Trop | Le bout de la route | 7 Jours
/magazines/tvhebdo

Trop | Le bout de la route

Lundi 29 mars à 19 h 30, Radio-Canada (Finale de la série)

Isabelle et Anaïs (Evelyne Brochu et Virginie Fortin) font le bilan des derniers mois.
Photo : Eric Myre

Isabelle et Anaïs (Evelyne Brochu et Virginie Fortin) font le bilan des derniers mois.

Après trois saisons, il est temps pour les fidèles de Trop de faire leurs adieux aux sœurs Isabelle et Anaïs Desbiens. L’auteure Marie-Andrée Labbé n’est pas peu fière d’avoir tourné les derniers moments dans son Saguenay natal! 

Pourquoi mettre fin à Trop après seulement trois saisons?

Je suis en paix avec le fait que la troisième saison est la dernière, car c’était mon choix. J’avais fini l’histoire que je désirais raconter. Je ne voulais pas que les personnages aient à faire des choses extraordinaires pour relancer l’intérêt. Je trouvais que conclure maintenant restait respectueux pour les gens qui souffrent de problèmes de santé mentale comme Anaïs. Il y aura toujours des cycles à la maladie du personnage, mais selon moi, il y avait une limite à ce que je pouvais lui faire vivre seulement pour l’intrigue.

Avez-vous l’impression que Trop a ouvert des discussions sur les problématiques de santé mentale chez les téléspectateurs?

Je pense que oui. Nous avons reçu énormément de messages et de témoignages à ce sujet. Des mères nous écrivaient qu’elles regardaient l’émission avec leurs enfants, qui ont les mêmes problèmes qu’Anaïs. Personnellement, je ne souffre pas de ce genre de problématiques, mais je sais qu’on n’est jamais à l’abri, alors j’ai eu une discussion à ce sujet avec mes parents, une discussion qui n’aurait peut-être pas eu lieu sans Trop.

Marc-Antoine (Éric Bruneau) et Isabelle doivent faire une mise au point.

Photo : Eric Myre

Marc-Antoine (Éric Bruneau) et Isabelle doivent faire une mise au point.

Sentez-vous que vous avez donné une voix à des gens?

En tant qu’auteure, ce n’était pas mon but. Si ça l’avait été, je serais peut-être tombée dans des pièges et je n’aurais pas raconté la bonne histoire. J’ai inventé des personnages. Après, ils ne m’appartenaient plus. Si certaines personnes se sont identifiées à eux et s’y sont reconnues, tant mieux. Même si le tournage s’est terminé il y a un an et demi, je suis contente que la série soit diffusée seulement maintenant. Avec ce qu’on a vécu dans les derniers mois, la situation des personnes qui vivent un problème de santé mentale est critique. Il y a même des gens qui viennent de découvrir qu’ils ont une telle problématique. J’espère que la série a pu les accompagner et qu’elle leur a fait du bien.

Anaïs et Romain (Pierre-Yves Cardinal) ne sont peut-être pas faits l’un pour l’autre...

Photo : Eric Myre

Anaïs et Romain (Pierre-Yves Cardinal) ne sont peut-être pas faits l’un pour l’autre...

La finale tourne autour du renouvellement des vœux de Carole et Clément, les parents d’Isabelle et Anaïs. Comment leur couple a-t-il évolué?

Ce sont des personnages secondaires mais, au fil des saisons, on a compris qu’il y avait eu entre eux des trahisons, des remous, des chambardements et des questionnements. Avec eux, je voulais montrer qu’il n’y a pas que les jeunes qui vivent des choses importantes dans leur vie intime; leurs parents aussi. Je voulais aussi laisser voir que c’étaient peut-être eux qui avaient eu raison de traverser les tempêtes et d’avoir travaillé sur eux. Carole et Clément représentent un grand exemple de résilience pour leurs filles dans tous les aspects de leur vie.

À quoi peut-on s’attendre pour leurs filles?

C’est une belle finale, mais la situation des filles ne pourra jamais être parfaite. Marc-Antoine et Isabelle vivent une crise. Avant de s’engager complètement, Isabelle a besoin de tester des choses, comme Marc-Antoine l’a fait dans le passé. Dans cette espèce de crise identitaire, elle a posé des gestes qui ne lui ressemblent pas. Quant à Anaïs, elle a vécu des hauts et des bas avec Romain. On peut se demander si ces amoureux, qui vivent au jour le jour et qui n’étaient peut-être même pas destinés à être ensemble, sont faits pour vivre dans une telle relation. Vont-ils s’acharner ou se redonner la liberté dont ils ont besoin?

Comment Samir, Jessie et Manuela (Mehdi Bousaidan, Sarah Laurendeau et Alice Pascual) vont-ils?

Photo : Eric Myre

Comment Samir, Jessie et Manuela (Mehdi Bousaidan, Sarah Laurendeau et Alice Pascual) vont-ils?

Le dernier épisode a été tourné au Saguenay, votre région natale. Étiez-vous sur le plateau?

Oui, j’y étais avec mes parents et ma sœur. J’étais tellement contente d’avoir le droit d’écrire des scènes qui se passaient au Saguenay que je me rappelle exactement le moment où l’équipe de production a donné son accord. Il y avait quelque chose d’émouvant à voir mes parents entourés d’une équipe d’une cinquantaine de personnes qui s’étaient déplacées pour mettre mes mots en images, et à montrer à mes collègues l’endroit où je suis née. Je n’étais pas peu fière!

À lire aussi

Et encore plus