Afin de briser les tabous, Sarah-Jeanne Labrosse a choisi de parler publiquement de sa fausse couche | 7 Jours
/magazines/echosvedettes

Afin de briser les tabous, Sarah-Jeanne Labrosse a choisi de parler publiquement de sa fausse couche

En toute ouverture et vulnérabilité, Sarah-Jeanne Labrosse a fait le récit de sa fausse couche dans son balado, Habiter. Lundi soir, lors de son passage à l’émission Bonsoir bonsoir!, la comédienne et animatrice a choisi de raconter pourquoi elle a voulu s'ouvrir sur ce sujet très personnel.

• À lire aussi: Sarah-Jeanne Labrosse est très heureuse et sereine d'entrer dans la trentaine

• À lire aussi: Sarah-Jeanne Labrosse nous fait craquer avec une vidéo souvenir absolument adorable

• À lire aussi: Marc-André Grondin souligne l'anniversaire de Sarah-Jeanne Labrosse avec de rares photos de couple

Dans le troisième épisode de sa série Habiter, la jeune femme de 30 ans s’ouvre sur l’expérience difficile qu’elle a vécue.

«Je décide d’en parler ici parce que je me questionne de mon propre silence des derniers mois. Parce que le silence a été plus toxique pour moi que d’en parler et je me sens prête à le briser maintenant.»

En compagnie de la musicienne Ariane Moffatt, Sarah-Jeanne a expliqué son histoire, qui est similaire à celle de nombreuses femmes.

«Je suis tombée enceinte, pis quand c’est arrivé, j’ai eu des échos, ça allait bien, on a entendu le cœur, etc., pis quand je suis arrivée à la clarté nucale, on m’a dit que la grossesse a été arrêtée, malheureusement. Le cœur s’est arrêté.»

Par la suite, la jeune femme a eu des complications médicales qui l’ont suivie pendant près d’un an.



• À lire aussi: Meghan Markle révèle avoir fait une fausse couche dans un témoignage crève-cœur

Lundi soir, à Bonsoir bonsoir!, l’animateur Jean-Philippe Wauthier lui a demandé pourquoi elle a choisi de revenir sur ce sujet difficile maintenant.

«Je m'ouvre parce que je pense que cette discussion-là est importante. J'ai la certitude que cette conversation-là est importante et peut apaiser beaucoup de monde.»

Selon la Société des obstétriciens et gynécologues du Canada, environ de 15 à 20% des grossesses se terminent en fausses couches. Malgré tout, ça demeure toujours un sujet qu’on évite.

«Plus on en parle, plus on va être bon pour en parler, plus on va être bon pour écouter, moins les gens qui vont le vivre vont se sentir seuls, moins il va y avoir de tabous.»

Les six épisodes de Habiter sont disponibles sur Audible.

À VOIR AUSSI: 28 vedettes québécoises qui font un tabac en France  

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus