Anik Jean s’est inspirée d’un événement difficile pour composer son album | 7 Jours
/magazines/lasemaine

Anik Jean s’est inspirée d’un événement difficile pour composer son album

Image principale de l'article Un événement difficile pour composer son album
Capture d'écran TVA

Anik Jean vient de lancer Live or Die, le premier extrait de son sixième album qui paraîtra en novembre prochain. Une parfaite chanson d’été inspirée par un événement difficile.

• À lire aussi: Anik Jean s'offre un changement de tête et le résultat est magnifique

• À lire aussi: Anik Jean pose un geste déterminant pour aider un itinérant

Dans quel contexte avez-vous écrit votre nouvel extrait, Live or Die?
À la suite de la mort de mon père, à la fin de l’été dernier, je suis devenue très créative et très inspirée. J’ai écrit mon prochain album assez rapidement. Pour Live or Die, le premier extrait, j’ai saisi, un soir, ma guitare, un instrument auquel je n’avais pas touché depuis longtemps. Dans les derniers temps, je composais plutôt au piano. Puis, de fil en aiguille, je me suis dit que si j’allais jouer de la guitare acoustique pour l’album, j’utiliserais celle de mon père. Finalement, mon père a teinté l’album en entier. Et une fois Live or Die écrite, j’ai été très surprise.

Pourquoi?
Parce qu’elle demeure une chanson joyeuse. Elle renferme de l’espoir et de la quiétude, et donne le goût de partir pour une randonnée en auto ou à moto lorsqu’il fait soleil. Dans cette chanson, je parle à mon père, mais aussi à la Gaspésie — l’endroit où je me sens le mieux —, tout comme à mon chum, avec qui j’ai déjà fait des road trips. C’est une activité que j’adore et qui m’a également réunie avec mon père. On pourra aussi entendre Steve Hill sur Live or Die, ainsi que sur deux autres pièces de l’album. J’adore la touche qu’il a apportée. Je prévois terminer le travail pour le disque début mai. J’enchaînerai avec la composition de la musique de la deuxième saison d’Escouade 99.

En vue du prochain Gala Artis, votre mari, Patrick Huard, est nommé dans la catégorie Animateur ou animatrice de magazines culturels et talk-shows. Quel bilan faites-vous de cette première année de
La Tour, dont une deuxième saison a d’ailleurs été confirmée?
Je suis très fière de mon mari. L’animation d’un talk-show, c’était tout nouveau pour lui. Patrick est perfectionniste et, pour le public, il souhaitait être bon dans ce rôle. Je crois qu’il a réussi. Nathan, notre fils de neuf ans et demi, et moi-même, nous avons aussi apporté notre touche à l’émission.

  

À VOIR AUSSI: Sébastien Delorme en 10 rôles marquants

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus