Pierre-Olivier Zappa reconnaissant de sa relation de proximité avec le public | 7 Jours
/magazines/echosvedettes

Pierre-Olivier Zappa reconnaissant de sa relation de proximité avec le public

Image principale de l'article Reconnaissant de son lien avec le public
Photo : Julien Faugere

À la barre de l'émission À vos affaires, qui est de retour pour une deuxième saison à LCN et à QUB radio depuis le 23 août, Pierre-Olivier Zappa est devenu la référence pour bien des téléspectateurs en matière d'économie et des finances. Un pari qu'il n'aurait pourtant jamais cru possible il y a 10 ans. 

Tout jeune, Pierre-Olivier Zappa avait la conviction qu’il serait un jour journaliste. «Ça m’a beaucoup aidé dans mon parcours scolaire parce qu’en sachant aussi jeune où je voulais aller, j’ai pu prendre des décisions en conséquence. Les journées où c’est un peu plus difficile, où je suis parfois un peu plus fatigué, je me rappelle que je fais le métier que je voulais faire quand j’étais tout petit et que, chaque jour, je réalise un rêve d’enfance. Je ne peux vraiment pas me plaindre.» 

Pourtant, avec un bagage d’études universitaires en communication et en politique, il ne se destinait pas à animer une émission qui traite d’économie. «Si on m’avait dit ça il y a 10 ans, j’aurais probablement été très étonné de savoir que j’allais faire ça un jour, parce que mes intérêts étaient plutôt politiques. Mais lorsqu’on m’a confié le mandat de l’économie il y a quelques années à TVA, j’en ai vraiment fait mon sujet favori. Aujourd’hui, je suis un passionné d’économie. J’ai aussi appris à découvrir toutes les facettes de ce merveilleux monde. L’économie, c’est aller au-delà des chiffres, des statistiques et des résultats boursiers du jour; c’est voir comment les nouvelles ont un impact au quotidien sur nos décisions, dans nos projets de vie.» C’est le mandat de l’émission d’actualité économique À vos affaires qu’il a commencé à animer en janvier, en semaine à LCN, et qui est offerte en format balado sur QUB radio. «On a été agréablement surpris de la réponse du public. Les gens ont non seulement été nombreux à nous suivre, mais ils ont été fidèles tout au long de la première saison... Je pense que la pandémie a mis en lumière notre besoin d’être bien informés sur le plan économique et financier afin de prendre de meilleures décisions.»

BIEN AU-DELÀ DE L’ÉMISSION
Depuis près d’un an, il n’est pas rare que des gens reconnaissent Pierre-Olivier dans la rue. «Je suis privilégié d’avoir une relation de proximité avec le public. Quand on parle d’économie et de finances, ça vient toucher les gens dans leur intimité, ça soulève des questionnements et des discussions avec les membres de leur famille. Les gens n’hésitent pas à se confier, que ce soit par courriel ou sur Facebook. Certaines journées, je peux recevoir une centaine de questions et de commentaires. J’essaie de répondre le plus possible aux gens et de les aider. Quand je vois que des gens ont des problèmes importants, je n’hésite jamais à prendre le téléphone quand j’ai un petit cinq minutes et à donner un coup de main à quelqu’un qui a des difficultés et qui a besoin d’être guidé vers des sources d’information... Je ne le fais pas juste parce qu’il y a une émission de télé. Il y a plusieurs appels que je fais en toute discrétion après l’émission parce que je pense que ça fait partie du service qu’on peut rendre aux Québécois, surtout dans des temps d’incertitude. Si je peux aider quelques personnes chaque jour, je trouve ça très valorisant.» 

Évidemment, la campagne électorale au fédéral est un des sujets abordés en ce début de saison d’À vos affaires pour voir quels seront les enjeux financiers et économiques de cette élection et leur impact sur notre quotidien. De plus, Pierre-Olivier et son équipe de collaborateurs vont davantage se déplacer à l’extérieur du studio au cours de cette nouvelle saison pour aller à la rencontre d’entrepreneurs, de travailleurs et de politiciens afin de comprendre leur réalité. 

Le journaliste signe également une chronique le samedi dans Le Journal de Montréal. «Ça me permet d’approfondir un sujet marquant de l’actualité. Je m’inspire souvent des rencontres que je fais dans le cadre de l’émission À vos affaires.» De plus, il fait des interventions dans les bulletins de nouvelles de TVA et de LCN. Puis, il assure la traduction simultanée des points de presse gouvernementaux en anglais à TVA et à LCN, un aspect de son travail qui rejoint son amour de la politique. «J’aime ça parce que la traduction permet d’entrer un peu dans la tête des dirigeants politiques, car on écoute très attentivement leurs discours et on les traduit mot à mot en direct. Il y a des politiciens pour lesquels je peux maintenant anticiper ce qu’ils vont employer comme expressions et tournures de phrases dans leurs discours.» Alors que d’autres, comme un certain Donald Trump qui avait une forte tendance à improviser, lui ont donné plus de fil à retordre.

LE CHALET DE SON ENFANCE
Malgré son horaire chargé, Pierre-Olivier Zappa a eu le temps de recharger ses batteries au chalet, cet été, avec sa conjointe et leurs deux fils, Florent, cinq ans et demi, et Romain, deux ans et demi. «Lorsqu’on était jeunes, mon frère et moi, mes parents avaient un chalet à Saint-Gabriel-de-Brandon, tout près d’un petit lac. Mes parents l’ont vendu en 2001 à quelqu’un qui l’a rénové. Au tout début de la pandémie, ma conjointe, à qui je disais depuis 10 ans que je voulais un chalet, m’a dit qu’elle aimerait en avoir un. J’ai donc appelé celui qui avait acheté le chalet de mes parents. Il n’était pas à vendre, mais je lui ai proposé de l’acheter, et ça s’est concrétisé. J’ai retrouvé mon chalet d’enfance. Il y avait encore mes jouets de l’époque de mes cinq ans dans le cabanon! Je suis un nostalgique, alors c’était un rêve qui se concrétisait de retourner là-bas avec mes enfants pour leur faire découvrir ce que j’ai vécu quand j’étais jeune.» 

Au printemps, il a construit un gazebo. «Je n’étais pas du tout manuel il y a quelques années, mais j’ai développé un intérêt pour la rénovation. Je suis très fier de ma réalisation. Comme on parlait énormément de la hausse du prix des matériaux à l’émission À vos affaires, j’avais acheté mon bois au début de l’année. Le quincaillier se demandait pourquoi j’achetais une grande quantité de bois traité au mois de janvier alors qu’il y avait huit pieds de neige. Je lui ai expliqué que c’était parce que je voulais bénéficier des prix de l’été 2020. Ça m’a permis d’économiser plusieurs centaines de dollars.»

14 ANS D’AMOUR
Ça fait plus de 14 ans que Pierre-Olivier est avec sa conjointe, Pauline, qui est d’origine française et qui est enseignante au secondaire. Ils se sont rencontrés à l’époque où il entrait à l’université. «Ça peut paraître cliché, mais j’ai tout de suite su que c’était sérieux et qu’on allait avoir un beau parcours ensemble.» 

En septembre, son aîné entrera à la maternelle. «Ça va être une nouvelle routine à gérer à l’automne. Je pense que je suis plus nerveux que mon fils pour sa rentrée! J’ai comme l’impression que c’est moi qui vais entrer à l’école! (rires)»

UN CERTAIN LIEN AVEC FRANK ZAPPA
Au fil de l’entrevue, la question était inévitable à savoir si Pierre-Olivier Zappa avait un lien de parenté avec Frank Zappa. «Un des fidèles téléspectateurs de l’émission À vos affaires m’a envoyé mon arbre généalogique en cadeau l’an dernier, qui retraçait l’histoire de ma famille, son arrivée de l’Italie au Canada...» Et le journaliste et animateur est effectivement un parent éloigné du regretté chanteur. «Il n’y a pas une journée qui passe sans qu’on me demande si je suis dans la famille de Frank Zappa. J’ai rencontré son fils Dweezil lorsqu’il est venu pour sa dernière série de spectacles à Montréal, parce que j’ai un ami qui est un fan fini de Frank Zappa. Il m’avait amené voir le spectacle de Dweezil et avait insisté pour que je le rencontre ensuite dans sa loge. Ç’a été une belle rencontre. J’ai raconté au fils de Frank Zappa qu’à l’époque où ce dernier venait à Montréal, mes grands-parents devaient débrancher le téléphone parce que tous les fans du chanteur pensaient que Frank Zappa revenait dans sa famille pour passer la semaine! (rires)»      

L’émission À vos affaires est diffusée du lundi au vendredi à 18 h 30, à LCN et à QUB radio.

À VOIR AUSSI: Les 10 meilleures séries sportives

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus