Après deux ans d’absence, Un souper presque parfait revient avec Antoine Vézina | 7 Jours
/magazines/tvhebdo

Après deux ans d’absence, Un souper presque parfait revient avec Antoine Vézina

Image principale de l'article Antoine Vézina reprend le flambeau
Photo : Dominic Gouin

Après deux ans d’absence, Un souper presque parfait revient en force avec une version remaniée, des participants tous plus colorés les uns que les autres, des spécialités culinaires épatantes et, surtout, un nouveau narrateur: le formidable Antoine Vézina!

• À lire aussi:
Antoine Vézina quitte à contrecœur son micro à Rythme FM

Antoine, étais-tu nerveux à l’idée de succéder à André Ducharme à la narration d’Un souper presque parfait?
André portait plusieurs chapeaux: il était narrateur, scripteur et producteur au contenu de l’émission. De mon côté, j’assure uniquement la narration. Je n’ai donc pas l’impression de chausser ses souliers, mais simplement d’offrir une continuité. 

Une belle continuité, parce que tes interventions sont très drôles! Comment se déroule une séance d’enregistrement?
Avant que j’aille au studio, la réalisatrice m’envoie les montages des émissions et les textes des scripteurs. Les premières fois, je m’exerçais chez moi, un peu comme un comédien apprend ses textes avant un tournage. J’ai cependant vite compris que tout se passe au studio. Pour utiliser un mot à la mode, la narration d’Un souper presque parfait a quelque chose de très «organique». 

Que veux-tu dire?
Durant l’enregistrement, j’ai des textes sous les yeux, mais il y a toujours place à la spontanéité et à l’improvisation. Je propose des intonations différentes, des expressions récurrentes, des sons, des soupirs... La productrice et la réalisatrice y vont aussi de leurs suggestions. Enregistrer la narration d’Un souper presque parfait, c’est un beau travail d’équipe! 

Quelle est la plus grande difficulté d’une séance d’enregistrement?
Entendre ma propre voix durant cinq heures d’affilée! (rires) Je ne suis pas le seul à être comme ça: j’ai de la difficulté à m’écouter parler. Dire une réplique en respectant une durée bien précise représente un autre beau défi. Bien humblement, je suis devenu assez bon côté timing. Parler vite sans en avoir l’air est l’un de mes talents cachés. 

Photo : Dominic Gouin


Te permets-tu de taquiner les participants?

Bien sûr! La taquinerie fait partie intégrante de l’émission. Je souligne leurs erreurs, je leur envoie une petite pointe de temps en temps, mais toujours dans le respect. Si je malmène les candidats, plus personne ne voudra participer à Un souper presque parfait! Cela dit, j’ai un brin d’admiration pour eux. Je les trouve amusants, divertissants et courageux de cuisiner devant tout le Québec! 

Y a-t-il des changements dans cette 12e saison?
Les téléspectateurs les plus aguerris remarqueront que l’habillage sonore a changé: la réalisatrice a accès à une vaste banque de bruitage et de musique d’ambiance. Autre nouveauté: au cours des saisons précédentes, le public voyait essentiellement la cuisine et la salle à manger des participants. Maintenant, ils nous font faire le tour de leur chez-eux avant de popoter. 

Cette nouveauté plaira assurément aux curieux!
Cet ajout permet de découvrir les candidats au-delà de leurs talents culinaires. Aujourd’hui, par exemple, j’ai fait la narration d’une émission qui commence par la visite d’une luxueuse maison. Le gars est extrêmement fier de nous montrer... son garage. Je trouve que ça ajoute un petit côté sympathique au personnage! 

En terminant, la grande question: aimes-tu cuisiner?
Je ne déteste pas ça, mais à trois repas par jour, j’arrive vite au bout de mon inspiration et je finis toujours par préparer les mêmes plats. Comme dans tous les foyers québécois, la question «Qu’est-ce qu’on mange pour souper?» est un classique chez nous. Je trouve donc vraiment pratique d’avoir accès à un bassin de nouvelles recettes à essayer à la maison.      

LE SAVIEZ-VOUS?

• Cette saison, pandémie oblige, les participants d’Un souper presque parfait respectent les mesures de distanciation physique et sont séparés par des panneaux de plexiglas.
• Durant une séance d’enregistrement de cinq heures, Antoine Vézina enregistre la narration de cinq épisodes.

Du lundi au jeudi, dès le 13 septembre, à 18h, à Noovo

À VOIR AUSSI: 24 VEDETTES QUÉBÉCOISES QUI PRÊTENT LEUR VOIX À DES STARS HOLLYWOODIENNES

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus