L’amour à distance pour Annie-Soleil Proteau et Pascal Bérubé | 7 Jours
/magazines/echosvedettes

L’amour à distance pour Annie-Soleil Proteau et Pascal Bérubé

Image principale de l'article L’amour à distance
Photo : Valerie Blum

L'une est solidement enracinée dans son quartier Hochelaga-Maisonneuve, dont elle est l'une des plus fières ambassadrices. L'autre porte à ce point son Matane natal dans son coeur qu'il en est le représentant à l'Assemblée nationale. Près de sept heures de route séparent Annie-Soleil Proteau et Pascal Bérubé, mais tout les rapproche.

• À lire aussi:
Annie-Soleil Proteau s’ouvre pour la première fois sur ses anciens troubles alimentaires

• À lire aussi:
Annie-Soleil Proteau: comment elle a vécu l’amour à distance pendant le confinement

Nous sommes lundi matin, au lendemain de la Saint-Valentin et à la veille de l’anniversaire du député de Matane-Matapédia. Tôt en matinée, toutes les conditions sont réunies pour que les amoureux soient au même endroit. Et pourtant... «Je suis à TVA!» claironne Annie-Soleil, qui vient de faire une chronique sur Star Académie à Salut Bonjour, alors que son chum est déjà à l’ouvrage chez elle. Oui, ils fêteront demain, mais... à Québec! «Je n’y vais jamais en semaine, reprend-elle. Mais j’y serai parce que c’est la fête de Pascal.» 

Collection personnelle


C’EST QUAND QU’ON VA OÙ?
Ces allers-retours relèvent presque du vaudeville. Et encore, on ne vous parle pas de leur journée de la Saint-Valentin! Ou plutôt, si! Parlons-en, histoire d’ajouter quelques pièces au casse-tête logistique inhérent à leur relation et qui aide à mieux comprendre la force de leur amour. Le 14 février, pour les besoins de la collaboration d’Annie-Soleil à Salut Bonjour Weekend, le couple s’est réveillé à Québec, puis a filé à Montréal. Petite pause avant que la chroniqueuse ne prenne la direction de Star Académie à l’heure du souper jusqu’à tard en soirée. C’est quand qu’on va où?, chante Renaud. Chemin faisant, une chatte en perdrait ses petits... 

Ça fait que la Saint-Valentin, ils ont trouvé le moyen de la souligner le vendredi 12 février (!!!), lorsqu’Annie-Soleil est arrivée à Québec. «Il m’avait acheté une belle boîte de chocolats en forme de cœur.» Un geste qui pourrait ressembler à un plan de dernière minute. Pas pour Pascal Bérubé: «Mon défunt père faisait toujours ça pour ma mère, et elle a conservé toutes ses boîtes au fil des années. Cette image m’est restée en tête.» Depuis 2015, on devrait retrouver environ six boîtes en forme de cœur chez Annie-Soleil. 

On écrit «environ» parce que ni l’un ni l’autre n’est vraiment au courant du début officiel de leurs fréquentations. On sait qu’une amie commune les a présentés l’un à l’autre en 2012, alors que Pascal était ministre du Tourisme. Mais, à partir de là, un flou s’installe. Annie-Soleil raconte: «Au début, quand on s’est rencontrés, je le trouvais vraiment très intelligent, mais avec la dimension politique, je n’étais pas sûre d’avoir le goût de m’embarquer là-dedans. Ça me faisait peur. C’est l’une des raisons pour lesquelles ç’a été long avant qu’on soit officiellement ensemble.» Si, comme on dit, l’amour est plus fort que la police, il ne cède pas non plus devant la politique. «Tu ne choisis pas qui tu aimes dans la vie. Je ne m’empêcherai jamais de rien.» 

Collection personnelle


• À lire aussi: Annie-Soleil Proteau fait une découverte très émouvante chez sa défunte grand-mère

MILLE APRÈS MILLE
La politique est une chose. Les 620 km qui les séparent en sont une autre. «Ça n’a jamais été un enjeu, sauf au printemps 2020, lorsqu’on a été séparés pendant trois mois à cause de la covid, reconnaît Pascal. Il y avait un barrage routier dans le Bas-Saint-Laurent et il n’était pas recommandé de passer d’une région à l’autre. La seule possibilité que j’avais de me déplacer hors de la région était pour aller à l’Assemblée nationale.» Impossible même de voir sa blonde à Québec, ses chroniques à Salut Bonjour Weekend étant diffusées depuis les studios de TVA à Montréal durant cette période. «On a respecté scrupuleusement les règles de la santé publique. D’abord parce qu’on y croit, et ensuite parce qu’on a un devoir d’exemplarité. Pour le reste, on s’organise bien depuis longtemps.» 

C’est quand même fou, cette distance à parcourir mille après mille, semaine après semaine! Ajoutez à cette donnée leurs horaires variables et atypiques, et vous avez deux personnes qui tiennent sérieusement l’une à l’autre. «Les quatre premières années de notre relation, c’est moi qui me déplaçais toute seule dans mon char toutes les semaines. Pendant un an et demi, je me levais sept jours sur sept à 3 h du matin. Du lundi au jeudi, j’animais à Rythme FM, à Laval, puis je me rendais à Québec pour Salut Bonjour Weekend. À travers ça, je m’ajoutais des allers-retours à Québec en semaine pour voir Pascal.» 


SOUS PROTECTION
En 2007, Pascal Bérubé était élu député de Matane pour un premier mandat. Depuis, entre autres fonctions, il a été ministre du Tourisme sous le gouvernement Marois en 2012, puis chef intérimaire du Parti Québécois en 2018. «Jusqu’en octobre 2020, parce que j’étais chef parlementaire, j’étais sous protection et j’avais un garde du corps armé qui nous suivait en permanence.» Annie-Soleil trouve toujours le moyen de faire contre mauvaise fortune bon cœur. Avec la candeur qu’on lui connaît, elle dit: «Au début, je trouvais ça plate et je me disais: “Il va toujours y avoir quelqu’un avec nous!” Finalement, j’y ai trouvé mon compte parce que si on allait manger quelque part et que Pascal était occupé par ses fonctions, même au milieu du repas, j’avais quelqu’un avec qui jaser.» Plus sérieusement, elle ajoute: «Au départ, je trouvais que cet entourage était déconnecté de la réalité. Sauf qu’avec l’épisode qu’on a connu récemment, ça m’en a fait réaliser la nécessité.» 

Le ton vient de changer. On ne rit plus. Elle fait allusion à des menaces de mort que le couple a reçues et qu’il n’a pas prises à la légère. Pascal explique: «Il y en a eu plusieurs, mais seulement deux ont été médiatisées. La police s’y est intéressée très sérieusement, mais je ne peux aller dans les détails pour des raisons de logistique. Malheureusement, ça fait partie de l’univers dans lequel on est.» Annie-Soleil va plus loin. Bien que chamboulée de revivre l’un de ces événements, elle est affirmative: «Ce gars qui menaçait de me violer et de me laisser pour morte sur le bord d’un chemin, je l’ai fait arrêter. Ça s’est réglé en cour. Je ne tolère plus aucune forme d’intimidation.» 

Collection personnelle


• À lire aussi: 5 vedettes québécoises nous présentent leur animal de compagnie


PREMIÈRE DAME DE MATANE
Annie-Soleil, que son chum coiffe du titre de première dame de Matane, a été accueillie à bras ouverts en Gaspésie. «Je suis devenue la blonde de leur député et, à Matane, Pascal est une rock star. C’est fou! On entre dans une épicerie, et on ne peut pas faire trois pas sans qu’une personne vienne le saluer, le remercier pour un dossier réglé ou lui rappeler que sa mère le gardait quand il était enfant. Les gens me connaissent déjà par la télé et, en plus, je suis la blonde du gars qu’ils aiment!» 

De par son travail, la notoriété d’Annie-Soleil s’étend aux quatre coins de la province, en passant par Québec et... l’Assemblée nationale! La parole est au député de Matane-Matapédia: «Quand on croise le premier ministre Legault, il s’arrête toujours pour lui parler. Le lendemain, s’il m’aborde, c’est surtout pour s’enquérir d’Annie-Soleil. (rires) Il en va de même pour les députés des autres partis. Depuis l’agent de sécurité de l’Assemblée nationale jusqu’au premier ministre, tout le monde l’aime.» 


UN FUTUR À PARTAGER
Malgré les aléas dont nous avons fait mention et qu’ils gèrent depuis le premier jour, ces deux-là sont fermement engagés dans une relation à long terme.      

À ce stade-ci, des questions pratico-pratiques s’imposent. Et les enfants, alors? Ils sont sur la même longueur d’onde, mais leur réflexion ne procède pas du même cheminement. Elle: «J’ai toujours pensé que si j’avais un jour des enfants, ce serait beaucoup plus tard dans ma vie, et que je les adopterais.» Lui: «Pour avoir croisé beaucoup d’enfants de politiciens, je sais qu’ils souffrent beaucoup de leur absence. Ce ne serait pas des conditions idéales.» 

Pensent-ils demeurer ensemble un jour? «Ça va dépendre des choix que Pascal va faire par rapport à ses fonctions. Il veut être député de Matane jusqu’à la fin de sa vie, mais il est tributaire de l’électorat. L’avenir est impossible à prédire.» Et Pascal de rappeler, admiratif, que sa blonde a Hochelaga-Maisonneuve tatoué sur le cœur. 

Ces questions ne font pas partie de leurs préoccupations immédiates. Ce dont ils sont certains, c’est que leur futur, ils veulent le partager.      

Annie-Soleil est chroniqueuse arts et spectacles à Salut Bonjour, à TVA, les vendredis, samedis et dimanches. Elle est aussi chroniqueuse culturelle à Culture club, à ICI Première, les samedis à 14 h. Enfin, elle anime District 31: tout le monde au poste, un balado de Radio-Canada.

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus