Marilyse Bourke donne des détails sur la nouvelle émission Nuit blanche | 7 Jours
/magazines/tvhebdo

Marilyse Bourke donne des détails sur la nouvelle émission Nuit blanche

Image principale de l'article Des détails sur la nouvelle émission Nuit blanche
Photo : Bruno Petrozza

Cet automne, nous retrouvons Marilyse Bourke dans un nouveau rôle, celui de Marlène Hébert. Comme le reste de sa famille, cette femme riche, belle et ambitieuse doit composer avec les soubresauts provoqués par le testament de sa mère. Des secrets de famille, des mystères et des intrigues captivantes sont associés à ce personnage. La comédienne nous en parle.

• À lire aussi: Voici quand commenceront les nouveautés télé à surveiller

• À lire aussi: Découvrez les premières images de Nuit Blanche, une nouvelle série intrigante avec France Castel et Jean-Philippe Perras

Marilyse, comment décris-tu Marlène?
C’est une femme de tête, ambitieuse et cartésienne. Elle est vice-présidente marketing chez Nocturne, l’entreprise fondée par sa mère, Loulou. Très performante, Marlène est une «wonder woman». Elle parle vite, pense vite, et tout le monde a intérêt à la suivre. Elle est capable de tout, même d’employer des moyens douteux pour arriver à ses fins. 

Quel est le point de départ pour elle?
La série commence lors du lancement de Nuit noire, le nouveau parfum de la compagnie. Pendant le lancement, le prix d’entrepreneure de l’année est remis à Loulou, et toute la famille est sur place. Peu de temps après, Loulou meurt, et sa mort semble louche. Ce qui retient aussi l’attention, c’est que, lors de la lecture du testament, on s’aperçoit que la défunte a fait des choix pour ses enfants. Ces choix ne correspondent pas à ce qu’ils souhaitent, et ils se demandent pourquoi leur mère a agi ainsi; c’était pourtant une femme brillante... On suit les personnages en 2020 et en 1970 dans des histoires parallèles. C’est par les retours en arrière que les téléspectateurs feront certaines découvertes... à très petites doses.

Marlène avait sans doute l’ambition de remplacer sa mère à la tête de Nocturne...
Évidemment! C’est pourquoi elle est très frustrée que les choses ne se passent pas exactement comme elle l’aurait voulu. Nocturne, c’est son bébé! J’ai récemment joué une scène dans laquelle Marlène disait qu’elle travaillait dans l’entreprise depuis 25 ans, qu’elle gagnait sa vie à la sueur de son front. Elle a tout donné à Nocturne; ça allait donc de soi qu’elle finisse par diriger l’entreprise. Le contenu du testament amène Marlène à se poser beaucoup de questions, et même à se demander si sa mère l’aimait vraiment. 

Comment vit-elle le deuil de sa mère?
Elle ne s’effondre pas. Le mot qui me vient, c’est «rétention». C’est parfois difficile de jouer Marlène physiquement, car elle se retient pour tout. J’ai souvent incarné des personnages émotifs, tandis qu’avec elle, les émotions ne passent qu’en mince filet. Cela dit, ça ne signifie pas qu’elle ne vit rien. Derrière toute cette retenue, il y a de la peine et une grande déception. 

Se permet-elle de se laisser aller avec son conjoint?
Marlène a deux «ports d’attache», deux personnes avec lesquelles elle se permet d’être tendre. Il y a Aidrian, qu’elle considère comme son père. Ils ont une relation assez fusionnelle, et Marlène a toujours l’impression qu’il la comprend. Avec son conjoint, Christophe, elle arrive aussi à se détendre. 

Marlène et Louisa, que tu as incarnée dans O’, sont deux femmes riches. Se ressemblent-elles?
Non, pas du tout. Louisa, c’était la bonté incarnée, et elle avait toujours le sourire. Marlène est tranchante, et ses répliques sont comme des coups de fouet. C’est tripant de jouer un personnage comme celui-là! 

Quelle est sa relation avec sa sœur, Charlotte, et son frère, Lucas?
J’ai l’impression qu’il y a un «avant» et un «après» la mort de Loulou. Quand la mère était là, chacun de ses enfants avait un rôle défini. Lucas était l’artiste qui vivait aux États-Unis, alors que Charlotte incarnait le don de soi. Charlotte est l’aînée, mais Marlène agit souvent comme si c’était elle, la grande sœur. Elle s’est toujours imposé la pression de ressembler à sa mère. Elle a été mannequin, comme Loulou, avant de faire son MBA pour travailler chez Nocturne. Par contre, avec le testament, il n’y a plus de territoires, et les conflits ressortent. La relation de Marlène et Lucas s’envenime particulièrement. 

Y a-t-il des mystères qui entourent ton personnage?
Oui, tout à fait! Tous les personnages de la série sont beaux et complexes, et ils ont leur part de mystère. 

Nuit Blanche, dès le lundi 13 septembre, à 21 h, à Radio-Canada.

À VOIR AUSSI: Les 25 plus belles amitiés de la télé québécoise  

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus