Christine Morency s'ouvre sur son talent pour raconter des anecdotes | 7 Jours
/magazines/7jours

Christine Morency s'ouvre sur son talent pour raconter des anecdotes

Image principale de l'article Son talent pour raconter des anecdotes
Marc-André Lapierre

Chaque semaine, Patrick Huard reçoit chez lui des personnalités avec lesquelles il échange sur différents sujets d’actualité. Cette semaine, Christine Morency comptait parmi ses invités, et ils ont discuté de l’art de raconter des anecdotes.

• À lire aussi:
Une 2e saison confirmée pour «La tour»

• À lire aussi:
À la découverte de Tommy Joubert, l’interprète de Xavier dans La Tour

Christine, d'où vient ton talent pour raconter des histoires?
Très jeune, je me suis rendu compte que ma mère maniait magnifiquement bien l’art de raconter une histoire. Dans un groupe d’amis, elle était souvent le centre de l’attention, parce que ses anecdotes faisaient rire tout le monde. 

Et comment s’y prenait-elle?
Elle pouvait transformer une situation banale du quotidien en anecdote hilarante, en gardant par exemple le punch pour la fin. Sans s’en apercevoir, elle utilisait des codes populaires en humour. Pourtant, ma mère avait un emploi plutôt sérieux: elle travaillait dans une banque. Le fait de prendre la vie en riant l’a certainement aidée à passer à travers son quotidien — pas toujours évident — de mère de famille monoparentale. 

Jeune, étais-tu celle qui faisait rire ta classe?
Évidemment, j’étais le clown de la classe! Au lieu de me chicaner parce que je parlais durant les cours, certains professeurs me laissaient partager mes anecdotes quelques minutes avant que la cloche sonne. J’ai connu une période pas mal rock and roll au secondaire, puisque j’ai eu des problèmes de consommation. Mais les professeurs m’appréciaient quand même, parce que je détendais l’atmosphère avec mes blagues et je ramenais le groupe à l’ordre quand ça dérapait trop. 

Quand as-tu réalisé que ton talent naturel de conteuse pouvait devenir un métier?
En quatrième secondaire, j’ai découvert l’impro. C’est là que j’ai perfectionné l’art de raconter des histoires. Il faut dire que ma vie est une anecdote en soi: j’ai le don de me mettre les pieds dans les plats, et il m’arrive toujours des trucs rocambolesques. D’ailleurs, je me force à sortir de ma zone de confort, en allant à la pêche sur la glace, par exemple, parce que je me dis que si je n’aime pas ça, au pire, ça me fera une bonne histoire à raconter! (rires)

• À lire aussi: Rachid Badouri fait enrager plusieurs artistes avec un challenge hilarant

Quand il t’arrive un truc drôle, es-tu du genre à le noter tout de suite pour éventuellement en faire un numéro d’humour? Habituellement, oui. Mais le problème, depuis le début de la pandémie, c’est que les aventures sont assez limitées, parce qu’on ne vit pas grand-chose de nouveau. J’ai hâte de revoir du monde, de sortir, de faire des activités, de me promener à travers le Québec. Plus je rencontre des gens, plus je fais le plein de matériel qui pourrait éventuellement se retrouver dans un show d’humour! 

À qui racontes-tu tes anecdotes en premier?
Ma mère est mon premier public. Mes plus gros fous rires à vie, je les ai eus avec elle. Sinon, mon couple d’amis: lui travaille en construction, elle est libraire. Quand j’écris un numéro d’humour ou une chronique pour la radio, je les appelle pour tester mes blagues. Ils me connaissent depuis le secondaire, et ils sont super authen- tiques dans leurs commentaires. Si ce n’est pas drôle, ils me le disent sans détour. 

Et toi, quel genre d’anecdote te fait rire?
Les émissions télé de type bloopers me font beaucoup rire. Il n’y a rien de plus drôle que quelqu’un de sérieux, comme un politicien ou un lecteur de nouvelles, qui se trompe et qui fait comme si de rien n’était. S’il réprime un fou rire, c’est encore plus hilarant!

Certaines personnes n’ont pas le tour de raconter des histoires. Que fais-tu dans cette situation?
On en connaît tous, des gens comme ça: un ami, un oncle ou une cousine qui traîne les anecdotes en longueur, qui se mêle dans les détails, qui perd le fil de la conversation et rit tout seul de ses blagues... Dans ce temps-là, j’essaie subtilement de l’aider en lui demandant, par exemple: «Qu’est-ce qui est arrivé après?» ou «Comment ça s’est fini cette histoire-là?» question de raccourcir le supplice! (rires)      

Patrick Huard ainsi que ses amis et invités de la semaine prochaine sauront vous divertir et vous surprendre! La Tour, du lundi au jeudi à 19 h, à TVA.

À VOIR AUSSI: PATRICK HUARD RÉPOND À NOTRE QUESTIONNAIRE TÉLÉ

s


À VOIR AUSSI: Geneviève Schmidt en 6 rôles marquants

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus