Marina Orsini se confie sur un des plus beaux projets de sa carrière | 7 Jours
/magazines/7jours

Marina Orsini se confie sur un des plus beaux projets de sa carrière

Image principale de l'article Un projet de cœur pour Marina Orsini
COURTOISIE ERIC MYRE

Marina Orsini est absolument ravie: le téléfilm Dr Lucille: un rêve pour la vie, qui raconte la fascinante histoire de la chirurgienne montréalaise Lucille Teasdale, qui a fondé un hôpital en Ouganda avec son conjoint, Piero Corti, est enfin remis à la disposition du public, 21 ans après son tournage en Afrique du Sud.

• À lire aussi:
Marina Orsini dévoile son tout nouveau projet

• À lire aussi: Marina Orsini revient sur le tournage le plus difficile et horrible qu'elle a vécu au cours de sa carrière

Le public a souvent demandé à Marina Orsini où revoir la jolie production réalisée par George Mihalka en 2000, dans laquelle la comédienne incarnait Lucille Teasdale et Massimo Ghini, Piero Corti. Introuvable pendant des années, Dr Lucille: un rêve pour la vie est maintenant en ligne sur ICI Tou.tv.

«C’est un projet qui a été majeur dans ma vie. À ce jour, c’est certainement l’un des plus beaux projets de ma carrière», a partagé Marina, en rappelant combien celui-ci avait, à l’époque, été long à se concrétiser.

«Ç’a été sur plusieurs années. On devait le faire, on ne le faisait plus, on le faisait, puis non... Sans exagérer, entre le moment où le producteur Roger Frappier m’a appelée pour m’offrir le rôle – et ce n’est finalement pas lui qui l’a produit (mais Francine Allaire et André Picard, NDLR) –, je pense que ç’a pris entre trois et cinq ans avant que ça se fasse. Il y a eu plusieurs deuils.»

• À lire aussi: Une vidéo marquante mettant en vedette Marina Orsini en 1985 refait surface

Rendez-vous manqué

Entre autres déceptions pour Marina Orsini: au moment où a germé l’idée de relater la vie de Lucille Teasdale, cette dernière était encore vivante, et l’actrice devait la rencontrer. Les délais de production ont contrecarré les plans.

«Elle était gravement malade, mais encore vivante. Mais ç’a traîné, et elle est devenue moins bien. Elle est donc décédée sans que je puisse la rencontrer. Mais je sais qu’elle savait qu’on ferait un film sur leur vie, à elle et Piero, et je pense qu’elle en était touchée et contente.»

Or, ce sont surtout les bons souvenirs qui se bousculent dans les propos de Marina Orsini quand elle jase de Dr Lucille...: le privilège d’avoir pu côtoyer Piero Corti (aujourd’hui décédé, mais qui était sur place au moment du tournage), le bonheur d’avoir été ambassadrice de l’hôpital de Lacor fondé par le couple (un rêve né à l’hôpital Sainte-Justine, où les amoureux s’étaient connus), son séjour de presque trois mois à Johannesburg et à Pretoria pour les besoins du tournage (il aurait été trop dangereux d’aller véritablement en Ouganda), le contact avec une grande partie de l’équipe de création du téléfilm qui était sud-africaine, sa rencontre avec Louis Gossett Jr., qui était de la distribution...

• À lire aussi: Marina Orsini est en deuil

«C’était extraordinaire. Ç’a été une expérience unique et mémorable. L’hôpital de Luciille Teasdale et Piero Corti avait commencé par un petit dispensaire de quelques lits, et c’est devenu le plus gros hôpital en Afrique équatoriale, à ce jour. C’est un hôpital-école. Tous les membres de l’équipe sont des Ougandais. Non seulement ils ont créé un lieu comme celui-là, mais ils ont aussi transmis leur savoir à travers les décennies. Ce qu’ils ont créé est incroyable.»

Joyau québécois

L’artiste québécoise a gardé contact avec Dominique Corti, la fille de Lucille et Piero qui a repris le flambeau de la vocation médicale, qui continue de porter à bout de bras l’établissement mis sur pied par ses parents, et qui vit aujourd’hui entre Milan, en Italie, et l’Afrique. Et elle s’émeut de constater que des écoles, des bibliothèques et des parcs portent fièrement le nom de Lucille Teasdale.

«Lucille est vraiment un joyau québécois, a souligné Marina Orsini. C’est une pionnière. Déjà, dans ces années-là, une femme qui voulait entrer en médecine, c’était quand même exceptionnel et vraiment un tour de force, parce que la plupart étaient des hommes. Elle, en plus, voulait être chirurgienne...»

«L’histoire de Lucille Teasdale, c’est une belle et grande histoire d’amour, une belle et grande histoire humanitaire, la preuve de tout ce qu’on peut construire à force de passion et de dévouement. Le film est une carte de visite extraordinaire. Il devrait être présenté dans toutes les écoles.»

Dr Lucille: un rêve pour la vie est disponible sur ICI Tou.tv.

À VOIR AUSSI: 10 émissions qui ont marqué le Québec

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus