Épanouie, Karine Champagne a pris un virage important | 7 Jours
/magazines/lasemaine

Épanouie, Karine Champagne a pris un virage important

Image principale de l'article Épanouie, elle a pris un virage important
Photo : Sebastien Sauvage

L’ex-journaliste est plus radieuse que jamais! Et la métamorphose de Karine Champagne ne se résume pas à son look funky et à ses cheveux blancs assumés; elle est bien plus profonde que ça. Son intérieur et son extérieur vibrent littéralement au même diapason.

• À lire aussi:
Anick Lemay fait une «montée de lait» hilarante à propos de ses hormones et celles de son adolescente

• À lire aussi:
Daniel Melançon adopte un nouveau look et il est méconnaissable

Karine, votre nouveau look vous va à ravir!
Merci! Mes cheveux étaient blancs depuis des annés, et j'ai vu là l'occasion de faire une belle transition étant donné la fermeture des salons de coiffure lors du premier confinement, en mars dernier. Cette transformation physique m’a donné un élan extraordinaire. Je m’amuse beaucoup en portant de grosses boucles d’oreilles ou des vêtements de couleur! Je me permets de jouer avec mon look, chose que je ne faisais pas auparavant.

Ce changement reflète-t-il un cheminement plus profond?
En effet, oui. En 2011, j’ai fait une dépression, et grâce à mes démarches en développement personnel, je me suis relevée de cette épreuve. Me questionner sur la vie, ça a toujours fait partie de moi. J’ai grandi aux côtés d’une mère un peu flyée, qui vendait des produits naturels et organisait des ateliers de respiration consciente les week-ends. La maladie m’a permis de renouer avec ce côté de ma personnalité, d’ouvrir une porte qui était fermée depuis plusieurs années.

Et qu’avez-vous découvert en ouvrant cette porte?
Des questions! (rires) Qu’est-ce que je veux dans la vie? Où je me vois dans 10 ans? À l’époque, je travaillais comme journaliste à TVA et je n’avais plus la flamme. Je me suis demandé: «Est-ce cela que je me souhaite dans le futur?» J’ai donc donné ma démission en 2015.     

Photo : Frederic Auclair / TVA


• À lire aussi: Rachid Badouri ouvre les portes de son intimité lors d'une entrevue émouvante à La Tour

Il faut du courage pour entreprendre un tel virage!
Est-ce plus courageux de rester dans son inconfort ou d’amorcer le changement? Avant de donner ma démission à TVA, j’ai demandé à mon chum: «Es-tu correct avec la possibilité qu’on doive déménager?» Il m’a dit qu’il était prêt à renoncer à notre maison, que ce n’était que du matériel. Je me suis lancée, car mon bonheur était plus important que la sécurité d’un emploi qui ne me faisait plus vibrer.

Tant de gens ont peur du changement. Que leur diriez-vous?
Je les comprends. C’est rassurant d’avoir un futur prévisible, de savoir ce qui nous attend, alors on n’ose pas trop se brasser la cage... même si la cage n’a pas vraiment de cadenas! Plus on essaie de garder le contrôle sur notre vie, plus on se coupe de belles opportunités que l’univers peut nous apporter. Il faut faire de la place pour la nouveauté, et ce n’est pas obligé d’être un changement aussi radical que le mien! On peut modifier petit à petit son quotidien.

L’exercice a aussi joué un rôle important pour devenir la personne épanouie que vous êtes aujourd’hui, n’est-ce pas? Oui. Lorsque j’étais coincée, pognée dans la bouette jusqu’au cou, je me suis demandé ce que je pouvais faire pour changer mon énergie. J’ai commencé à marcher, 10, 15, puis 30 minutes par jour. Tout le monde sait que le mouvement, c'est excellent pour la santé physique, mentale et énergétique, alors pourquoi on ne l’applique pas au quotidien? 

Et aujourd’hui, vous mettez ce que vous avez appris au service des autres, puisque vous êtes coach de vie...
Je suis une communicatrice dans l’âme! Même si j’ai quitté le journalisme, mon désir de partager mes découvertes est toujours présent en moi. Trop longtemps, j’ai cherché le bonheur à l’extérieur de moi, alors qu’il suffisait de changer la vision que je porte sur ma vie.

Photo : Sebastien Sauvage

• À lire aussi: Pepe Muñoz se confie sur son parcours et ses projets

Que voulez-vous dire?
Je vais vous donner un exemple concret. L’an dernier, ma mère est décédée subitement après avoir fait une chute dans l’escalier chez elle. Au lieu de partir en voyage en Floride, elle est partie pour l’au-delà. J’ai choisi de vivre son départ avec gratitude, en me concentrant sur le fait qu’elle est partie rapidement, sans trop souffrir. Encore aujourd’hui, quand je pense à elle, je me considère comme choyée de l’avoir eue dans ma vie. Tout est une question de perception. Cela dit, il m’arrive d’avoir de mauvaises journées, comme tout le monde, mais j’en suis consciente et je me questionne sur ce que je pourrais faire pour changer la situation, pour aller mieux.

Vos garçons partagent-ils cette façon de penser?
À 21 et 15 ans, mes gars font semblant de ne pas m’écouter, mais je sais que mes messages passent, ici et là! (rires) Par exemple, la semaine dernière, mon plus vieux m’a dit qu’il se questionnait, à savoir comment il pourrait être aussi attentif lors de ses cours en ligne au cégep que lorsqu’il joue sur sa console vidéo. Vous dire la fierté que j’ai ressentie... J’essaie de ne pas les bombarder de conseils en développement personnel, mais plutôt de leur glisser de petites infos de temps en temps, afin qu’ils aient les outils nécessaires pour prendre leur bonheur en main.

En terminant, quels sont vos projets, Karine?
Je prépare un livre: La poussière peut attendre!. La poussière, c’est une image qui représente toutes les fausses priorités qu’on se crée dans la vie, mais qui ne sont pas source de joie et de bonheur. Le lancement aura lieu ce printemps. Et je poursuis toujours mes coachings sur Internet. Et pour le reste, je suis ouverte à toute possibilité.      

Pour en savoir plus sur la sortie du livre de Karine Champagne, La poussière peut attendre!, ou la contacter pour s’informer sur ses activités de coaching de vie, rendez-vous sur karinechampagne.ca.

À VOIR AUSSI: 21 personnages que vous aviez probablement oubliés dans la série Catherine

s

À VOIR AUSSI: Les 31 morts les plus marquantes de la télévision québécoise

s


 

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus