Gino Chouinard entame sa 15e saison à la barre de Salut Bonjour avec confiance et sérénité | 7 Jours
/magazines/7jours

Gino Chouinard entame sa 15e saison à la barre de Salut Bonjour avec confiance et sérénité

Image principale de l'article Confiance et sérénité pour sa 15e saison
Photo : Julien Faugere

Gino Chouinard est de retour pour une 15e saison à la barre de cette populaire émission matinale. C’est un animateur reposé, en pleine possession de ses moyens et fidèle au poste qui nous revient dans une émission complètement revampée, avec un nouveau décor et de nouveaux collaborateurs. Entrevue de fin de vacances avec Gino Chouinard.

• À lire aussi:
Une mésaventure cocasse et douloureuse pousse Gino Chouinard à demander de l'aide

Gino, quel genre d’été as-tu passé?
Un super bel été! J’ai le privilège de ne pas travailler durant la période estivale. J’ai fait ce choix pour passer le plus de temps possible avec ma famille. C’est important pour moi de prendre une pause de l’horaire intense de la saison télévisuelle et de décrocher un peu. Ce fut un été très cool, je n’ai pratiquement pas été à la maison tellement nous avons voyagé soit en Gaspésie, en Estrie ou sur la Côte-Nord. J’ai vraiment passé du temps dans ma bulle familiale. 



Est-ce difficile pour toi de décrocher quand arrivent les vacances?
Je ne sais pas ce qui s’est passé cet été, mais contrairement à d’habitude, ç’a été facile. Bon, c’est certain qu’il y a une certaine transition qui se fait la première semaine, parce que je me réveille la nuit même quand je ne travaille pas. Je suis tellement habitué à me lever tôt que c’est difficile pour moi de changer ce mode de vie. Aussi, quand les vacances arrivent, j’ai tendance à continuer de suivre l’actualité de façon assidue, du moins la première semaine de mes vacances. Mais ensuite, je décroche peu à peu. Cette année, par contre, j’ai réussi à prendre une bonne pause et à ne pas trop suivre l’actualité, et ça a fait du bien. 

Dans quel état d’esprit es-tu quand la rentrée arrive?
Je ne trouve pas ça trop difficile de reprendre le rythme, mais il faut dire que la semaine de préparation avant d’entrer en ondes aide beaucoup. Même que je suis content de recommencer la saison. La semaine avant mon retour en ondes, j’ai rencontré toute ma gang, que je n’avais pratiquement pas vue de l’été. J’ai déjeuné avec un, lunché avec un autre, et je me suis baigné avec un autre chroniqueur. Ce genre de moments me donne chaque fois le goût de revenir au travail, simplement parce que ce sont des gens que j’apprécie et que je suis heureux de retrouver. On est vraiment une belle gang et on est très proches. Oui, l’horaire est parfois difficile pour le corps, mais le plaisir prend le dessus.

• À lire aussi: L'équipe de Salut Bonjour partage des photos et souvenirs de la rentrée scolaire

Quand on jette un œil à ton compte Instagram, ç’a presque l’air d’une brochure de vacances idéales.
Oui, je n’ai pas tout publié, mais en effet, ce furent de belles vacances. J’ai plein de photos de vacances dans mon téléphone, parce que j’en prends beaucoup. Je suis allé à la pêche avec mon fils, Nathan. Il a maintenant 11 ans, et nous partageons cette passion. Ça nous permet de passer de bons moments père-fils. J’aime aussi faire des sports nautiques en famille, donc nous avons fait du surf et du ski nautique en masse. On a aussi passé de belles journées calmes et relaxes en bateau. 

Tu es un fan de hockey; avez-vous vécu la frénésie de la dernière saison?
Oui! Même que, quand nous sommes partis en Gaspésie, c’était la série Canadiens-Lightning qui débutait, et on se dépêchait à arriver là-bas pour ne pas manquer une seule période. On a passé de bons moments en famille à écouter le hockey, et ça nous rendait fort heureux. Ce fut une aventure incroyable que de voir nos Canadiens en finale de la Coupe Stanley! 

Tu as célébré ton anniversaire cet été; te voilà à 54 ans. Comment vis-tu l’approche de la mi-cinquantaine?
Je pense que je suis à l’âge d’être plus près de la retraite que d’autre chose, mais j’ai encore le goût de travailler et d’avoir du fun au travail. C’est ce plaisir de communiquer avec les gens qui me garde en poste. Sinon, je dirais que l’âge, c’est un chiffre, et que je ne me sens aucunement mi-cinquantenaire dans ma tête. Même que je me sens encore jeune et que j’ai encore envie de continuer à m’accomplir dans le travail.

• À lire aussi: Le look de vacances de Gino Chouinard est loin de faire l'unanimité

J’ai l’impression que tu as le bonheur plus facile qu’avant et que tu prends le temps qu’il faut pour le savourer...
Oui. Bon, je suis un gars qui est généralement heureux dans la vie. J’ai toujours été facilement heureux et je ne suis pas une personne très torturée et compliquée. Je sais apprécier les petites choses du quotidien, et c’est probablement parce que mon chemin de croix a été long avant d’arriver à Salut Bonjour. J’apprécie chaque petite chose. Sauf que je trouve qu’avec les années, je deviens de plus en plus exigeant, je suis difficile à contenter et quand ça fait 10 fois que j’ai quelqu’un en entrevue, j’ai envie de trouver une nouvelle façon de m’entretenir avec cette personne. Je suis plus exigeant envers moi-même que je ne l’étais lors de ma première année.

Peut-on aussi dire que tu prends beaucoup plus le temps de décrocher?
Oui, on pourrait dire ça. Je suis maintenant plus capable de faire une pause. Je ne suis pas moins engagé ou moins impliqué, mais je sais mieux tracer la ligne entre le travail et la vie familiale. Donc, quand je suis en congé, je n’ai plus la tête à moitié à une place et l’autre ailleurs. Je vis le moment présent et, avec mes enfants, le temps passe si vite! Si tu n’appuies pas sur le frein pour prendre le temps, tu manques de beaux moments. Ils sont à un âge où tout est plus facile, ils s’intéressent beaucoup plus à tout.

Photo : Julien Faugere



• À lire aussi: Gino Chouinard s'éclate en ski nautique, mais ça ne se termine pas comme prévu

• À lire aussi:
Découvrez les sublimes photos de Gino Chouinard en vacances avec sa famille en Gaspésie

Est-ce que tu penses plus à la Liberté 55?
Non, ce n’est pas dans mes plans. Tant que j’ai du fun, que je m’amuse et que je serai dans le cœur des gens, je vais continuer. Mais bon, on verra pour la suite. Si, à un moment donné, mon corps ne suit plus cet horaire particulier, je vais me raviser et faire autre chose. Mais pour l’instant, si les gens souhaitent m’avoir encore avec eux, je vais être là et je suis prêt à faire encore un petit bout. 

Quel Gino Chouinard retrouve-t-on pour cette 15e saison?
Un Gino Chouinard expérimenté, nuancé, informé, divertissant et surtout rassembleur. C’est ce qui me décrit le mieux et, avec les années d’expérience qui s’ajoutent, je me sens de plus en plus dans mon élément. 

Y a-t-il des nouveautés à Salut Bonjour cette année?
Oui! Il y a d’abord plein de gens qui vont s’ajouter à notre équipe. Il y a Nicolas Ouellet qui viendra nous parler de plein de sujets qui le passionnent, et Diane Lamarre viendra nous parler de santé. Pierre-Olivier Zappa viendra jaser de consommation, Isabelle Racicot sera aussi des nôtres, Guillaume Pineault viendra nous faire des éphémérides, Philippe-Vincent Foisy viendra nous jaser de politique, et Jean-François Plante viendra discuter cuisine avec nous. Il y a aussi un tout nouveau décor, une nouvelle musique, une nouvelle image visuelle. C’est un gros lifting de Salut Bonjour cet automne. 

Photo : /



• À lire aussi: Gino Chouinard est plus proche de ses enfants que jamais

Est-ce que c’est toi qui avais envie de ce genre de rajeunissement?
Oui, je dois dire que j’avais besoin de changement, et TVA a accepté cette proposition. Ça fait du bien de se retrouver dans un décor un peu plus actuel. C’est à aire ouverte, avec un immense nouveau salon et une nouvelle cuisine. Aussi, avec les nouvelles règles sanitaires, il sera possible d’être un peu plus rassemblés en studio; ça va faire du bien. 

As-tu d’autres projets à l’agenda?
Non. Salut Bonjour, ça représente une cinquantaine d’heures d’émission par semaine. Donc, je n’ai pas beaucoup de temps pour entreprendre autre chose. Mais le 17 septembre prochain, ce sera la 30e édition de mon tournoi de golf au profit de la Fondation du centre jeunesse de la Montérégie. Je suis le porte-parole de cette activité qui permet de récolter entre 150 000 $ et 200 000 $ chaque année. C’est une cause qui me tient à cœur parce que, oui, les enfants des centres jeunesse ont accès aux services gouvernementaux pour l’enseignement, entre autres, mais quand vient le temps de leur offrir des loisirs ou un plus grand soutien académique, les coffres sont vides. J’ai donc eu envie de m’impliquer encore plus. Ça permet de faire des petits miracles avec les jeunes, de les encourager à faire de plus hautes études. Ça permet de changer leur vie. 

Salut Bonjour, en semaine dès 6 h, à TVA.
Pour en savoir plus sur la Fondation du centre jeunesse de la Montérégie: fcjmonteregie.org.

À VOIR AUSSI: GINO CHOUINARD RÉPOND À NOTRE QUESTIONNAIRE TÉLÉ

s


À VOIR AUSSI: 21 vedettes québécoises adeptes de vélo 

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus