Michel Barrette souligne les 25 ans du déluge du Saguenay dans un documentaire saisissant | 7 Jours
/magazines/tvhebdo

Michel Barrette souligne les 25 ans du déluge du Saguenay dans un documentaire saisissant

SAMEDI 21 H, HISTORIA

Image principale de l'article Les 25 ans du déluge du Saguenay

Il y a 25 ans, le Saguenay–Lac-Saint-Jean, la Côte-Nord et Charlevoix ont été frappés par des inondations cauchemardesques qui ont causé la mort de 10 personnes et l’évacuation de 16 000 autres. Au-delà du milliard de dollars de dommages occasionnés par les eaux déchaînées, des vies humaines ont à jamais été bouleversées.

• À lire aussi: Marcel Leboeuf réalise son rêve de toujours

• À lire aussi: Michel Barrette explique pourquoi sa famille et lui ont choisi de quitter la ville

Michel Barrette anime avec émotion le documentaire Le déluge du Saguenay: Une tragédie humaine, dans lequel il rencontre des témoins, des sinistrés, des militaires et des politiciens qui ont été marqués par les événements de juillet 1996. Lui-même originaire de Chicoutimi, l’animateur salue la reconstruction de sa ville, tout en soulignant l’importance de ne pas oublier le drame qui s’y est produit.

«On a oublié l’ampleur du désastre! On a beaucoup vu les images de la petite maison blanche et de l’eau qui s’écoule, mais il faut avoir vécu dans le quartier pour comprendre tout ce qui a disparu autour», explique-t-il.

Motivé par un devoir de mémoire, Michel Barrette a ainsi interviewé des victimes du déluge comme Jason Paquette-Garceau, dont le frère Mathieu (9 ans) et la sœur Andréa (7 ans) ont été emportés par un glissement de terrain.

«Jason a perdu son frère et sa sœur parce que leurs chambres étaient au sous-sol et qu’ils ont été ensevelis par une coulée de boue alors qu’ils dormaient. Il a été très courageux d’accepter de me parler, car il est encore profondément marqué par ça. Ce drame s’est produit il y a 25 ans, mais pour lui, c’est comme si c’était hier», raconte Michel Barrette avec émotion. 

• À lire aussi: Voici ce que sont devenus les comédiens de Km/h

Un désastre sans précédent

L’animateur a aussi recueilli le témoignage de deux sœurs en deuil de leurs parents, qui naviguaient sur leur voilier à l’embouchure de la rivière Saguenay quand les eaux se sont emballées.

Pour comprendre l’ampleur du désastre, Michel Barrette a survolé la rivière afin de découvrir les traces laissées par l’eau. «Je suis monté à bord d’un hélicoptère militaire qui a servi à chercher les sinistrés pendant le déluge, explique-t-il. À mes côtés se trouvait le colonel Jonathan Bouchard, qui était un jeune pilote en 1996. J’ai vu son regard se voiler en survolant les lieux du drame. Il se souvient d’avoir volé des dizaines d’heures sans copilote à la recherche de survivants».

Dans le documentaire, l’humoriste interroge également des psychologues qui ont dû réconforter des sinistrés en crise, des ingénieurs qui ont participé à la reconstruction et même son beau-père, Gérard Tremblay, qui faisait partie de la cellule de crise.

«Mon fils de 14 ans, Jonathan, est présent avec moi pour écouter mon beau-père raconter comment il a vécu le sinistre de l’intérieur. Il y a quelque chose de beau dans le fait d’entendre trois générations discuter du même événement», souligne-t-il. 

• À lire aussi: Michel Barrette forcé de fermer son hôtel

Ne jamais oublier

Heureusement, ce drame a également créé du beau. «En interviewant des politiciens en poste en 1996, on se rend compte qu’à ce moment-là, il n’y avait plus de ligne de parti ni de séparation entre les paliers municipaux, provinciaux ou fédéraux. Il n’y avait que des humains qui voulaient travailler ensemble pour en aider d’autres», précise Michel Barrette.

Il y a aussi eu l’élaboration du spectacle De concert avec le Saguenay, qu’il a animé. «Je me souviens que j’étais à la table de réunion pour le spectacle et tous les agents d’artistes annonçaient que leurs protégés y participeraient gratuitement. En réalisant que ce spectacle-là allait durer quatre heures, j’ai demandé naïvement: “Oui, mais qui va animer ce show-là?” Tout le monde s’est retourné et m’a répondu: “C’est toi Michel!” J’étais sous le choc. Je suis un humoriste et un comédien, mais pas un animateur. Je n’ai jamais revu ce spectacle, ça me bouleverse trop», avoue-t-il.

Aujourd’hui, le Saguenéen est fier de la résilience des gens de sa région, mais il ne veut surtout pas qu’on oublie le drame qui s’est passé chez eux. «On a reconstruit tellement rapidement que la cicatrice a disparu, rappelle-t-il. Ça donne l’impression aux gens de l’extérieur que ce n’était pas si pire, mais c’est loin d’être la réalité.»


À VOIR AUSSI: 18 stars qui sont devenues mères après 45 ans

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus