté par ses blessures. Je ne parle même pas des conséquences psychologiques de cette agression. 

Où est Septimus Neverson aujourd’hui?
Il est en prison dans le bout de Québec. Il a perdu son procès en janvier 2020 et a été condamné à la prison à perpétuité. Il est en processus d’appel. Va-t-il gagner lors d’un nouveau procès? C’est une bonne question, mais disons qu’il y a beaucoup d’éléments de preuve en sa défaveur.

La traque sera diffusée dès le samedi 13 novembre, à 20h, à Radio-Canada.

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus