Demi Lovato dévoile être non binaire et change officiellement ses pronoms | 7 Jours
/magazines/starsysteme

Demi Lovato dévoile être non binaire et change officiellement ses pronoms

Demi Lovato a dévoilé être non-binaire et utiliser les pronoms they/them (iel, en français). C'est dans un épisode de son tout nouveau balado que l'artiste en a fait l'annonce pour la première fois.



• À lire aussi: Demi Lovato révèle avoir été violée quand elle était adolescente

• À lire aussi: Demi Lovato et Noah Cyrus seraient en couple

Demi avait fait allusion à son identité de genre dans le documentaire Dancing With the Devil. En parlant de sa rupture à Max Ehrich, iel a expliqué que ceci lui avait fait réaliser qu’iel était fluide, parlant de sa sexualité, mais faisant allusion à son identité de genre.

Iel a confirmé le tout dans un épisode de son balado, 4D With Demi Lovato. Voici ce que Demi avait à dire: 


• À lire aussi: Demi Lovato révèle avoir frôlé la mort

• À lire aussi:
Demi Lovato prépare un nouvel album

«Dans la dernière année et demie, j’ai beaucoup travaillé sur moi-même. Dans ce cheminement, j’ai réalisé que je m’identifie comme non-binaire. Je vais donc officiellement chanter mes pronoms à they/them [iel]. Cela représente la fluidité que je ressens dans mon expression de genre et me permet de me sentir authentique à la personne que je suis, et que je continue de découvrir.»


• À lire aussi: Demi Lovato harcelée par son ex!

Demi a aussi avoué qu’iel avait ignoré longtemps son identité de genre par peur de froisser certains stylistes ou membres de son équipe qui désiraient qu’iel ait le look d’une popstar féminine et sexy.

Iel s'est dit.e libéré.e et comblé.e d’enfin pouvoir vivre librement en étant 100% authentique.

Rappelons que Demi avait aussi fait son coming out en tant que pansexuel.le en avril dernier.

On lui souhaite tout le bonheur du monde!

À VOIR AUSSI: Les robes les plus chères portées sur un tapis rouge

s


À VOIR AUSSI: Le journal de Bridget Jones... 20 ans déjà!

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus