Jacynthe René se confie sur sa relation de couple qui dure depuis 15 ans | 7 Jours
/magazines/lasemaine

Jacynthe René se confie sur sa relation de couple qui dure depuis 15 ans

Image principale de l'article Sa relation de couple qui dure depuis 15 ans
Photo : Bruno Petrozza / Les Publications Charron et Cie inc./Groupe TVA

En amour comme en affaires, Jacynthe René et Sylvain Garon se complètent à merveille! Habités par le même désir de contribuer au mieux-être des gens, ils ont fondé leur entreprise. À la tête de Maison Jacynthe et d’une famille de trois enfants — Louis, 17 ans, Charles, 11 ans, et Jonathan, 5 ans —, le couple partage son quotidien à travers ses activités professionnelles et familiales.

• À lire aussi: Jacynthe René se dit victime d’une campagne de salissage

Jacynthe et Sylvain, la réussite de votre couple témoigne de votre synergie; vos forces ne s’additionnent pas: elles se multiplient!

Jacynthe: Ça fait du bien d’entendre des choses pareilles... (sourire) Nous apprécions ce que nous vivons et ce que nous avons réussi à créer ensemble.
Sylvain: Nous sommes devenus un joueur important au Québec. Chaque jour est pour nous une belle journée. C’est un mariage magnifique! 

Tous les couples ne réussissent pas à travailler et à vivre ensemble. Sur quoi votre entente repose-t-elle?
J.: Nous avons chacun notre personnalité, nous nous complétons bien, nous voyons les choses de la même façon, nous avons les mêmes valeurs. Sylvain prend soin de notre équipe. Il est vraiment attentionné et généreux avec nos employés. Nous avons choisi d’être spontanés, autonomes et libres. Je me souviens que, lorsque nous nous sommes rencontrés, il n’avait plus de passion pour son travail. C’est probablement pour cette raison qu’il veut tellement que nos employés soient bien...
S.: Dès les premières semaines, Maison Jacynthe a été un succès. Pourtant, nous administrons les choses de façon un peu bohème, même si j’ai fait mes études à HEC. Nous n’avons jamais imposé d’objectifs de vente à nos équipes. C’est une autre philosophie d’entreprise. 

Photo : Bruno Petrozza / Les Publications Charron et Cie inc./Groupe TVA

• À lire aussi: Jacynthe René se confie sur son retour au jeu

Avez-vous senti, dès le départ, que vous étiez faits pour collaborer?
J.: Nous avons tout de suite su que nous étions faits pour être ensemble. Dès la première semaine, nous avons parlé de mariage... (rires) Sylvain a frappé à ma porte alors que je ne m’attendais pas à cette rencontre. Il est venu chez moi pour un brunch. Quand il m’a serré la main, je lui ai demandé si on pouvait se revoir la semaine suivante... Mes yeux sont restés plantés dans les siens... Sylvain cherchait la femme de sa vie.
S.: Nous nous sommes vus trois dimanches d’affilée pour le brunch. C’est une amie commune qui nous avait présentés. La quatrième fois, je suis venu seul et, à partir de ce moment, tout a évolué rapidement.

Diriez-vous qu’entre vous, ç’a été un coup de foudre?

J.: Même si j’ai été renversée par ma rencontre avec Sylvain, ce n’était pas un coup de foudre. Il était exactement ce que je cherchais depuis que je suis petite... Ç’a été une reconnaissance, une évidence. Encore récemment, je le regardais se batailler avec nos gars et je me disais qu’il est le père rêvé.
S.: Jacynthe a vu que je m’occupais bien de son bébé, Louis. Elle m’a demandé si j’aimerais avoir des enfants à mon tour. Je n’avais jamais imaginé cette possibilité...
J.: Je lui ai dit qu’il ne pouvait pas passer à côté de cette expérience, parce qu’il est un père extraordinaire.
S.: Nous avons eu deux fils ensemble, mais c’est quelque chose qui n’était pas prévu. Je n’avais jamais été marié et je n’avais pas d’enfant... Jacynthe m’a tout donné: une famille et une entreprise qui me rendent heureux. J’ai la chance de faire partie d’une expérience merveilleuse. Cela me gratifie.
J.: Quand j’ai rencontré Sylvain, j’étais en arrêt de travail, car je voulais être avec Louis. J’ai refusé un gros contrat alors qu’on avait créé un premier rôle pour moi dans une quotidienne. Je ne pouvais pas quitter mon fils. Sylvain m’a dit que j’étais une mère extraordinaire. Quand nous avons eu un premier enfant ensemble, il m’a demandé d’être la même mère que celle que j’étais pour Louis. Ç’a été valorisant pour moi!
S.: Le fait que nos fils puissent vivre cette relation est une grande chance à mes yeux. 

Et vous, Jacynthe, qu’est-ce que Sylvain vous a apporté?
J.: Sylvain est la première personne qui m’a valorisée. C’est comme si j’avais vécu une renaissance avec lui. Il a fait en sorte que je m’épanouisse. J’admire Sylvain quand on travaille, quand on s’entraîne; je l’admire aussi comme père. Nous nous aimons plus qu’au premier jour. Après 15 ans, nous sommes complètement amoureux l’un de l’autre. Avec lui, je sais que je vais rire jusqu’à la fin.
S.: Je le dis sincèrement: je considère que Jacynthe est surdouée. Encore aujourd’hui, je suis surpris de tout ce qu’elle peut faire. Elle intervient avec aisance dans tous les départements de l’entreprise. Depuis nos débuts, il y a eu une belle évolution chez elle. Par contre, elle n’assume pas pleinement le succès de cette entreprise. 

Photo : Bruno Petrozza / Les Publications Charron et Cie inc./Groupe TVA

• À lire aussi: Jacynthe René sauve un bâtiment patrimonial qui n'allait pas être préservé

Vous avez traversé plusieurs épreuves. Vous ont-elles solidifié comme couple?

S.: Nous n’avions pas besoin de ça pour être solides... Certaines choses sont arrivées et nous ont éprouvés. Malgré tout, nous avons encore l’appui de nos clients, et d’autres ont eu envie de nous découvrir.
J.: Chaque fois qu’il y avait des coups durs, Sylvain était là. C’est mon roc. Il remet rapidement les choses en perspective.

Ressentez-vous parfois le besoin de vous évader l’un de l’autre?

S.: Non. Et si je pars un peu trop longtemps, nous nous ennuyons l’un de l’autre! Nous ne sommes pas des dépendants affectifs, mais nous sommes bien ensemble. Il y a un bien-être, un bonheur dans cette relation.
J.: Pendant la journée, nous sommes très sollicités et nous faisons chacun nos choses, mais nous sommes ensemble 24 heures sur 24.
S.: Nous évoluons à deux, et c’est important pour moi. Si je n’avais pas fait partie de cette aventure à partir de 2014 (la plateforme web jmagazine, qui est devenue en 2016 Maison Jacynthe), notre communication ne serait pas la même. C’est nécessaire d’avoir un projet, mais il doit être partagé avec la même passion. Il ne faut pas faire les choses pour faire plaisir à l’autre. 

• À lire aussi: Jacynthe René est en deuil

Vous arrive-t-il de vous réserver des moments sans parler d’affaires?
S.: Non, mais nous le faisons pour les enfants, comme durant les repas. En fait, ce n’est pas du travail pour nous, alors nous avons du mal à mettre notre passion de côté. 

Photo : Bruno Petrozza / TVA Pu



Votre vie entrepreneuriale se vit-elle aussi avec vos enfants?

J.: Oui, nous faisons tout cela en famille. Récemment, je demandais aux garçons ce qu’ils voudraient créer comme entreprise. Louis m’a répondu que nous avions créé ce qu’il y a de plus beau... Ça me touche de voir cela. Il veut nous aider. Charles et Jonathan veulent aussi participer. Jonathan met des trucs dans des boîtes, arrose le potager, etc. Ce que je souhaitais le plus au monde, c’était d’avoir de belles conversations avec mes enfants, et je les ai. Même chose pour Sylvain. C’est si beau de voir la complicité qu’il a avec nos fils. Pour moi, c’est le plus grand succès dans une vie.

Imaginez-vous les garçons prendre la relève un jour?

J.: Ça ne sera pas exigé, car ils sont libres, mais pour moi, ça serait le summum du summum...
S.: Effectivement, ça serait extrêmement agréable de les voir assurer la suite... 

Jacynthe et Sylvain sont propriétaires de Maison Jacynthe, qui compte 10 boutiques. Visitez leur site, maisonjacynthe.ca.

À VOIR AUSSI: Pierre-Yves Cardinal en six rôles marquants

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus