Fermer le jardin à l'automne | 7 Jours
/inspiration/maison

Fermer le jardin à l'automne

Image principale de l'article Fermer le jardin à l'automne
Photo Shutterstock

Les journées raccourcissent et les températures sont à la baisse, mais il reste encore plusieurs gestes à poser au jardin.

DIVISER LES VIVACES

On procède idéalement à la division (ou au déménagement) des vivaces quand elles sont devenues trop grosses ou parce qu’on souhaite les multiplier. Or pour éviter de stresser notre plante, on procédera à sa division quand elle est en repos, c’est-à-dire quand elle a fini de fleurir et qu’elle n’est plus en croissance pour la saison. Ainsi, l’automne est le meilleur moment pour diviser les vivaces à floraison printanière, soit celles qui fleurissent jusqu’à la mi-juin, tels le phlox mousse, la corbeille d’or, la pulsatille... 

Photo iStock

Pour procéder

On prend une pelle, ou préférablement une bêche tranchante, qu’on enfoncera dans la plante et qu’on insérera en appuyant avec notre pied. On soulève la portion de notre plante à replanter et on la déplace dans un trou préalablement creusé. On comble le trou de terre, tant pour la plante divisée que pour celle transplantée, on presse la terre pour enlever les poches d’air et on arrose.

PLANTER LES BULBES PRINTANIERS

Septembre est le moment parfait pour mettre en terre nos bulbes de jacinthes, de scilles, de tulipes, de narcisses, de perce-neige, d’ail décoratif... On choisira un endroit ensoleillé dont le sol est riche et bien drainé (donc, non glaiseux). On peut planter des bulbes printaniers entre nos végétaux ou sous des arbres. On peut évidemment en planter sous des arbres à feuilles caduques comme l’érable, le chêne, le platane, l’orme ou le bouleau, car les bulbes auront eu le temps de fleurir avant que les feuilles ne poussent et ne bloquent les rayons du soleil. 

Photo iStock

La profondeur et l’espacement

On fera un trou équivalant à trois fois la hauteur du bulbe, à l’exception des tulipes qui ont besoin du double (soit six fois la hauteur). Pour l’espacement, calculer environ trois fois la largeur du bulbe entre chacun.

Les étapes à suivre

1. On creuse nos trous et on dépose au fond de chacun un peu de mycorhizes, soit des champignons qui aident les racines des bulbes à se fixer et à absorber l’eau et les minéraux dans le sol. 

2. On dépose notre bulbe, le bout pointu au sommet (donc la base plate sur les mycorhizes). Si on a un bulbe rond dont on ignore le sens, il suffit de le faire tremper dans un seau d’eau pendant trois heures pour qu’il gonfle un peu, puis on le plante dans n’importe quelle position. 

3. On couvre nos bulbes de terre et on arrose.

Bon à savoir!

Les écureuils étant friands des bulbes, il serait judicieux de les protéger, soit en déposant un morceau de grillage à poules à la surface de la terre ou en recouvrant la zone de plantation avec de la farine de sang ou du fumier de poule, deux engrais naturels qui ont une forte odeur qui confondra les écureuils. 

PROFITER DES SOLDES

À l’automne, la plupart des pépinières soldent leurs végétaux, et il devient donc avantageux de profiter de ces rabais pour réaliser une plate-bande, une haie, ou pour planter un arbre. Pour une vivace ou un arbuste, il suffit de respecter les consignes de plantation habituelles et de bien les arroser dans les jours et semaines suivants. Pour un arbre, il en va un peu autrement... On peut planter un arbre jusqu’au moment où la surface du sol commence à geler, soit début novembre, car il est alors en dormance jusqu’au printemps. Mais il faut respecter quelques étapes pour s’assurer qu’il s’enracine bien. 

Photo Shutterstock

Les étapes pour réussir la plantation de notre arbre:

1. On creuse un trou deux fois plus large que le pot ou la motte d’origine et de la même profondeur que celle-ci. À moins qu’il ne soit vendu à racines nues, on enlève le pot ou le jute et on dépose l’arbre dans le trou de manière à ce que le collet de racines — soit la partie où les racines rejoignent le tronc — se trouve au niveau du sol ou légèrement au-dessus. 

2. On remplit le trou avec la terre retirée précédemment et à laquelle on pourrait ajouter un peu de terreau à jardin (et non de la terre noire, très peu nutritive), puis on compacte légèrement le sol autour des racines. 

3. On ajoute ensuite du terreau jusqu’au niveau du sol fini et du collet, sans jamais recouvrir ce dernier. Si nécessaire, on installe un tuteur pour la première année. 

4. On arrose abondamment et on veille à maintenir le sol humide pour les prochains jours.

Doit-on ou non ramasser nos feuilles?  

De nombreux spécialistes de l’horticulture recommandent d’étaler nos feuilles sur la pelouse et de passer souvent la tondeuse, car ainsi déchiquetées, les feuilles se transformeront en compost. Il reste ensuite à passer le râteau pour que les feuilles se déposent sur le sol, entre les brins de gazon. Cependant, il ne faut pas que notre couche de feuilles déchiquetées dépasse 2 cm d’épaisseur, car en plus grande quantité, elles étoufferont la pelouse.

À lire aussi

Et encore plus