Jean-Marc Parent donne des détails sur sa nouvelle émission | 7 Jours
/magazines/tvhebdo

Jean-Marc Parent donne des détails sur sa nouvelle émission

Après 24 ans d’absence, Jean-Marc Parent s'apprête à faire son grand retour à la télé pour quatre émissions spéeciales. Le principal intéressé s'est entretenu avec le Journal de Montréal lors d'un des tournages.

• À lire aussi: Jean-Marc Parent fait son grand retour à la télé

Trois cent mille watts de lumières, 60 000 watts de son pouvant générer 115 décibels, soit le bruit d’une Formule 1, le manège militaire vibrait, lundi, lors de la visite du plateau de tournage.

Jean-Marc Parent était visiblement heureux lorsque le thème d’ouverture de cette future émission a décoiffé les représentants des médias. 

Jean-Marc Parent enregistre à Québec quatre émissions de télé qui seront diffusées sur les ondes de TVA.

Photo Agence QMI, Guy Martel

Jean-Marc Parent enregistre à Québec quatre émissions de télé qui seront diffusées sur les ondes de TVA.

« Ce n’était pas fort. Quand on écoute ça fort, c’est un tour de manège », a-t-il laissé tomber, précisant que la puissance maximale serait déployée durant quelques minutes.

Le conteur et humoriste avoue que ce retour à la télé, qui se fera sur les ondes de TVA, ne faisait pas partie de ses plans. Comblé par les spectacles en salle, il avoue avoir été difficile à convaincre.

« J’ai exigé une série de conditions impossibles à réunir. J’ai demandé un prix trop cher pour une voiture et ils ont dit oui », a-t-il fait savoir lors d’un entretien.

• À lire aussi: Jean-Marc Parent raconte comment il a écrit son fameux numéro de «l'handicapé»

• À lire aussi: Jean-Marc Parent revient avec humour sur ses ennuis de santé des derniers mois

De nouvelles possibilités

Il voulait travailler avec la « gang » de l’époque de L’Heure JMP et il avait des exigences en ce qui concernait le nombre de lumières et la puissance sonore déployée.

« La technologie qui était en place, lors des deux saisons de L’Heure JMP, était ce qu’il y avait de mieux. Vingt-quatre ans plus tard, nous sommes ailleurs. C’est comme une voiture avec de nouvelles possibilités. On les prend », a-t-il indiqué.

On a mis toute la gomme pour l’éclairage et le son.

Photo Agence QMI, Guy Martel

On a mis toute la gomme pour l’éclairage et le son.

Jean-Marc Parent aime le son et tout ce qui est technique. Le thème de JMP est, à sa demande, très techno. Ce qui ne veut pas dire que le rock sera absent.

« Je ne peux pas me passer du gros rock pesant », a-t-il fait remarquer, avec du feu dans les yeux et un immense sourire sur son visage.  

Jean-Marc Parent est clair. Il ne s’agit pas du retour de L’Heure JMP. Le Mercedes Band ne sera pas ramené à la vie et ce n’est pas dans ses plans de demander au public de flasher les lumières. 

Les cinq spectacles enregistrés devant public, dans un manège militaire, avec un parterre et des passerelles pouvant accueillir le public, deviendront, après une opération montage, quatre émissions d’une heure.

Début d’une tradition

Le conteur et humoriste de 59 ans monte sur les planches, chaque soir, sans texte.

« J’ai quelques mots écrits sur le sol et une direction dans ma tête. Ça me permet d’aller où je veux », a-t-il fait savoir.

Jean-Marc Parent va raconter de nouvelles histoires, certaines qu’il n’a jamais pu mener à terme, et expliquer comment il a bâti certains de ses numéros, comme ceux du handicapé et du bateau.

Jean-François Blais, qui réalise les quatre émissions à partir des cinq spectacles, a comme ambition de recréer, en ondes, l’espèce de désorganisation que l’on retrouve dans les spectacles de Jean-Marc Parent. 

Le réalisateur Jean-François Blais, Jean-Marc Parent, Eric Belley, vice-président Création, Innovation et Développement de ComediHa!, et Sylvain Parent-Bédard, président et fondateur de ComediHa!.

Photo Agence QMI, Guy Martel

Le réalisateur Jean-François Blais, Jean-Marc Parent, Eric Belley, vice-président Création, Innovation et Développement de ComediHa!, et Sylvain Parent-Bédard, président et fondateur de ComediHa!.

« On ne veut pas que ça ressemble à une captation de télé. Je travaille, pour la première fois, sans feuille de route. On essaie de suivre cette désorganisation présente dans les spectacles devant public pour la faire paraître en ondes. On invente. Nous ne sommes pas dans le conventionnel », a-t-il expliqué. 

« Je n’ai pas du tout l’impression, après deux soirées, d’enregistrer une émission de télévision. On aime ça », a fait remarquer l’humoriste, précisant que ça pourrait, si le succès était au rendez-vous, être le début d’une tradition annuelle avec le ComediHa! Fest.

À ne pas manquer dès le 10 novembre, à 21h.

À VOIR AUSSI: Découvrez les vrais noms de ces vedettes québécoises   

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus