Marie-Eve Janvier et Jean-François Breau enregistrent une chanson à valeur très sentimentale | 7 Jours
/magazines/echosvedettes

Marie-Eve Janvier et Jean-François Breau enregistrent une chanson à valeur très sentimentale

Image principale de l'article Une chanson à valeur très sentimentale
Photo : Julien Faugere

Jean-François Breau chante L'amour c'est comme l'été en duo avec Marie-Eve Janvier sur l'album Les cowboys du Québec. Cette chanson n'est pas banale pour le chanteur: elle est le signe de belles rencontres! Voici un tour d'horizon teinté de nostalgie.

• À lire aussi: Marie-Eve Janvier se confie sur son nouveau projet d’animation télé

La chanson L'amour c'est comme l'été, la version française de Sundown, de Gordon Lightfoot, a une valeur sentimentale pour Jean-François Breau. Elle a été enregistrée en 2007 pour l’album Quand le country dit bonjour... Volume 2. «C’est pratiquement le début de Marie-Eve et moi, de notre duo après Don Juan, dit le chanteur, qui a accueilli son deuxième enfant, Laurence, en avril. Cette chanson a été le départ d’une belle et longue carrière en tandem. Marie-Eve et moi l’avions enregistrée pour un des premiers projets de Mario Pelchat.» Jean-François fait une pause, et il vérifie auprès de sa conjointe s’il se remémore les événements correctement. Il souhaite donner les informations justes. «Cette chanson veut dire plusieurs choses pour moi. Mario était arrivé à nos débuts avec l’idée de nous faire chanter en duo sur un album country. Il nous avait demandé de nous rendre à Morin-Heights, dans le studio d’Éloi Painchaud. Celui-ci a enregistré l’album. C’était la première fois que je le rencontrais officiellement. Aujourd’hui, Éloi fait partie de mon band, Salebarbes.» Il poursuit, sur le même ton serein: «Ça me rappelle de beaux souvenirs. Grâce à cette chanson, j’ai connu tous ces nouveaux amis.» 

Les cowboys du Québec est une belle façon de replonger dans ces beaux moments. «Mario a décidé de ressortir ses chansons préférées et de faire cet album. Nous nous connaissons très bien et avons souvent travaillé ensemble. Quand Mario nous appelle, c’est le signe que de beaux projets s’en viennent. Nous sommes tout le temps enclins à dire oui, parce que c’est notre ami, mais nous savons aussi qu’il présente toujours de belles choses. Nous avons fait partie de ses compilations country depuis le début, donc celle-ci ne fait pas exception.»

Photo : Julien Faugere


• À lire aussi: Jean-François Breau s'ouvre sur sa vision de la paternit

Des beaux projets avec des chums
Le second album du groupe Salebarbes est en préparation. Le groupe, composé d’Éloi et de Jonathan Painchaud, de Kevin McIntyre, de George Belliveau et de Jean-François Breau, décrit l’esprit de sa musique comme une fête technorave avec des violons. «Malheureusement, Éloi et Jonathan habitent dans le Nord, Kevin et George sont à Moncton, au Nouveau-Brunswick, et je suis sur la rive sud de Montréal, précise Jean-François. Durant la dernière année, nous nous sommes vus pendant trois jours environ, et ç’a été difficile parce que nous devions faire une tournée de 80 spectacles en 2020 — mais cela n’a évidemment pas eu lieu! On s’est dit: “Comment fait-on pour survivre à cette pandémie, au confinement?”» 

Le groupe ne s’est pas laissé abattre. «Nous nous sommes rencontrés en ligne plusieurs fois, et un jour, nous avons lancé l’idée de faire un disque. Ça nous faisait peur au début d’enregistrer des trucs chacun de notre côté. Nous nous sommes aussi donné le défi d’écrire des chansons originales pour le deuxième album. Alors nous avons écrit, composé, joué et réalisé un album à distance. Nous avons trouvé une autre façon d’exister ensemble, et honnêtement, ça m’a aidé à passer à travers la noirceur, parce que pour nous tous, de l’industrie de la musique et de la scène, ne pas être capable d’exercer notre métier et d’aller à la rencontre des gens a été vécu comme une grande noirceur.»     

L’artiste est ravi du produit final. «Nous avons trouvé une solution, et le résultat me plaît beaucoup. C’est encore un mélange de reprises, de répertoire traditionnel cajun, acadien, mais aussi de chansons originales. L’album devrait sortir cet automne!»

Plusieurs chapeaux
En plus d’être à l’animation de l’émission du matin à Rythme FM, Jean-François était le fier porte-parole du Sommet sur le rapprochement des francophonies canadiennes, du 12 au 17 juin. Voilà une occasion parfaite de célébrer notre belle langue. «J’étais content qu’on me propose ce rôle, car je pense très humblement représenter la francophonie canadienne. Je suis né à Hamilton, en Ontario, mon père vient de la péninsule acadienne et ma mère, de la Gaspésie, et nous vivons au Québec depuis quelques années déjà. J’ai été élevé au Nouveau-Brunswick, j’étais un francophone hors Québec, j’ai grandi dans une région où l’on était fiers — et où l’on est toujours fiers — de notre culture acadienne!»

À VOIR AUSSI: Les 17 plus beaux couples de la télévision québécoise 

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus