Après avoir frôlé la mort en 2017, Anthony Kavanagh réalise son rêve de faire un disque | 7 Jours
/magazines/echosvedettes

Après avoir frôlé la mort en 2017, Anthony Kavanagh réalise son rêve de faire un disque

Image principale de l'article Il réalise son rêve de faire un disque
Production

Ça remonte à ses débuts. Anthony Kavanagh a toujours voulu chanter, faire un disque. Il vient enfin de se concrétiser ce fort désir! Parfois, quand la vie nous donne une leçon comme celle qu'il a reçue en 2017, on se décide à faire enfin ce dont on a envie avant qu'il ne soit trop tard...

• À lire aussi:
Un nouveau défi pour Anthony Kavanagh

Ce n’est pas avec l’humoriste et comédien qu’on s’est entretenu récemment, mais bien avec le chanteur qu’est désormais Anthony Kavanagh! Il a finalement réalisé le rêve qu’il caressait depuis longtemps: enregistrer un disque. Son EP, composé de chansons anglophones rythmées, s’appelle d’ailleurs Finally

On l’a joint à Toulon à 13 h 30, heure de la France, alors qu’il contemplait la mer de sa terrasse. Celui qui s’est installé pour de bon en sol québécois avec sa famille en 2019 se trouve actuellement en tournée en France afin d’y présenter son plus récent spectacle d’humour, Happy. «Je fais des allers-retours: j’y suis deux semaines, puis je reviens au Québec deux semaines. J’ai deux enfants et j’aimerais qu’ils continuent à m’appeler papa et non monsieur», lance-t-il semi-blagueur. Pour ce qui est des spectacles en tant que chanteur, il n’en fera pas avant d’avoir lancé un deuxième disque, question d’avoir suffisamment de matériel. «Les chanter sur scène fait partie du rêve.» En attendant, il en intègre deux dans son show d’humour, l’une en intro et l’autre en finale.

PRISE DEUX
Ce rêve de percer dans la chanson, Anthony Kavanagh le nourrissait depuis ses débuts, il y a plus de 30 ans. Il avait même tenté le coup en France en 2006. «Ç’avait été un accouchement très difficile, à l’époque. On ne m’avait pas laissé faire ce que je voulais. Les producteurs voulaient que je crée un show d’humour et de musique. Ils pensaient que le public ne comprendrait pas que je fasse le saut juste comme chanteur. Et ç’avait été, du début à la fin, rempli de complications. J’avais très mal vécu cette expérience.» C’est pourquoi il a attendu le bon moment.

SA RENCONTRE AMOUREUSE EN CHANSON
Jusqu’à maintenant, on a pu danser sur les très appréciables Let You Go et No Man Ever Told Ya. Le troisième titre, I Choose You, qu’on peut entendre un peu partout en ce moment, est inspiré par sa rencontre avec son amoureuse des 18 dernières années, Alexandra Filliez. Ça aura pris tout ce temps pour qu’Anthony lui dédie une chanson de son cru! «On s’était vus en Suisse, mais ç’avait été un rendez-vous manqué parce que je sortais d’une relation, et elle, elle avait un copain. Quand on s’est revus deux ans après, à Paris, ç’a été le début de notre relation, et je me suis inspiré en partie de ça pour la chanson.»      

Photo : VALERIE BLUM


MARC DUPRÉ SUR SA ROUTE
Le fait d’avoir dansé avec la mort en 2017 n’est pas étranger à la concrétisation de son rêve. Lui qui a été victime d’une embolie pulmonaire et d’un infarctus pulmonaire a par la suite réfléchi à ce qu’il aimerait vraiment accomplir dans sa vie. «J’ai réalisé que j’aurais pu partir, alors je me suis demandé: “Qu’est-ce que je n’ai pas encore fait et que je rêve de faire depuis toujours?” Et chanter était au sommet de ma liste de souhaits! admet-il. Je me suis dit: “OK, je vais le faire, je vais arrêter de me défiler.” Je ne me cherche plus d’excuses. Quand je décide quelque chose et que la vie m’ouvre des portes, je le fais.» Cette porte qui s’est ouverte à lui, c’est une rencontre par hasard avec Marc Dupré à un match de L’Impact. Et ce dernier a accepté de collaborer à l’œuvre musicale d’Anthony. «On était des amis quand il a commencé. Lui, il l’a fait, ce pas de l’humour à la chanson, ce qui fait qu’il me comprenait à 100 %.»

• À lire aussi: Anthony Kavanagh revient sur une choquante expérience de racisme qu'il a vécue

À CŒUR OUVERT
Les thèmes abordés dans les chansons sont tous très personnels. Dans Let You Go, il est question de relations toxiques. «Mais celles avec soi-même, avec son ego.» Got It est aussi profonde. «Ça dit qu’il faut accepter sa part d’ombre et marcher au milieu, entre l’ombre et la lumière.» L’homme parle également de la manipulation à travers Outta My Mind. «Dès qu’on sort du ventre de notre mère, on est manipulés par nos parents, l’école, la publicité, la télévision, notre gouvernement...» Et avec Alone, il traite de solitude. «La solitude après une crise d’angoisse, la solitude du monde actuel — où on est de plus en plus connectés virtuellement, mais de plus en plus seuls —, la solitude de l’artiste...»

POUR SA FILLE
Dans All About You, il est question de sa petite Alice, âgée de cinq ans. «Cette chanson est dédiée à ma fille. J’avais déjà parlé de mon filS (Mathis, bientôt 12 ans) dans mes derniers spectacles, mais je n’avais pas encore parlé de ma fille, et j’ai décidé de le faire en chanson.»

Est-ce que Mathis et Alice trouvent ça plus cool d’avoir une star de la pop comme papa plutôt qu’un humoriste? «Mathis m’a beaucoup suivi en Europe. Il venait dans les coulisses de mes spectacles. Il m’a vu performer comme humoriste et il aimait ça. Mais maintenant qu’il est plus vieux, c’est sûr que la musique, il trouve ça plus cool! Il va avoir 12 ans et il adore écouter de la musique! Mais ma petite, elle ne m’a pas vraiment vu en spectacle. C’est arrivé une fois, mais elle était beaucoup trop jeune pour s’en souvenir. Parfois, elle voit que les gens m’arrêtent dans la rue et elle ne comprend pas. Elle me demande: “Pourquoi le monsieur te dit bonjour? Tu le connais?”» Mais si Alice ne sait rien de son père humoriste, elle apprécie beaucoup celui qui chante! «Elle écoute le disque en boucle pour être près de papa. Elle chante les chansons en déformant les paroles. Elle regarde mes clips 100 fois! Et elle sait que la chanson All About You, c’est pour elle que je l’ai écrite, et elle l’adore! D’ailleurs, on entend ma fille à la toute fin de la chanson.»

RECONNAISSANT ENVERS LE PUBLIC
Anthony Kavanagh terminera le rodage de son spectacle Happy en France à la fin d’octobre. Il amorcera la tournée officielle en Europe et au Québec à l’hiver 2022. Ça pourrait l’occuper pendant quelques années. «Je suis actuellement en remise en forme parce que j’en ai besoin. Quand tout était paralysé à cause de la pandémie, j’étais en création dans ma tête et en réunions virtuelles... Et du jour au lendemain, je me suis mis à faire des shows et des voyages avec des décalages horaires! C’est incroyable l’énergie que ça prend pour faire ce métier!» 

Malgré ce que ça demande physiquement, il se considère comme privilégié. «J’aime encore ça, j’aime les gens. Je marchais dans les rues de Toulon, hier, et je réalisais la chance que j’ai que des gens viennent me parler et qu’ils se déplacent encore pour venir me voir en spectacle. Au Québec aussi. Ça fait 32 ans que je fais ce métier, et après toutes ces années, ils sont encore là! Je donne tout ce que j’ai, et ils me le rendent bien.»      

Le EP Finally, d’Anthony Kavanagh, est disponible sur toutes les plateformes d’achat de musique en ligne.

À VOIR AUSSI: 16 vedettes qui ont un talent caché

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus