Une adaptation américaine de Blue Moon est actuellement en préparation | 7 Jours
/magazines/tvhebdo

Une adaptation américaine de Blue Moon est actuellement en préparation

Image principale de l'article Une adaptation américaine pour Blue Moon
Photo : © TVA

Cette fois, c’est la bonne. Après une tentative avortée en 2017, Aetios Productions vient de conclure une entente avec le géant Keshet International, propulseur du succès «Homeland» aux États-Unis, pour l’adaptation américaine de «Blue Moon», qui commence déjà à prendre forme, et sa distribution internationale. 

• À lire aussi: Karine Vanasse et Luc Picard seront en vedette dans ce nouveau film

• À lire aussi: Karine Vanasse sur la conciliation travail-famille avec son fils de 3 ans, Clarence

Les négociations ont été rapides. En mars dernier, Aetios amorçait les discussions avec Keshet International, entreprise intégrée de production et de distribution de formats télévisuels basée à Tel-Aviv, en Israël, et possédant aussi des tentacules à Los Angeles et à Londres. C’est d’ailleurs le studio de Los Angeles qui pilote l’adaptation de «Blue Moon».

L’affaire s’est conclue promptement, tant et si bien que Keshet a déjà commencé à inclure «Blue Moon» dans ses présentations globales à ses centaines d’acheteurs potentiels. Le pendant américain du thriller en trois saisons de Luc Dionne pourrait ainsi aboutir sur une plateforme de prestige comme Netflix ou sur une chaîne prisée comme Showtime ou HBO.

«C’est une production qui a vraiment tous les ingrédients pour fonctionner aux États-Unis», a mentionné en entrevue Sébastien Pigeon, producteur exécutif et directeur général chez Aetios Productions.

PHOTO COURTOISIE/Club illico

• À lire aussi: Karine Vanasse en vedette dans une nouvelle série

Plus de moyens

Entre autres faits d’armes, Keshet International avait acquis les droits du concept israélien «Prisoners of War», pour le lancer dans une mouture revampée aux États-Unis sous le titre «Homeland», avec la réussite qu’on connaît.

«Keshet International était le partenaire rêvé pour amener "Blue Moon" à une autre étape. C’est une très grosse compagnie, qui a énormément de succès et de crédibilité dans tout le monde de la télé à l’international.»

«Et "Blue Moon" est particulièrement dans leur ADN, a ajouté Sébastien Pigeon. Pour eux, ç’a été une révélation d’apprendre que les droits de la série étaient disponibles. C’est relativement proche de ce qu’ils ont fait avec "Prisoners of War" et "Homeland". "Prisoners of War" était beaucoup plus cérébral et moins basé sur les effets spéciaux; ç’a ensuite été refait aux États-Unis, avec énormément plus de moyens, et ç’a donné une série fantastique. On peut rêver à ce que ça fasse une aussi belle histoire. Nous, on a produit "Blue Moon" avec des moyens québécois, avec une limitation au niveau des effets spéciaux, mais on trouve que les mêmes ingrédients sont présents.»

Avec Karine Vanasse?

En 2017, un premier contrat d’adaptation de «Blue Moon» aux États-Unis avait été signé, par le biais de la compagnie Cineflix, avec la «showrunner» américaine Corinne Marrinan. Un scénario avait été écrit, mais la tangente davantage européenne que Cineflix souhaitait donner au projet ne plaisait pas à Aetios, qui a ainsi récupéré les droits de sa fiction.

Pour l’instant, Keshet International n’a annoncé aucun scénariste, réalisateur ou acteur rattaché au projet. Réalistement, Sébastien Pigeon s’attend à ce que l’œuvre prenne véritablement corps en 2022.

Est-ce que Karine Vanasse (interprète de Justine Laurier, personnage central de "Blue Moon"), qui traîne déjà une carrière enviable aux États-Unis, pourrait être de l’aventure? Cette question n’est pas du ressort d’Aetios, répond le producteur.

«Est-ce qu’elle pourrait être considérée? Ce n’est pas impossible. Son petit accent québécois pourrait servir l’histoire. Mais ça repose à 100 % sur eux et il n’y a eu aucune discussion à cet égard.»

Les trois saisons de «Blue Moon» sont toujours disponibles sur Club illico.

À VOIR AUSSI: L’évolution des comédiens de L’Échappée 

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus