Laurence Jalbert caresse un grand rêve | 7 Jours
/magazines/echosvedettes

Laurence Jalbert caresse un grand rêve

Image principale de l'article Laurence Jalbert caresse un grand rêve

C'est en hommage à son père que Laurence Jalbert a choisi de chanter River blue. L'été 2021 s'annonce fabuleux pour la chanteuse, qui donnera plusieurs spectacles au Québec et qui a l'espoir de réaliser un grand rêve avec sa famille.

• À lire aussi: Laurence Jalbert fond en larmes en témoignant de sa terrible histoire de violence conjugale

• À lire aussi: Laurence Jalbert répond aux nombreuses menaces qu'elle a reçues après son passage à Tout le monde en parle

Laurence, vous chantez River Blue sur l’album Les cowboys du Québec, produit par Mario Pelchat. Est-ce que vous collaborez souvent?
Mario et moi avons le même agent, alors ça fait des années qu’on travaille ensemble. C’est d’ailleurs lui qui a produit mon dernier album, Au pays de Nana Mouskouri, il y a deux ans. Avant qu’il soit mon producteur, à titre d’artistes tous les deux, on a fait plusieurs projets communs. C’est toujours un plaisir de collaborer avec lui. 

Est-ce qu’une amitié s’est développée entre vous au fil du temps?
Oui, vraiment. Je me souviens, il y a quelques années, Mario se trouvait en Gaspésie pour sa tournée alors que j’étais à ma maison là-bas. Il est venu souper à la maison, et on s’est installés dehors pour manger du homard, boire un bon vin, tout en jasant et en admirant la baie de Gaspé. Quelle belle soirée! Il y a un grand respect mutuel et une belle confiance entre nous, et ça fait longtemps qu’il fait partie de ma vie.     

Quand il a produit cet album, pourquoi votre choix de chanson s’est-il arrêté sur River Blue?
Cette chanson a une grande signification pour moi. Il y a plusieurs années, quand j’ai lancé mon premier album, j’étais plus que pauvre, alors je chantais dans les pianos-bars pour gagner ma vie. À l’époque, je chantais River Blue sur scène, et mon père adorait cette chanson. Alors dans ma vie, j’ai fait un album des chansons de Nana Mouskouri pour ma mère et j’ai chanté River Blue pour mon père.

• À lire aussi: Laurence Jalbert se confie sur sa façon d'aborder la soixantaine

Après une année de confinement, comment avez-vous vécu votre retour sur scène devant le public?
Que ça fait du bien! Je suis retournée sur scène récemment à Gatineau, et ç’a été un grand bonheur. Autant cette dernière année a été difficile, autant ce temps d’arrêt m’a fait du bien. Pendant des années, j’avais toujours la pédale au fond et j’étais très fatiguée. Entre la mi-novembre et le 23 décembre 2020, je devais donner 27 spectacles, alors ça donne une idée de mon agenda... C’était fou! Quand j’ai enfin remis les pieds sur scène dernièrement et que devant nous se trouvait un public — masqué, mais peu importe —, ç’a été un bonheur indescriptible! Et comme je donne plusieurs spectacles cet été, je vais tous les savourer! (rires)

C’est un peu comme une renaissance pour vous?
En quelque sorte, oui, surtout avec les démarches que j’ai entreprises dans les dernières semaines pour les raisons que l’on connaît. Sans revenir là-dessus, c’est certain que je me sens entreprendre une espèce de renaissance. Le confinement a été très difficile, mais en plus, à cause de tout ce que j’ai vécu, j’avais de la difficulté à me concentrer sur cette partie de mon cœur et à avoir accès au lâcher-prise qui fait qu’on peut écrire des chansons. Maintenant, je regarde en avant et je crois que je vais être capable de me remettre à écrire. Il y a nettement un «avant» et un «après» dans mon récent appel à l’aide. Je peux déjà dire que je gère vraiment mieux mon stress et que je profite de la scène comme jamais. J’ai de l’exaltation maintenant quand je me retrouve devant un public. Je ne suis plus quelqu’un qui tient ses mains ensemble afin de ne pas montrer à quel point elles tremblent.
Mes derniers spectacles m’ont fait du bien, et je peux dire que je me sens pleine et entière. 

Bravo, Laurence! Et avec l’été qui point, malgré les restrictions, qu’avez- vous le plus hâte de vivre?
Je veux faire coïncider des petits moments de vacances avec les spectacles que je donne, car je serai en tournée la majorité du temps. J’ai un grand rêve, et j’espère qu’il se réalisera. Mon fils déménage au lac Saint-Jean cet été, et je souhaite partir le rejoindre avec ma fille et «sa secte de l’amour infini»... c’est ainsi que j’appelle sa famille! (rires) On aimerait se trouver une grande maison là-bas et tous vivre sous le même toit. Si c’est pour nous appartenir, ce beau projet, ce serait merveilleux!

À VOIR AUSSI: LES 40 ANS DE CÉLINE DION EN PHOTOS

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus