Francis Reddy souhaite remettre sa carrière de comédien de l’avant | 7 Jours
/magazines/7jours

Francis Reddy souhaite remettre sa carrière de comédien de l’avant

Image principale de l'article Il souhaite renouer avec sa carrière de comédien
Photo : Patrick Seguin / TVA Pub

Francis Reddy est un foodie, et ses mandats à la barre de différentes émissions culinaires le prouvent bien. Cet automne, il animera un documentaire qui se penche sur l’histoire de l’alcool au Québec. L’animateur nous parle de ses projets et de son envie de reprendre le métier de comédien.

• À lire aussi: Francis Reddy à la tête d’un documentaire

• À lire aussi: 25 nouveautés à ne pas manquer sur les chaînes spécialisées

Francis, que peux-tu nous dire sur le documentaire SAQ: 100 ans d’histoire?
Cette émission d’une heure raconte comment on a évolué au Québec à propos de l’alcool. C’est une belle observation de notre relation avec l’alcool en 1921 et de ce qu’elle est devenue aujourd’hui — elle a changé de façon radicale. Avant, la religion nous disait qu’il ne fallait pas boire, qu’il fallait opter pour la tempérance. Cent ans plus tard en 2021, on est dans l’ouverture et la curiosité. C’est capoté, cette évolution!

Quel a été ton rôle dans ce projet?
Mon rôle a été de faire en sorte que les gens s’expriment clairement sur l’évolution des choses, de montrer à quel point on est privilégiés d’avoir une institution comme la SAQ qui, à l’image des Québécois, est curieuse de ce qui se passe dans le monde des spiritueux et des vins. C’est une institution qui a beaucoup évolué, et c’est ce qu’on fait ressortir tout au long du documentaire. En 1971, pour la première fois, on pouvait acheter de l’alcool sans se retrouver devant un comptoir avec des barreaux. Avant ça, on n’avait pas le droit d’acheter plus qu’une bouteille de fort à la fois à la régie. Et jusqu’en 1975, il était interdit de faire du cidre au Québec. Heureusement, les choses ont changé. Aujourd’hui, tout passe par la SAQ; c’est comme si elle était la propriétaire de l’alcool.

Qu’est-ce qui t’a le plus surpris lors du tournage?
Il y a plein de choses qui m’ont surpris. J’ai notamment appris qu’au Québec, au XIXe siècle, il y avait des producteurs de vin. Le gouvernement les subventionnait et les produits étaient excellents, au point que lors d’une exposition universelle à Paris, on a fait goûter les vins québécois. On a alors considéré que c’étaient ceux qui se rapprochaient le plus de ce qui était fait en France! J’ai vraiment appris beaucoup de choses.

Sinon, qu’est-ce qui t’occupe ces jours-ci?
Je suis à la radio avec Les saisons de Francis et ça occupe beaucoup de mon temps. La musique m’inspire et je tente de l’imager, de la décrire afin de donner le goût d’écouter la musique de façon différente. Sinon, je participe aux Grands entretiens sur Ici Première. Pour moi, c’est un grand plaisir de découvrir les gens et je m’amuse à tenter de trouver ce qui n’est pas une évidence. Je m’attarde plus à la manière de penser de quelqu’un, à sa façon de voir les choses. Je trouve ça fascinant.

Et le comédien dans tout ça?
L’animateur est très occupé et je me suis plongé là-dedans à bras grands ouverts il y a quelques années. Finalement, la vie a fait que je ne joue plus, mais je dois avouer que l’envie de jouer est revenue lorsque je suis allé voir une pièce de théâtre dernièrement au TNM. Ç’a été révélateur. J’ai envie de jouer à nouveau. Je ne sais pas quand, mais j’aimerais le faire.

Était-ce volontaire de mettre ainsi le comédien de côté?
Non, pas du tout. C’est arrivé comme ça et l’animateur a pris de plus en plus de place. J’ai toujours eu une attirance pour la nourriture et les vins, et ç’a été très révélateur quand j’ai commencé à faire des émissions sur le sujet. La passion a grandi encore plus. Mais je vais jouer encore, je le sais.

Et qu’est-ce qu’il faut pour ramener le comédien sur la scène ou à l’écran?
J’ai eu de belles offres ces dernières années pour jouer, mais je n’avais pas le temps et j’ai dû refuser. Je pense que je vais devoir garder de la place pour ça. J’aimerais le faire éventuellement. Ça doit faire 15 ans que je n’ai pas joué, et je ne me souviens même pas de la dernière chose que j’ai faite en tant que comédien!

As-tu l’impression que le personnage de Pete dans Chambres en ville t’a marqué au fer rouge?
Non, je ne pense pas, parce que j’ai joué après. Le temps a passé et on m’a offert de beaux rôles ensuite. Mais c’est certain que je suis très associé à ce personnage. Je pense que le comédien sera de retour bientôt. Je dois juste prendre le temps.

SAQ: 100 ans d’histoire, le samedi 4 septembre 21 h, à Historia. Les saisons de Francis, les week-ends dès 7 h, sur ICI Musique. Francis est un des collaborateurs de l’émission Les grands entretiens, les mercredis et jeudis 21 h, sur ICI Première.

À VOIR AUSSI: 42 comédiens qui ont déjà joué dans 30 vies

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus