Karine Vanasse sur la conciliation travail-famille avec son fils de 3 ans, Clarence | 7 Jours
/magazines/echosvedettes

Karine Vanasse sur la conciliation travail-famille avec son fils de 3 ans, Clarence

Image principale de l'article Karine Vanasse sur la conciliation travail-famille
PHOTO GUY BEAUPRE/AGENCE QMI

Karine Vanasse est en vedette dans la troublante mais lumineuse minisérie Après, qui débarquait récemment sur l'Extra de Tou.TV. La comédienne se trouve en ce moment à Dégelis avec son fils pour le tournage d'un film. Et elle continue de prendre part à ses groupes de paroles de femmes... Les horaires chargés n'auront pas raison d'elle, car la passion triomphe!

• À lire aussi: Karine Vanasse et Luc Picard seront en vedette dans ce nouveau film

• À lire aussi: Karine Vanasse est maintenant rousse et ça lui va à merveille

Dans la minisérie Après, Karine Vanasse incarne Maryse Malo, mère de famille monoparentale d’une jeune adulte trisomique et gérante de l’épicerie de Lac Sabin, où a eu lieu une fusillade. La comédienne a-t-elle trouvé ce tournage éprouvant émotivement? «Ce qui est difficile à jouer, c’est quand tu n’es pas bien briefée ou quand tu ne sais pas ce que tu racontes exactement, que tu es mal dirigée... C’est ça, pour moi, le travail difficile. Mais dans ce cas-ci, les textes étaient vraiment bien écrits, les choses étaient claires, et j’étais bien dirigée, clarifie-t- elle. Certaines scènes sont intenses, mais quand tu sais pourquoi tu les joues, quand elles sont claires, quand ce n’est pas pour faire de l’effet et que ça sert l’histoire, ce n’est pas difficile.» 

Il s’agit d’une série chorale avec une grande brochette d’acteurs. «J’étais entourée d’une super distribution. J’ai joué avec ma grande amie Madeleine Péloquin. Je découvrais le travail auprès d’acteurs comme Kathleen Fortin, Marc Béland, David Boutin... La dynamique de groupe était belle et les scènes étaient belles aussi.»

BON TIMING POUR PARLER DE RÉSILIENCE
Après est on ne peut plus d’actualité, puisqu’il y est question de cette résilience dont on doit tous faire preuve en ce moment! «J’ai l’impression que cette série sur la résilience arrive au bon moment pour le public qui va la recevoir. La pandémie provoque plein de situations stressantes. Les gens sont passés à travers beaucoup de difficultés, de défis... Et ce n’est pas fini, parce que le déconfinement amène son lot d’incertitudes, d’inquiétudes. Des fois, tu tiens le coup pendant des mois, et quand la vie est censée reprendre sa normalité, tu n’es pas capable parce que les finances ne suivent pas, parce que ça a laissé des séquelles psychologiques importantes sur des membres de ta famille, de ton entourage, parce que tu as perdu ta job, parce que tu as réalisé que ton couple ne fonctionne pas et tu fais des changements... Ça amène beaucoup de repositionnements, et quand on veut survivre, on est dans le mouvement... et il y a des conséquences à tout ça, note Karine. Je trouve que la série met de l’avant la résilience. La résilience de reconnaître l’impact que les événements ont sur soi.»

• À lire aussi: Karine Vanasse adresse un beau message à son amie Mariana Mazza

UN TOURNAGE À LA FOIS
Les mesures actuelles font en sorte que Karine ne peut, comme tous les autres comédiens principaux, se consacrer qu’à un seul tournage à la fois... et elle aime bien ça! «Je trouve que ça amène un focus. C’est une gymnastique pour la production, mais pour les acteurs principaux, ça fait en sorte que tout le monde est concentré sur un seul et même projet à la fois, et c’est bien.»

JOUER AVEC UNE TRISOMIQUE
Il y avait Camille Vincent sur le plateau, une jeune comédienne atteinte de trisomie qui jouait la fille de Maryse. «Le travail était d’un autre ordre, admet Karine. Elle a été d’un professionnalisme incroyable! Quand on attrapait le bon moment, quand venait le temps de livrer la scène, il y avait une vérité qui sortait d’elle.» Et cette vérité, il fallait l’attraper au vol. «C’était un peu comme de jouer avec une enfant. Si tu n’es pas sur ton X au moment où ça tourne, l’enfant, lui, démontre une vérité que tu es mieux d’accoter parce que tu as juste l’air mauvais. Avec elle, c’est la même chose, il faut que tu sois aussi présente qu’elle, tu ne peux pas juste faire semblant.» Karine a adoré travailler avec Camille! «C’était superbe de jouer avec elle. Elle a créé de magnifiques moments! Je suis très épatée du travail qu’elle a fait!» 



• À lire aussi: Karine Vanasse prêtera sa voix dans un film d’animation québécois

• À lire aussi: Karine Vanasse explique pourquoi «Cardinal» a été un projet si important pour elle

LE FROID, Y’A RIEN LÀ!
Après a été tournée au plus froid de l’hiver dernier. «C’était froid, mais ce ne sont pas les scènes les plus froides que j’ai tournées! Après deux saisons d’hiver à vraiment geler pour Cardinal, là, c’était autre chose!»

DES RETROUVAILLES
Une vingtaine d’années après la série 2 frères (les deux saisons ont été diffusées à TVA, à l’automne 1999 et à l’hiver 2001), qui a contribué à la faire connaître, Karine renouait avec les auteurs Michel D’Astous et Anne Boyer, dont la boîte Duo Productions est derrière la minisérie Après, ainsi qu’avec le réalisateur Louis Choquette. «2 frères a été ma toute première grosse série télé. C’était super de revoir Michel et Anne! Je les reconnaissais dans le choix de ce nouveau projet. Et Louis, qui a eu de super belles expériences à l’international ces dernières années, j’étais contente d’avoir la chance de le retrouver au Québec. Je voyais à quel point il était également content de retrouver des équipes d’ici. C’était bien émouvant pour moi de retravailler avec lui après autant d’années!» Ces retrouvailles ont été l’occasion d’un petit bilan intérieur pour Karine. «J’ai réalisé que j’étais fière du parcours que j’ai effectué depuis. Ma technique a évolué.»

EN TOURNAGE POUR UN FILM
Karine Vanasse se trouve en ce moment à Dégelis, dans le Bas-Saint-Laurent, pour le tournage d’un film de Rafaël Ouellet. «On en a pour plusieurs semaines encore. Je suis vraiment heureuse de faire partie de ce tournage!» Il s’agit d’Arsenault & fils, le cinquième long métrage de ce cinéaste à qui l’on doit notamment Camion. Le thriller, qui met également en vedette Luc Picard, Micheline Lanctôt, Guillaume Cyr et Julien Poulin, s’articule autour d’une famille de braconniers qui règne sur son village. «Je me considère comme chanceuse, dans un contexte de pandémie, d’avoir pu participer à de beaux tournages et de le faire encore!» 

Son petit Clarence a trois ans. Elle doit parfois l’emmener avec elle sur des tournages, comme c’est le cas au moment où on se parle, alors que maman et fiston logent ensemble à Dégelis. «Là, il est avec moi, mais mes parents sont là parfois. Chaque travail a sa réalité. Comme maman, je tente de trouver des façons de fonctionner autour de ça. En ce moment, je suis vraiment contente d’avoir mon fils avec moi, ici! Il y a un autre des acteurs dont la famille est présente ici, et le réalisateur a sa jeune fille qui vient sur le plateau. Comme actrice, j’ai la chance que tout ça soit possible. Je suis vraiment contente! En plus, je suis sur des plateaux depuis très longtemps et, avec le temps, je réalise que c’est beau d’avoir des façons de travailler très accommodantes! Et c’est beau de voir mon fils découvrir la vie sur les plateaux!»

UNE PUB AVEC SA SŒUR
Ne soyez pas surpris si vous croyez la voir au volant d’une voiture pendant les pauses publicitaires à la télé. Depuis quelque temps, Karine est porte-parole de la Nissan Rogue 2021. Dans l’une des pubs, on la voit aux côtés de sa sœur, Élodie. «C’était son premier tournage. Elle a participé parce que, lorsqu’on a tourné, ça simplifiait les choses que ça se fasse avec quelqu’un de la même bulle familiale. Ç’a été une super belle expérience pour elle!»

LA CONQUÊTE DU MONDE ATTENDRA
Juste avant que tout ne s’arrête, Karine avait enfin le temps de se consacrer de nouveau à sa carrière internationale. «Quand la pandémie a commencé, c’était le moment où je pouvais explorer des possibilités de travail à l’étranger, mais je suis patiente.»

ENTRAIDE AU FÉMININ
Au début de la crise qu’on traverse en ce moment, Karine a lancé de façon bénévole, en compagnie de la psychologue Nancy Boisvert, des groupes de parole virtuels pour les femmes, qui sont toujours très actifs. Et la comédienne, malgré des horaires chargés, y prend encore part. «On continue, et je participe. Il y en a un en juillet. Ça a un impact important, et je suis fière d’avoir mis ça en place il y a plus d’un an maintenant, avec Nancy Boisvert, et de voir que les femmes embarquent et que ça répond à un besoin. Je suis très touchée. On va voir comment ça va se transformer avec le temps.»      

On peut voir Karine Vanasse dans la minisérie Après sur l’Extra de Tou.tv.

À VOIR AUSSI: Les 31 morts les plus marquantes de la télévision québécoise 

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus