L'idole de Louis-Olivier Mauffette | 7 Jours
/magazines/tvhebdo

L'idole de Louis-Olivier Mauffette

«Pierre Lebeau est un grand acteur»

Louis-Olivier Mauffette
Photo : Bruno Petrozza

Louis-Olivier Mauffette

Puisque Louis-Olivier Mauffette tend vers la polyvalence, il admire les grands acteurs de chez nous qui ont réussi à se diversifier. Parmi eux, Pierre Lebeau reste un modèle, car au théâtre, au cinéma et à la télévision, l’interprète du célèbre Méo des Boys a su rallier tous les publics.

Pierre Lebeau

Photo : Julien Faugère

Pierre Lebeau

 

Louis-Olivier admet d’entrée de jeu qu’il a eu du mal à choisir LA personne qu’il admire le plus dans son métier. «Michel Tremblay m’impressionne, entre autres parce qu’il a fait en sorte que nous puissions jouer dans notre langue au Québec. Du côté du jeu, François Papineau et Pierre Lebeau ont eu un impact sur moi. J’ai beaucoup d’admiration pour les acteurs qui sont en mesure de jouer dans une comédie de situation le matin et dans une tragédie classique le soir, et ils en sont tous deux capables. Pendant la même période, j’ai vu Pierre jouer dans Bajazet, de Racine, et incarner Méo dans Les Boys. J’admire la polyvalence; c’est ce qui me guide», raconte-t-il spontanément.

Pierre Lebeau et Rémy Girard dans Les Boys.

Photo : Sébastien Raymond

Pierre Lebeau et Rémy Girard dans Les Boys.

Une grande capacité de transformation

La feuille de route de Pierre Lebeau au théâtre est impressionnante. Il a cumulé plusieurs grands rôles dans des pièces célèbres: Cyrano de Bergerac, Les oranges sont vertes, Un tramway nommé Désir, Othello, En attendant Godot... «Je me souviens de l’avoir vu, entre autres, dans Novecento et L’Odyssée, pièce qu’il avait justement jouée avec François Papineau. Je l’ai vu faire tellement de choses! C’est un acteur capable de se transformer. Si mon souvenir est bon, je l’ai découvert dans le film Matroni et moi ou la pièce Sexe, drogue, rock & roll, dans laquelle il jouait en tandem avec Alexis Martin, au Quat’Sous. Pendant un moment, Pierre a travaillé pour le magazine humoristique Croc. Il a mis du temps à démarrer sa carrière d’acteur. Puis, tout à coup, les choses ont décollé pour lui. Il a éclos sur le tard. Je me reconnais dans ce parcours, car je ne suis pas devenu populaire à mes débuts: j’ai été connu grâce à L’Échappée, vers 38-40 ans. Il ne faut jamais abandonner ni perdre l’espoir d’obtenir des premiers rôles, de grands rôles.»

Un retour dans Léo

Avec Julien Poulin dans Léo.

Photo : © TVA

Avec Julien Poulin dans Léo.

À partir des années 1990, Pierre Lebeau a vu les offres se multiplier au petit écran: Le volcan tranquille, Réseaux, Un gars, une fille, Fortier, Les Boys, Belle-Baie, Mensonges... «Plus récemment, j’ai été vraiment heureux de le revoir dans Léo. Pour moi, c’est un grand acteur mais, surtout, il est un acteur qui peut tout faire. Je capotais sur la série Fortier! Dans l’esprit de tous, Pierre est Méo dans Les Boys, mais ce n’est pas ce qui m’a le plus marqué. Il faut l’avoir vu au théâtre. J’ai eu la chance de le voir jouer dans des pièces extraordinaires!» 

Dans Fortier.

Photo : © TVA

Dans Fortier.

Pierre Lebeau a aussi tenu de beaux rôles au grand écran, dans Séraphin: Un homme et son péché, L’incomparable Mlle C., la saga Les Boys, La rage de l’ange, Bon cop, bad cop, Truffe et bien d’autres longs métrages. «J’ai vu beaucoup de ses films, mais son rôle dans Matroni et moi reste mythique. Tant au théâtre qu’au cinéma, ses répliques sont inoubliables: on les connaît par cœur!» 

Un grand charisme

«Je trouve qu’il entraîne le spectateur dans quelque chose de grandiose. Il nous enveloppe par son charisme, par sa présence. Il a l’air d’aimer jouer. On sent aussi que c’est un gars cultivé. Il a joué du Shakespeare, du Racine, des pièces très difficiles, et il a bien fait.» Louis-Olivier n’a jamais eu l’occasion de jouer avec Pierre Lebeau, mais il se laisse aller à rêver: «J’aimerais tellement ça! Un de mes amis joue avec lui dans Léo, et je suis un peu jaloux. Je n’ai même jamais rencontré Pierre. Je pense que je serais stressé si ça arrivait. (rires) Il faut dire que j’ai commencé à beaucoup travailler au cours des 10 dernières années tandis que lui, il a commencé à s’effacer.» Quel serait son projet idéal avec Pierre Lebeau? «Un film dramatique dans lequel il incarnerait le père de mon personnage. Nous pourrions aussi camper un tandem de criminels ou de policiers. Au fond, je me verrais tout jouer avec lui!» conclut Louis-Olivier. 

À lire aussi

Et encore plus