Stéphane Bellavance à la tête d’une toute nouvelle émission | 7 Jours
/magazines/tvhebdo

Stéphane Bellavance à la tête d’une toute nouvelle émission

MERCREDI 20 H, RADIO-CANADA

Image principale de l'article Stéphane Bellavance anime une nouvelle émission
Radio-Canada

Qu’on s’appelle Catherine, Antoine, Patrice ou France, notre prénom en dit long sur nous. Stéphane Bellavance célèbre les prénoms de toutes sortes dans la nouvelle émission de variétés Comment tu t’appelles?.

• À lire aussi:
Une 4e saison remplie d’espoir pour Bonsoir Bonsoir

Stéphane, quel est le concept de Comment tu t’appelles?
C’est une émission de variétés d’une heure, un talk-show dans lequel nous nous intéressons au prénom de deux invités. Nous écoutons des chansons dans lesquelles ces prénoms sont mentionnés, nous parlons de leur représentation dans l’histoire, nous faisons la liste des gens inspirants qui les portent, etc. 

Êtes-vous seul à la barre de l’émission?
J’ai deux complices: Eve Côté et Kevin Raphael. En studio ou en vidéo, ils font le portrait des prénoms dont on parle. Eve, qui est humoriste, a le ton un peu grinçant qu’on lui connaît. Kevin, de son côté, garde son enthousiasme débordant. Bref, ils communiquent du contenu avec leur personnalité lumineuse.      

Comme il y aura une portion musicale à l’émission, y aura-t-il un groupe maison?
Oui, et ça fait partie des raisons pour lesquelles j’ai sauté sur l’occasion d’animer Comment tu t’appelles?. J’ai toujours eu le fantasme d’être à la barre d’une émission dans laquelle il y aurait un groupe. Simon Godin, un ami que j’admire et que je respecte énormément, assure la direction musicale. J’espère qu’il me permettra de jouer avec ses musiciens et lui de temps en temps. Je ne pense pas qu’il pourra m’empêcher de gratouiller la guitare ou la basse ni même de jouer un peu de batterie. 

Pensez-vous que nos prénoms nous influencent?
Oui, je pense qu’ils ont un effet sur notre personnalité. Influencent-ils notre comportement ou est-ce leurs références historiques et culturelles qui nous influencent? Je n’ai pas la réponse scientifique à cette question. Par contre, quand on compare, par exemple, tous les Marc qu’on connaît, on trouve des points communs dans leur personnalité. Quelque chose les relie. 

Radio-Canada

Qu’est-ce qui unit les Stéphane?
En général, ils sont souriants, énergiques et drôles. J’aime les Stéphane! Il y en a toujours eu beaucoup autour de moi, car c’est un prénom très commun, mais malgré tout, lorsque j’en croise un, c’est chaque fois un peu spécial. J’ai une sorte d’attachement spontané pour cette personne. C’est ce même attachement que nous allons utiliser dans Comment tu t’appelles?

Savez-vous pourquoi vos parents vous ont prénommé ainsi?
C’est un peu par dépit. Ma mère voulait absolument une fille, qu’elle souhaitait appeler Josée. Elle a été très triste d’avoir un garçon; ça lui a pris deux semaines pour s’en remettre. Il a fallu l’intervention de ma tante, qui lui a offert de me prendre chez elle, pour qu’elle se réveille. Elle a pleuré pendant deux autres semaines, pour se remettre du sentiment de culpabilité qu’elle éprouvait. Bref, elle a choisi Stéphane parce qu’elle trouvait ça joli, mais j’ai failli m’appeler José. Peut-être qu’un José sommeille en moi... 

Vous êtes-vous creusé la tête pour trouver des prénoms à vos fils?
Non, ça s’est fait naturellement. Mon amoureuse et moi, nous nous sommes entendus assez rapidement sur Mathis et Nathan, deux prénoms que nous aimions. Puisque ma blonde s’appelle Stéphanie, nous avons vécu à peu près la même chose dans notre enfance, c’est-à-dire que plusieurs membres de notre entourage avaient le même prénom que nous. Comme ça ne nous a pas embêtés, nous ne désirions pas trouver des prénoms uniques pour nos enfants. Nous ne voulions surtout pas qu’ils aient à les épeler chaque fois qu’on les leur demandait. Nos fils sont très contents, et leurs prénoms leur vont super bien! 

Pensez-vous qu’un prénom peut être un fardeau?
J’ai le sentiment que, lorsqu’on doit expliquer et défendre le choix de ses parents toute sa vie, ça peut devenir lourd, mais ça doit dépendre de la personnalité de chacun. Il y a sûrement des gens qui remercient leurs parents de leur avoir donné un prénom qui les rend uniques, et d’autres qui auraient préféré se nommer Martin. J’ai l’impression que tout ça existe et cohabite, et qu’il ne doit pas y avoir de généralités. 

Justement, y aura-t-il de la place à l’émission pour des prénoms qui sortent un peu des sentiers battus?
Il y aura toujours de la place pour des prénoms moins connus que Julie, Catherine ou Patrick. Nous les mentionnerons notamment en abordant les familles de prénoms. Par exemple, en parlant des Antoine, nous discuterons aussi des Tony. Nous voulons faire plaisir aux téléspectateurs en leur permettant de se reconnaître dans l’émission. Nous ferons donc une place de choix à une foule de prénoms.

Dès le mercredi 7 avril

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus