Benoît Gouin nous parle de ce qui attend son personnage dans L’heure bleue | 7 Jours
/magazines/tvhebdo

Benoît Gouin nous parle de ce qui attend son personnage dans L’heure bleue

Image principale de l'article Ce qui attend son personnage dans L’heure bleue
Photo : Dominic Gouin

Pour une cinquième et dernière saison, Benoît Gouin reprend son rôle de Bernard Boudrias dans la série L’heure bleue. Le comédien nous parle de ce qui attend son personnage cet automne et de tout le chemin qu’a parcouru Bernard au fil des saisons.

• À lire aussi: Voici quand recommenceront vos téléromans favoris

• À lire aussi: Voici qui seront les 6 nouveaux personnages de L'Heure Bleue

Comment va Bernard au moment de le revoir cet automne?
Nous le retrouvons à la suite d’événements bouleversants. Au début de la série, Bernard était un homme psychorigide. Il se devait d’assurer la continuité, car sa femme n’arrivait pas à faire son deuil. Plus tard, nous l’avons vu se laisser aller un peu. Pour la première fois, il acceptait d’aller au fond de ses émotions. Il essaie maintenant d’être plus conciliant. Je disais à la blague qu’il est maintenant «psychosouple». 

Il est donc un bon soutien pour ses enfants, Clara et Raphaël?
Oui, Bernard essaie d’aider sa fille. La situation est très difficile pour Clara: elle a perdu le père de son bébé, et elle a eu peur de perdre aussi son enfant. Elle est complètement bouleversée. Quant à Raphaël, Bernard veut l’aider à s’en sortir, car le départ de Véronique est très dur à accepter. Raphaël a le sentiment de ne jamais faire ce qu’il faut. Tant pour son fils que pour sa fille, Bernard est là. Il va nous surprendre, car on s’attend souvent à ce qu’il réagisse d’une certaine façon, mais ce ne sera pas nécessairement le cas. 

Qu’est-ce qui amène ce changement chez lui?
Il revoit un vieil ami qui a réalisé ses rêves de jeunesse, et ça le pousse à entamer une quête personnelle. Il en vient à se demander s’il a fait les bons choix dans la vie et voit les choses sous un autre angle. Bernard est toujours chez Espace Boudrias, mais il pourrait avoir de nouveaux projets. Je suis très content de la courbe dramatique de mon personnage. Il chemine et soutient les gens autour de lui sans imposer ses choix et ses idées. 

Bernard pourrait-il quitter Espace Boudrias?
Le bilan qu’il dresse est un bilan normal, qu’il aurait peut-être fait plus tôt s’il n’y avait pas eu la mort de son fils au début de la série. Espace Boudrias était un magasin de meubles au départ. Bernard est très fier de ce qu’Anne-Sophie et lui en ont fait. Son bilan n’est pas négatif. Bernard s’ouvre aux autres, à de nouvelles possibilités, sans rejeter ce qu’il a déjà. L’image que j’ai en tête est celle d’un mirador, une tour qui pointe dans une direction. Nous avons parfois l’impression qu’il faut un virage à 180 degrés pour faire des changements, alors qu’avec à peine quelques degrés de différence, tout s’éclaire différemment, et c’est suffisant pour percevoir les choses autrement. 


• À lire aussi: Une nouvelle série télé mettra en vedette Benoît Gouin

Bernard a connu des revers amoureux de toutes sortes depuis la première saison. Pourrait-il rencontrer une femme avec qui être heureux d’ici la fin de la série?
Les changements qui s’opèrent chez lui sont nombreux. En ce moment, même s’il aime les femmes, son objectif n’est pas d’être en relation. Dans le cadre du travail, il croisera de nouveau Lucie (Marie-Hélène Thibault). Pour le reste, on ne sait jamais ce qui peut arriver! 

Comment compose-t-il avec le départ et le rejet de Véronique?
Son instinct lui disait qu’une relation avec Véronique ne pouvait lui apporter que des ennuis. Je me souviens d’une scène où Raphaël et son père discutaient du retour de Véronique, et Bernard disait qu’avec elle, les choses ne pouvaient que mal aller. C’est ce qui s’est passé. Raphaël est complètement démoralisé par le départ de Véronique, mais Bernard s’y attendait. Ce qui est très intéressant cette année, c’est que les choses iront tout de même bien pour tout le monde. C’est une saison qui s’annonce lumineuse! 

À quoi peut-on s’attendre de la relation entre Bernard et Anne-Sophie?
Ils sont très unis devant ce que vit leur fille. Ils n’hésitent pas à se voir, à discuter et à s’épauler pour le bien de Clara. Ils sont maintenant dans la complicité. Ils n’ont plus la mèche courte l’un avec l’autre, comme c’était le cas avant. Ils ont eu des enfants ensemble, ils ont bâti une entreprise, chacun veut le bien de l’autre, et ils ont l’intelligence et la sensibilité nécessaires. Tout ça, c’est grâce aux auteurs, Anne (Boyer) et Michel (D’Astous). 

Dès le mardi 14 septembre, à 20h, à TVA

À VOIR AUSSI: 15 papas marquants de la télé québécoise 

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus