Sam-Éloi Girard sur son rôle de Manu dans L’Échappée | 7 Jours
/magazines/echosvedettes

Sam-Éloi Girard sur son rôle de Manu dans L’Échappée

Image principale de l'article Son rôle de Manu dans L’Échappée
Collaboration spéciale / Sarah Laroche

À 18 ans, Sam-Éloi Girard possède déjà à son actif une série de rôles importants. Après avoir joué dans Conseils de famille, Clovis et La vie compliquée de Léa Olivier, le comédien tient désormais un rôle complètement différent dans L'Échappé et c'est sans compter toutes ses autres passions!

• À lire aussi: Sam-Éloi Girard s’ouvre sur son cheminement pour surmonter la dyslexie

• À lire aussi: Sam-Éloi Girard révèle son plan B sur le plan professionnel

Depuis l’automne dernier, Sam-Éloi Girard défend le rôle de Manu Rhéaume-Côté dans la populaire série L’Échappée, diffusée à TVA. Son personnage est dur, baveux et arrogant. Condamné pour homicides involontaires, il est admis en garde fermée à L’Échappée, après s’en être pris à son éducateur dans un centre de Gaspé. «J’étais tellement content d’obtenir ce rôle! lance le sympathique comédien. J’ai été chanceux ces dernières années. J’ai fait de beaux projets jeunesse dans lesquels j’incarnais des personnages un peu plus sages, exemplaires. Mais j’ai toujours eu envie de jouer des personnages arrogants, qui ont plus de caractère, mais je n’avais jamais eu la chance de prouver que j’en étais capable. Manu était le meilleur personnage pour démontrer cette facette méconnue de mon jeu. Quand je me suis préparé pour l’incarner, tout m’est venu naturellement et, au fil des tournages, je comprends de plus en plus mon personnage.» 


UNE BELLE CHIMIE
Dans la série, Manu côtoie Robin Despaties (Jean-François Nadeau), un éducateur à L’Échappée. Le parcours de Manu rappelle à Robin un drame qu’il a vécu, et il tente de l’aider à s’ouvrir. «Jean-Francois et moi, nous nous sommes connus un peu avant L’Échappée, relate Sam-Éloi. Il y a quelques années, mon frère, Tom-Éliot, a travaillé avec lui sur la série Kaboum, diffusée à Télé-Québec. Je devais également auditionner pour cette émission lorsque j’avais cinq ans, mais une fois rendu à la salle d’audition, j’ai craqué et je n’ai pas auditionné! Mon frère a eu le rôle; il a été sur le projet pendant trois ans et demi. Durant ces années, j’étais souvent dans les coulisses, où je côtoyais Jean-François. Depuis, nous ne nous étions pas vraiment revus, mais nous avons créé une belle chimie rapidement. Nous nous entendons vraiment bien.» 

La pandémie n’a pas nui à l’intégration du jeune homme au sein de l’équipe. «Avec la covid, j’avais peur que ce soit un peu plus difficile de casser la glace avec les autres comédiens. Nous avons moins l’occasion de nous rapprocher, de nous parler, de prendre notre pause ou notre dîner ensemble en raison des règles de distanciation. Nous restons souvent dans nos loges. Finalement, J-F et moi avons profité du plateau pour nous rapprocher. Nous nous donnons des idées sur notre jeu, nous ajoutons parfois des petites répliques, avec l’accord du réalisateur. L’équipe est contente du résultat. Nous faisons une bonne paire, lui et moi, et nous sommes capables d’apporter aux scènes le naturel et la chimie nécessaires entre Manu et Robin.» 

Production


• À lire aussi: Bonne nouvelle pour les fans de L'Échappée

• À lire aussi: Normand D’Amour est ravi de jouer un vilain dans L’Échappée

UNE SCÈNE BOULEVERSANTE
Le 1er mars, nous avons eu droit à une scène très touchante entre Sam-Éloi et Catherine Allard, qui tient le rôle de Tatiana. Cette dernière est la mère d’un des jeunes tués dans l’accident de voiture causé par Manu. Tatiana est en phase terminale d’un cancer et voulait revoir Manu pour faire la paix avec son passé. «Je suis rarement stressé pour des scènes à la télé, confie le comédien. Je gère habituellement assez bien l’anxiété. Mais là, j’appréhendais un peu cette scène et je voulais que le résultat soit digne du récit. Je n’avais jamais été aussi nerveux. L’équipe sur le plateau a été très gentille avec moi; tout le monde comprenait que c’était une grosse scène. Pour la première prise, je pleurais tellement qu’on n’entendait presque pas ce que je disais. J’ai prévenu le réalisateur que je n’étais pas certain de pouvoir refaire la scène comme ça; je venais d’en donner beaucoup.» 

Mais le jeune homme a persévéré! «Nous avons recommencé, et j’étais un peu moins satisfait de la prise. Je suis devenu encore plus stressé, car je me sentais incapable de me remettre dans cette zone-là. L’assistante-réalisatrice est venue me voir et m’a dit: “Fais-toi confiance, on sait de quoi tu es capable!” Finalement, nous avons repris la scène, et c’est en grande partie celle-ci qui a été diffusée!» 

La transformation positive de Manu se poursuivra-t-elle? «J’ai regardé un peu les commentaires des gens sur les réseaux sociaux; ils ont complimenté mon jeu. Ça m’a fait chaud au cœur. J’avais l’impression que les gens s’attendaient à ce que Manu réagisse mal, vu son tempérament... Vous verrez dans les prochaines émissions qu’il est plus facile de travailler avec un tel jeune quand vous avez bien ciblé la source de son problème... La rencontre avec Tatiana lui a fait un grand bien, mais on ne perd pas tout à fait le petit Manu arrogant!» 


DE NOUVELLES AMBITIONS
L’automne dernier, on apprenait que Sam-Éloi poursuivait des études en techniques d’intervention en délinquance au Collège De Maisonneuve. Il a finalement réalisé que ce n’était pas pour lui. «J’ai lâché le cégep après trois semaines, confie le jeune homme. La motivation n’y était pas. J’étais pas mal occupé avec les tournages, je manquais donc plusieurs jours d’école. J’avais de la difficulté à suivre, d’autant plus que tous mes cours étaient en ligne.» 

Mais notre homme ne restera pas les bras croisés. «Lorsque j’ai lâché mes cours, je suis allé porter mon CV à Empire, un magasin de planches à roulettes, pour avoir quelque chose à faire quand même. Aujourd’hui, je travaille à temps plein à Empire. J’aime vraiment ça! Il y avait longtemps que je voulais travailler dans un skate shop! Éventuellement, j’aimerais retourner aux études, peut-être pour faire un DEP, quelque chose de pratique, une formation en réalisation, pour devenir caméraman, ou encore des cours à l’École de l’humour.» 

D’autres projets artistiques l’attendent! «La deuxième saison de La vie compliquée de Léa Olivier a été confirmée, et les tournages arrivent à grands pas. J’ai fini d’enregistrer Ne pas écouter la nuit, un super balado qui s’en vient à Radio-Canada. C’est tout ce que je peux dire à ce sujet pour l’instant.» 

Production


• À lire aussi: Bianca Gervais: Son rôle de Marie-Louise dans L'Échappée a eu un impact dans sa vie

• À lire aussi: Normand D’amour s’est inspiré de ce personnage célèbre pour son rôle dans L'Échappée

UN TALENT ENCORE CACHÉ
Fils du chanteur Michaël Girard et frère de Tom-Éliot Girard (La Voix 2020), Sam-Éloi a, comme eux, l’amour de la musique. Lui s’est tourné vers le rap. «La covid ralentit mes projets, explique le jeune artiste. J’écris encore des paroles, j’essaie de trouver mon flow (manière de débiter les paroles). J’ai enregistré quelques affaires. Je ne me mets pas de pression à savoir si ça va sortir un jour ou pas. Mais, si je lance un album, j’aimerais que ce soit solide et que ça fonctionne. Alors, je prends mon temps. J’écris, je récolte les beats et, plus tard, je dévoilerai des petits trucs. J’aimerais, un jour, montrer aussi cette facette de moi.» 


L’OISEAU A QUITTÉ LE NID
Sam-Éloi a eu 18 ans en novembre et a quitté récemment le nid familial. «Je suis en appartement depuis environ deux semaines, confie l’artiste. Je suis installé dans le centre-ville de Montréal, au 21e étage d’un immeuble; j’ai une superbe vue! Au début, j’hésitais... J’ai pensé emménager avec des colocs, mais finalement, j’ai décidé de déménager seul. Comme un grand garçon! (rires)» 

Au départ, ses parents n’étaient pas chauds à l’idée. «Nous sommes une famille tissée serré. Ma mère a mis du temps à accepter mon départ. Mais puisque je leur avais fait part depuis quelque temps de mon désir d’avoir un appartement, ils ont pu se faire à l’idée... Il y a quelques jours, ma mère est venue à mon appartement et elle était un peu nostalgique... Elle ne parlait pas beaucoup. Mais mes parents m’encouragent, ils sont contents pour moi, car ils voient que je suis heureux.» 

Sam-Éloi ne pourra donc pas être accusé d’être un Tanguy, un jeune adulte qui prend racine à la maison. «Je suis mature quand il le faut. J’ai bien sûr des petits moments d’immaturité — je n’ai que 18 ans! —, mais je suis capable d’être responsable. Je dois avouer que j’appelle encore ma mère pour savoir à quelle température je dois mettre le four! (rires) Sinon, je ne vis pas de relation amoureuse. Ça fait déjà une bonne année que je n’ai pas été en relation sérieuse avec une demoiselle. Je prends mon temps, je ne suis pas pressé; les sentiments viendront un jour!»      

L’Échappée est en ondes les lundis à 20 h, à TVA.

À VOIR AUSSI: 16 vedettes qui ont un talent caché

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus