Dashny revient sur son passage à l’Académie | 7 Jours
/magazines/lasemaine

Dashny revient sur son passage à l’Académie

Image principale de l'article Dashny revient sur son passage à l’Académie
Eric Myre

Le plus souriant des candidats, Dashny Jules, a tiré sa révérence dimanche après avoir livré Sans limites lors de sa première mise en danger. L’optimiste jeune homme de 20 ans retourne ainsi serrer les siens dans ses bras, satisfait de tout ce qu’il a appris à Star Académie.

• À lire aussi:
Les fans sont dans tous leurs états après le départ de Dashny à Star Académie

• À lire aussi:
Lara Fabian se confie sur son implication à l’Académie

Dashny, comment avez-vous trouvé votre performance au Variété?
Elle s’est super bien passée. J’étais content du résultat, parce que mon but était de sortir de ma tête et d’offrir mon cœur au public. Au début, j’étais un peu nerveux, mais je me suis peu à peu abandonné aux émotions. Pour cette mise en danger, j’aurais pu choisir d’autres chansons qui permettent des envolées vocales, mais c’était important pour moi d’en choisir une qui parlait de moi pour que je puisse montrer ma vulnérabilité aux gens. 

Eric Myre


• À lire aussi: Ariane Moffatt se confie sur sa vie de famille et ses 20 ans de carrière

• À lire aussi:
Voici comment fonctionnent les mises en danger à Star Académie

Lors de son passage à l’Académie la semaine dernière, Patrick Huard vous a dit qu’il était primordial de trouver la personne à qui vous désirez adresser chaque chanson sur scène. À qui s’adressait la vôtre dimanche?
J’ai chanté Sans limites à moi-même. J’avais besoin de me faire confiance. Les gens ont beau croire en moi, si je ne crois pas en mes possibilités, je n’avancerai jamais. J’ai donc interprété cette chanson pour le Dashny qui manquait trop souvent de confiance en lui et pour ceux qui ont ce problème. J’aimerais que les gens comprennent qu’il n’y a pas de limites à ce qu’ils peuvent vivre. Les barrières, c’est trop souvent nous qui nous les imposons! 

Qui pourrait croire que vous n’avez pas confiance en vous! Ce n’est pas ce que vous dégagez...
Ça, c’est le pouvoir du beau sourire! Je pense que ça ne paraissait pas à l’Académie, car tout le monde a su me rendre à l’aise. Dans la vie, je suis un anxieux qui a appris à ne pas trop tomber dans le piège de l’anxiété. Avant, j’entendais beaucoup trop souvent cette voix en moi qui me disait: «Tu ne seras pas capable.» Je ne veux plus l’écouter. 

Et qu’avez-vous appris sur vous durant votre expérience à Star Académie?
Que je suis bon et que je suis capable de relever des défis, même si je n’ai pas toutes les connaissances des autres Académiciens. Je suis sûrement celui qui a le plus appris ici. J’étais constamment en mode apprentissage en regardant les autres faire. Dans toute la province, je suis sûrement le plus grand fan des autres Académiciens!      

Eric Myre


• À lire aussi: Zara revient sur son parcours à Star Académie

Comment Gregory Charles vous a-t-il aidé dans votre parcours?
Gregory a été pour moi une figure paternelle! Ce que je veux dire, c’est qu’il a été là pour moi sans me diriger ou me pousser. Il a voulu voir
jusqu’où j’arriverais à m’ouvrir aux gens et il m’a aidé à forger mon caractère d’artiste. Il m’a donné le temps de comprendre que j’avais une place comme artiste sans jamais me l’imposer. Je suis extrêmement reconnaissant de ce qu’il a fait pour moi.     

Avec quel artiste invité avez-vous ressenti une connexion spéciale?
Avec Marc Dupré, sûrement parce qu’il a un peu la même énergie que moi. C’est un être souriant et charismatique! Ce qui m’a surtout frappé chez lui durant nos trois jours de répétitions, c’est sa générosité. Son sourire qui nous encourageait et nous faisait comprendre que nous étions capables de relever le défi était extraordinaire! Après avoir passé du temps avec lui, c’était important pour moi d’être à la hauteur de sa musique lors de notre performance avec lui au Variété. Je dirais même que, comme artiste, je veux devenir aussi généreux que lui. C’est mon but!

Photo : Julien Faugere


• À lire aussi: Gregory Charles porte un regard serein sur les échecs dans sa carrière

Dashny, vous avez des valeurs familiales très fortes. Comment était-ce de vivre toutes ces émotions sans vos proches?
Ç’a été difficile, bien plus que je le pensais, d’ailleurs! Au départ, ça m’a rendu triste. Heureusement que «Maman Queenie», ma confidente durant mon séjour à l’Académie, était là pour me prendre dans ses bras et me consoler. Je me demandais souvent où mon père était et ce qu’il faisait. Dans les situations plus émotives, c’est Daniel, mon frère jumeau, qui me manquait, car nous avons l’habitude de faire de longues marches pour discuter de tout ce qui arrive dans nos vies. J’ai vécu difficilement le fait d’être séparé de ma sœur, qui a 16 ans. Yasmine, c’est mon petit cœur! En tant que grand frère, je voudrais toujours être là pour la protéger. Quand je l’ai vue en entrant dans le studio, mes larmes ont monté aussitôt; il n’y a qu’elle qui peut me faire pleurer ainsi. 

Quels sont vos projets?
Je veux travailler sur mes compositions. Avant Star Académie, je n’écrivais pas beaucoup. Là, je suis fier de dire que j’ai trois chansons qui sont en bonne voie d’être terminées.

Ne manquez pas la quotidienne de Star Académie, du lundi au jeudi à 19 h 30 à TVA ou en rattrapage sur TVA+.

À VOIR AUSSI: 28 VEDETTES QUÉBÉCOISES QUI FONT UN TABAC EN FRANCE

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus