TV Hebdo revisite les événements marquants de 1990 | 7 Jours
/magazines/tvhebdo

TV Hebdo revisite les événements marquants de 1990

Les hauts et les bas d’Émilie Bordeleau

Saddam Hussein attise la colère internationale, et une simple étincelle suffirait à mettre le feu à la poudrière d’Oka. De leur côté, les téléspectateurs oublient leurs tracas quotidiens en suivant religieusement les tribulations d’Émilie Bordeleau dans Les filles de Caleb. Ce personnage occupe encore aujourd’hui une place de choix dans le cœur de bien des téléphiles. 

À LA UNE

Un grand tournant

Photo : Archives TVA Publications

Lance et compte a marqué le début d’une nouvelle ère à la télé québécoise: les séries filmées dans les décors des studios ont laissé la place à des productions qui se rapprochent davantage de ce qui se fait au cinéma. Cette nouvelle façon de faire permet notamment de tourner des scènes d’action plus dynamiques et de recréer des atmosphères plus évocatrices que par le passé.

À ce chapitre, la diffusion de l’adaptation du roman Les filles de Caleb, d’Arlette Cousture, marque un grand tournant. Le réalisateur Jean Beaudin nous entraîne dans la Mauricie du XIXe siècle, où nous sommes invités à suivre les grandes étapes de la vie d’Émilie Bordeleau. Institutrice dévouée au fort caractère, Émilie doit élever sa famille dans des conditions difficiles, car son mari (incarné par un charismatique inconnu du nom de Roy Dupuis) s’absente durant de longues périodes pour aller gagner sa vie dans les territoires inhospitaliers de l’Abitibi.

Marina Orsini et Roy Dupuis, Les filles de Caleb.

Photo : © Radio-Canada

Marina Orsini et Roy Dupuis, Les filles de Caleb.

Photo : © Radio-Canada

Photo : © Radio-Canada

La consécration de Marina

Si Lance et compte nous a permis de faire la connaissance d’une toute jeune Marina Orsini, Les filles de Caleb marque sa consécration. Son interprétation lui vaudra d’ailleurs le titre de Meilleure interprète aux Gémeaux en 1991, une récompense qu’elle remporte également en 1990 pour sa participation à la série L’or et le papier. Signe que sa cote d’amour monte en flèche, Marina sera également honorée pour son travail au Gala MetroStar 1991. En plus d’être sacrée Meilleure comédienne, elle décrochera le titre convoité d’Artiste féminine de l’année, devant Janette Bertrand et Claire Lamarche.

Photo : Archives TVA Publications

Photo : Archives TVA Publications

La première moitié des années 1990 marque d’ailleurs une période fort occupée dans la carrière de l’actrice, qui renouera avec Suzie Lambert dans les téléfilms Lance et compte, puis avec Émilie dans la série Blanche, diffusée en 1993. Au sommet de sa popularité, Marina enchaînera les premiers rôles, dans Shehaweh (1992), Miséricorde (1994) et Urgence (1996), en plus d’incarner Cordélia Viau, une héroïne au destin tragique, dans Les grands procès, en 1995.

Photo : Archives TVA Publications

Quant au jeune Roy Dupuis, il recevra également un prix Gémeaux et un MetroStar pour son interprétation d’Ovila Pronovost et connaîtra une brillante carrière devant la caméra.

Photo : Archives TVA Publications

 

Tapis rouges et galas

Céline n’aime pas l’humour de RBO

Photo : Archives TVA Publications

Le 21 octobre, Michel Rivard anime le 12e Gala de l’ADISQ, qui ne se déroule pas sans controverse. 

Mario Pelchat et Joe Bocan sont élus Interprètes de l’année, les B.B. sont sacrés Meilleur groupe, et Laurence Jalbert remporte le titre de Découverte de l’année. Kashtin, Jim Corcoran et le Belge Philippe Lafontaine, l’interprète de Cœur de loup, font également partie des gagnants.

Cependant, les choses prennent une tournure plutôt cocasse lorsque les membres de RBO lancent une petite pointe à l’endroit du clan Dion en chantant leur succès I Want to Pogne. Visiblement pas très amusée par les insinuations de Guy A. Lepage — qui chante notamment que, pour connaître du succès, il vaut mieux être Céline Dion que Claudette Dion —, la chanteuse a l’occasion de prendre le crachoir à son tour plus tard dans la soirée. En refusant le trophée de l’artiste anglophone de l’année, remis (douce ironie) par sa grande sœur, l’interprète de Charlemagne pousse les organisateurs à apporter quelques ajustements.

Photo : Archives TVA Publications

Résultat: l’année suivante, la catégorie sera remplacée par celle d’Artiste s’étant illustré dans une langue autre que le français. Tout le monde est content. Dossier clos. 

Flash actualité

Le torchon brûle à Oka

Patrick Cloutier et Brad Larocque.

Photo : © Radio-Canada

Patrick Cloutier et Brad Larocque.

Après trois ans de tractations, l’accord du lac Meech est bel et bien enterré... ou plutôt submergé. L’échec de ce projet du premier ministre Brian Mulroney ravivera la flamme souverainiste au Québec pour les prochaines années. En Orient, la guerre du Golfe éclate à la suite de l’invasion du Koweït par les armées du leader irakien Saddam Hussein, mais les Américains n’entendent pas le laisser dicter les règles dans ce coin du monde où les terres sont gorgées de pétrole.

Au Québec, cependant, l’image qui demeurera gravée dans la mémoire collective est celle du face-à-face viril du soldat Patrick Cloutier et du Warrior Brad Larocque lors de la crise d’Oka (aussi connue sous le nom de résistance de Kanesatake), qui dure 78 jours, du 11 juillet au 26 septembre 1990.

Au cœur du litige, l’expansion d’un terrain de golf et un projet de construction de maisons en rangées sur des terres où se trouve notamment un cimetière mohawk. La tension est particulièrement vive après le décès du caporal Marcel Lemay, policier de la Sûreté du Québec atteint d’une balle blindée au début des hostilités. Dans les jours qui suivent, la GRC et l’armée canadienne sont appelées à intervenir au cours de cet affrontement, dont les images font le tour de la planète. 

Ça fait jaser

Jacuzzizanie à Garden Party

Serge Laprade et Michèle Richard.

Photo : © NOOVO

Serge Laprade et Michèle Richard.

Il n’y a pas qu’à Bagdad et à Oka que la situation est explosive. En 1990, les tabloïds nous rappellent qu’une crise sans précédent secoue la télé québécoise. Michèle Richard, la reine autoproclamée de TQS, doit quitter le jacuzzi et les beaux gars bronzés de Garden Party en raison du climat de travail toxique qui s’est installé entre elle et son coanimateur, le jovial Serge Laprade. Résultat: c’est à Jano Bergeron que revient le mandat de prendre la place laissée vacante par la régente sur le patio de l’émission de variétés. De son côté, Mme Richard a tout le temps qu’il lui faut pour organiser son flamboyant mariage avec un certain Yvan Demers. On connaît la suite.

Photo : Archives TVA Publications

Photo : Archives TVA Publications

Photo : Archives TVA Publications

 

La série de l’heure

L’héritage, ou le chemin de croix de Miville Galarneau

Avec Yves Desgagnés, Jean-Louis Millette et Robert Gravel.

Photo : © Radio-Canada

Avec Yves Desgagnés, Jean-Louis Millette et Robert Gravel.

Si la diffusion des Filles de Caleb est l’événement télé de l’année, la saga familiale aux allures de tragédie grecque signée Victor-Lévy Beaulieu nous offre des moments d’une rare intensité dans les derniers épisodes. Après tout ce qu’il a dû traverser, Miville (Robert Gravel, l’inoubliable père de la LNI), le fils mal-aimé du clan Galarneau, arrive enfin au terme de son épreuve, pour le meilleur ou pour le pire. Le ciel de Trois-Pistoles, assombri par les nuages du secret et de l’inceste, s’éclaircira-t-il pour l’aîné de la famille, pourchassé depuis des lunes par la haine et les manigances de sa sœur vengeresse (Nathalie Gascon)?

Photo : Archives TVA Publications

Moment marquant

Claire Lamarche débarque à TVA

Photo : Archives TVA Publications

C’est l’heure du renouveau pour l’ancienne animatrice de Droit de parole, qui déménage du côté de TVA. Elle y connaîtra le plus grand succès de sa carrière. Durant 12 ans, celle qui donne le micro à tous animera 1713 émissions avant de prendre un repos bien mérité, en 2002. 

Sur le plateau de Claire Lamarche.

Photo : © TVA

Sur le plateau de Claire Lamarche.

Elle remportera huit prix MetroStar au fil des ans, mais son plus grand exploit demeure d’avoir alimenté les grands débats publics avec ouverture et intelligence sans céder à la tentation — vive à l’époque — du sensationnalisme de la télé-poubelle à la Jerry Springer. 

Télé-zapette

  • La chanteuse Madonna repousse les limites avec le clip de la chanson Justify My Love, dans lequel défilent des images provocantes évoquant le BDSM, la bisexualité et autres plaisirs qui peuvent susciter le malaise chez les plus pudiques. Banni des ondes de MTV, le clip sera vendu en chic format VHS pour le plus grand plaisir des collectionneurs... et des voyeurs.

Photo : Archives TVA Publications

  • Pendant ce temps, au Québec, il suffit à Martine St.Clair de dévoiler une partie de son soutien-gorge pour être déclarée Madonna du Québec à la une de TV Hebdo... 

Photo : Archives TVA Publications

  • Les fans de Lise Payette et des téléromans Des dames de cœur et Un signe de feu doivent dire adieu à Évelyne Lamontagne, personnage incarné par Andrée Boucher, mais immortalisé par Guy A. Lepage dans un sketch de RBO. Prendriez-vous un p’tit café?

Photo : Archives TVA Publications

  • En janvier, à la soirée des American Music Awards, Paula Abdul est nommée Meilleure chanteuse pop, et l’infâme Bobby Brown triomphe du côté des hommes. Les incontournables New Kids on the Block remportent deux statuettes grâce au succès de Hangin’ Tough, et nos charlatans préférés, les Milli Vanilli, sont désignés Meilleur nouvel artiste devant les Travelling Wilburys. Voilà qui est un peu ironique, puisque ce dernier groupe est notamment formé de Bob Dylan, Roy Orbison, Tom Petty et l’ex-Beatle George Harrison...
  • Les clips incontournables de 1990: You Can’t Touch This, de MC Hammer, et Nothing Compares 2 U, de l’Irlandaise Sinead O’Connor, à qui revient l’exploit d’avoir défait les presque indétrônables New Kids on the Block au Combat des clips, animé par Paul Sarrasin à MusiquePlus.
  • À la une de TV Hebdo: Les Cyniques sont de retour, le temps d’un ultime rappel.

Photo : Archives TVA Publications

  • À TQS, les hurluberlus de 100 Limite font la loi dans leurs vestons bleu poudre, et Yasser Arafat devient malgré lui un des personnages comiques marquants de son époque... à la télé québécoise.
  • Grâce à Surprise sur prise, Marcel Béliveau fait découvrir les joies de la caméra cachée aux Français. Pour la fête des Mères, l’animateur pose fièrement sur la une de notre magazine en compagnie de sa maman.

Photo : Archives TVA Publications

  • Rémi, Francine et l’entourage des Duval sont de retour pour une nouvelle cuvée d’épisodes de Jamais deux sans toi. De son côté, le personnage titulaire de Chez Denise fait aussi un saut dans le temps avec Denise... aujourd’hui.
  • Aux États-Unis, les géants Time et Warner fusionnent leurs activités, et la sitcom connaît un nouvel âge d’or. The Cosby Show, Rosanne et Murphy Brown trônent au sommet des cotes d’écoute, et The Fresh Prince of Bel-Air, avec Will Smith, fait figure de nouveau venu. 

Photo : Archives TVA Publications

  • La décennie colorée que furent les années 1980 est bel et bien terminée: le 20 janvier 1990, les policiers de Miami Vice accrochent pour de bon leurs vestons à épaulettes et leurs t-shirts fluo.
  • Deux figures importantes de l’industrie du showbiz disparaissent le même jour, le 16 mai: les États-Unis disent adieu à Jim Henson, le créateur des Muppets, et à Sammy Davis Jr., un membre du légendaire Rat Pack.
  • Nés en 1990: Liam Hemsworth (13 janvier), Kirsten Stewart (9 avril) et Margot Robbie (2 juillet).

À lire aussi

Et encore plus