Un an plus tard, Charles Lafortune fait le bilan de sa fondation | 7 Jours
/magazines/lasemaine

Un an plus tard, Charles Lafortune fait le bilan de sa fondation

Image principale de l'article Charles Lafortune fait le bilan de sa fondation
Julien Faugère

Les derniers mois ont été synonymes de défis pour Charles Lafortune. Le père de famille, producteur et animateur les a accueillis avec résilience, n’ayant pas peur de se relever les manches. À l’aube de la nouvelle saison culturelle, il fait le point avec nous.

• À lire aussi:
Charles Lafortune et Sophie Prégent se lancent dans une nouvelle aventure inspirée par leur fils Mathis

• À lire aussi:
Charles Lafortune et Sophie Prégent offrent une surprise de taille à une jeune fan autiste

Charles, la dernière année et demie a été bien compliquée pour beaucoup de gens. Pour vous qui êtes producteur et qui deviez être constamment en mode solution, était-ce épuisant?
Je pense que la vie a fait en sorte que j’aie beaucoup de résilience maintenant. Si j’avais eu à faire un épuisement professionnel, ce serait arrivé il y a 15 ans! De mon point de vue, mon rythme de vie est normal même si, autour de moi, tout le monde le trouve bizarre! (rires) Cela dit, une fois les enregistrements de Bijoux de famille finis, mon fils est parti en répit quelques jours, et j’ai pris des vacances. J’ai réalisé que j’en avais grand besoin!      

Photo : Eric Carriere


• À lire aussi: 5 choses à savoir sur le retour de Bijoux de famille

Chez Pixcom, comment avez-vous vécu la crise?
Nous avons vraiment été solidaires. Nous sommes passés d’une période où il fallait tout arrêter et attendre, à une autre où il fallait se lancer malgré les risques encourus. Produire une série de fiction, c’est à peu près 100 000 $ par jour qui sortent des coffres. C’est stressant quand on sait qu’il y a la menace que la production soit arrêtée du jour au lendemain. Le plus dur, ç’a été d’appeler les gens pour les mettre en mise à pied temporaire. En raccrochant avec François-Étienne Paré, qui est derrière le concept d’Autiste, bientôt majeur et des productions qui ne sont pas de la fiction, j’ai pleuré. Je l’ai rappelé tout de suite et je lui ai dit: «Oublie ça, tu n’es plus en mise à pied temporaire!» Je savais que j’aurais besoin de lui et de ses concepts quand ça repartirait.

De plus, votre conjointe, Sophie Prégent, est présidente de l’Union des artistes...
J’ai trouvé Sophie très bonne de traverser cette crise. À l’Union des artistes, ils sont passés de 40 à 10 employés. Sophie a coupé son salaire de 25 %. Chaque jour, elle devait gérer des demandes d’aide de plein d’artistes qui n’arrivaient plus à payer leur loyer. En plus, l’insécurité a fait monter le ton des gens qui critiquaient le travail de l’UDA. Ç’a parfois été assez violent. 

Photo : Dominic Gouin

• À lire aussi: Charles Lafortune et Sophie Prégent ont choisi de rester un couple uni malgré les épreuves

• À lire aussi: Sophie Prégent explique comment elle reste positive face aux défis

Comment Mathis a-t-il traversé la crise?
Nous avons eu la chance d’avoir une éducatrice à la maison qui lui faisait faire des activités pendant que son école était fermée. Il a aussi été vacciné en priorité grâce au service qu’on reçoit pour lui au CLSC. J’ai dit à la personne: «Ne lui expliquez pas ce que vous faites, ça lui causerait de l’angoisse. Sa mère et moi serons vaccinés, puis je vais attirer son attention, et vous lui donnerez le vaccin le plus rapide de votre vie!» 

Avez-vous eu peur de perdre des gens à cause de la covid-19?
Oui, ma sœur et mon beau-frère l’ont contractée. Ma sœur souffre de problèmes respiratoires, alors je l’appelais trois fois par jour pour m’assurer qu’elle était correcte. Mon pauvre beau-frère, Bruno, avait tellement mal qu’il ne savait plus comment se positionner. Il riait et pleurait en même temps. Heureusement, ils se portent bien, ils se sont fait vacciner dès qu’ils ont pu. Mes parents vont bien aussi, même si, à 77 et 76 ans, ils ont le sentiment qu’on leur a volé une partie de leur vie. 

Il y a près d’un an, vous lanciez la Fondation Autiste & majeur. Quel bilan faites-vous?
Ça va très bien! La Fondation St-Hubert a embarqué avec nous dès le départ en faisant un don d’un million de dollars. Et nous allons lancer des produits alimentaires à l’effigie de la fondation, dont un ketchup! 

Photo : Julien Faugere


• À lire aussi: Charles Lafortune révèle pourquoi son fils Mathis est moins présent dans la saison 3 d’Autiste, maintenant majeur

• À lire aussi:
«Lac-Noir»: une nouvelle série de fiction québécoise originale et mystérieuse produite par Charles Lafortune

Comment est né ce projet?
Sur le plateau de Salut Bonjour, Gino Chouinard m’a demandé si la fondation comptait mettre en marché des vêtements. Je lui ai dit que j’aimerais plutôt une association avec un produit de consommation simple, comme l’a fait Paul Newman. Et la compagnie Pastene m’a appelé pour me proposer de nous associer à son nouveau ketchup. C’est fantastique, car mon fils adore le ketchup! Ce sera un produit gourmet aux herbes italiennes, avec un petit kick spécial. Pastene fournira les tomates de transformation à la compagnie québécoise Canada Sauce, qui concoctera la recette. Ce produit, sur lequel il y aura une photo de Sophie, Mathis et moi, sera donc entièrement fait en sol québécois. Pour chaque bouteille vendue, 1 $ sera versé à Autiste & majeur. D’autres produits suivront, dont un risotto.

Et que ferez-vous avec les dons reçus?
Pour notre premier projet, nous aiderons au déménagement d’À pas de géant dans le quartier Angus de Montréal. Nous nous sommes engagés à donner 2 millions de dollars sur 10 ans à cette école, que j’aime nommer le Harvard de l’autisme. Nous avons des projets à Québec et à Sherbrooke. Nous voulons soutenir des initiatives existantes pour aider et améliorer les centres de jour qui accueillent les personnes autistes. 

Le Québec a été charmé par Mathis avec Autiste, bientôt majeur. Pouvez-vous nous donner de ses nouvelles?
Durant son répit, il est allé en Beauce avec deux éducatrices et un garçon de son âge très gentil. Ils ont visité le Miller Zoo, un centre sur les dinosaures et la maison du fondateur des gâteaux Vachon. Pour un garçon gourmand comme lui, c’était le bonheur! 

Bijoux de famille, le jeudi 21 h, à TVA.
La faille revient le 7 octobre sur Club illico.
Pour en savoir plus sur la Fondation Autiste & majeur: fondationautisteetmajeur.com.

À VOIR AUSSI: CHARLES LAFORTUNE RÉPOND À NOTRE VRAI QUESTIONNAIRE 

s

À VOIR AUSSI: 15 ANS DE LOOKS DE CHARLES LAFORTUNE

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus