Louis-Philippe Dandenault fait son grand retour comme comédien | 7 Jours
/magazines/lasemaine

Louis-Philippe Dandenault fait son grand retour comme comédien

Image principale de l'article Son grand retour comme comédien
Photo : Bruno Petrozza

Pour plusieurs téléspectateurs, il restera toujours l’interprète de Francis Gagnon dans Lance et compte, un rôle marquant dans sa carrière. Louis-Philippe Dandenault est quand même passé à autre chose depuis, et cette année, il est occupé comme jamais puisqu’il participe à trois séries télé.

Louis-Philippe, pour vous, c’est un grand retour comme comédien en 2021!
Oui, je recommence à faire de la télé. Je n’ai pas eu beaucoup de rôles durant quelques années, mais je travaillais en studio, parce que je fais des voix. Disons que je n’ai pas besoin de faire des rôles pour gagner ma vie. Il y a deux ans, j’ai joué dans la série Barkskins tournée à Québec par des Américains. Ça se passait dans les années 1600 et j’ai eu tellement de plaisir sur ce tournage que ça m’a redonné le goût. J’ai réalisé que je m’ennuyais du jeu et cette année, je pense que je n’ai jamais fait autant de télé de ma vie! Je suis vraiment content, c’est inespéré.      

On vous retrouve d’ailleurs dans la peau de Sylvain Lanctôt, dans Alertes.
C’est un beau cadeau, ç’a été bien le fun à faire! J’interprète le gars qui a tué le mari de Stéphanie Duquette, jouée par Sophie Prégent. On a vu au printemps qu’il sortait de prison. Pascal (Jean-Simon Leduc), le fils de sa victime, a décidé que ce n’était pas correct que Lanctôt ait sa libération conditionnelle. Il va chercher à se rapprocher de cet homme. On a tourné ça cet hiver, j’ai terminé au mois de mai. 

Photo : Pixcom / TVA


• À lire aussi: Tout ce qu'il y a à savoir sur les nouveaux personnages d’Alertes

Croyez-vous que les gens vont le prendre en pitié ou le détester?
Je dirais que c’est un beau mélange des deux. Lanctôt essaie de se repentir, mais en même temps, il sait qu’il n’a pas vécu une vie d’ange. Il ne fait pas semblant que ce n’est pas arrivé, c’était comme ça, that’s it.      

En plus d’Alertes, vous participez à une autre série.
Oui, Lac-Noir, avec Mélissa Désormeaux-Poulin et Stéphane Demers. C’est Frédérik D’Amours qui réalise la série. Vraiment, Lac-Noir, c’est du jamais-vu au Québec! J’y ai retrouvé Louise Cardinal, avec qui je suis allé à l’école, et c’était super le fun. J’aime ça parce qu’on s’en va vers l’horreur, mais je ne peux en dire plus, sinon que je joue un cuisinier dans un camp de vacances. 

Photo : Bruno Petrozza


• À lire aussi: Mélissa Désormeaux-Poulin en vedette dans la nouvelle série «Lac-Noir»

À ce propos, il paraît que vous-même aimez cuisiner?
J’adore ça. J’ai toujours été celui qui fait à manger à la maison et je reçois constamment mes amis. J’adore préparer des repas et nourrir le monde chez nous. 

Et vous avez aussi un troisième projet...
Oui, je viens de commencer le tournage d’une dramatique de huit épisodes. C’est tout ce que je peux dire, mais je suis super content, parce que c’est la première fois en 23 ans que je tiens un rôle principal. J’ai passé une audition et j’ai capoté quand on m’a annoncé qu’on m’avait choisi. Ça fait longtemps que je n’ai pas été excité comme ça. 

C’est drôle parce que vos personnages sont tout noirs ou tout blancs; ou bien vous êtes un bon gars ou bien vous êtes un croche!
Ça dépend des années et pour qui je travaille. Pour des Américains, je campe tout le temps un croche, et quand je travaille au Canada anglais, j’incarne un bon gars. Ici, au Québec, ça se promène entre les deux. 

Parmi les rôles de bons gars, il y a eu celui de Francis Gagnon dans Lance et compte.
Ç’a été le plus marquant, parce que c’est celui que j’ai incarné le plus longtemps. Ça a duré 14 ans. Je me suis fait des amis proches sur ces tournages, que j’ai encore aujourd’hui. Parmi eux, il y a Peter Miller, Mathieu Baron et Fayolle Jean Jr. C’est avec eux que je fais des soupers. Imagine, pendant 14 ans, j’étais payé pour aller rire et m’amuser avec mes chums! 

TVA

Francis avait notamment été échangé par le National aux Canadiens, c’était quelque chose! D’abord, je me faisais engueuler par Jacques Mercier, alias Yvon Ponton, et ça, c’était fantastique. Et puis, lorsqu’on était à Québec, au Colisée, pour tourner les séquences de jeu, mon frère Mathieu, qui jouait alors pour Montréal (durant quatre saisons, de 2005 à 2009), est venu faire un jeu avec la fausse équipe des Canadiens. On a donc eu l’occasion de jouer ensemble, sur le même trio, et on a compté un but! C’est un beau souvenir, c’était super cool. J’ai connu de beaux moments en jouant dans Lance et compte.

Y a-t-il un autre souvenir particulièrement fort?
La première saison, quand on est revenus, en 2000. On s’en allait tourner à Québec, et le Colisée était rempli, on refusait du monde pour assister au tournage. On était dans la chambre pendant qu’il y avait un match des anciens et lors de la présentation des joueurs-acteurs, on sentait l’enthousiasme du public monter. J’étais curieux, je suis sorti de la chambre et je me suis avancé près de la glace, derrière un rideau. C’était fou! Plus l’annonceur faisait ses présentations, plus on sentait les murs vibrer. Quand est arrivé le moment où il a présenté Robert Marien, Éric Hoziel, puis Marc Messier et Carl Marotte, le bruit est devenu assourdissant. 

Comment vous êtes-vous senti?
C’était comme lors d’un concert! J’avais la chair de poule, ça n’avait aucun sens. Ils étaient applaudis comme certains anciens joueurs des Canadiens ont été applaudis par la foule, les cris n’arrêtaient pas. Je vais m’en souvenir toute ma vie. 

Parallèlement à votre métier d’acteur, vous faites du doublage. De quels acteurs faites-vous les voix?
Parmi ceux que je double souvent, il y a Woody Harrelson, Jason Momoa, Jared Butler. Il y a des films et des séries qui se doublent ici, mais quand c’est pour Netflix, c’est autre chose. Le chef cuisinier Gordon Ramsay est celui dont je fais la voix en français le plus souvent, 90 % du temps. Il a été bon pour moi au cours des 10 dernières années! C’est comme ça que je gagne ma vie. Les tournages, c’est un bonus. Mais cela dit, je suis tellement content d’avoir rejoué cette année et d’avoir décroché ce tout premier rôle principal!

EVASION


• À lire aussi: Un couple accuse Gordon Ramsay d'avoir gâché son mariage

Côté famille, vous avez deux enfants?
Oui, un gars et une fille. Ce sont des adultes, il a 21 ans et elle, 19. Avec tout ce qui s’est passé, l’année 2020 a vraiment été très moche pour les jeunes adultes qui finissaient l’école et qui se disaient: «OK, je pars ma vie!» Ma fille devait voyager, entre autres. Durant tout ce temps-là, ils étaient à la maison et j’étais bien content qu’ils soient avec moi, il y avait de la vie chez nous.

Après 23 ans de métier, y a-t-il quelque chose que vous aimeriez faire? Du cinéma, par exemple?
C’est sûr que j’aimerais ça, c’est tellement une autre gang et les quelques fois où j’ai fait des films, j’ai tellement aimé ça! Entre autres parce que ce n’est pas long: tu tournes durant un mois et ensuite tu passes à autre chose. J’aimerais aussi faire de la comédie. C’est seulement au Canada anglophone que j’ai participé à des comédies.

Suivez Louis-Philippe Dandenault dans Alertes, présentée le lundi à 21 h, à TVA.
Lac-Noir sera diffusée cet hiver sur Club illico.

À VOIR AUSSI: Les 10 meilleures séries sportives  

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus