Tout ce qu’il y a à savoir sur la nouvelle série de Simon Boulerice | 7 Jours
/magazines/echosvedettes

Tout ce qu’il y a à savoir sur la nouvelle série de Simon Boulerice

Image principale de l'article Tout ce qu’il y a à savoir sur la nouvelle série
Photo : Karljessy / TOU.TV EXTR

La série jeunesse Six degrés débarque sur l'Extra de Tou.tv. Bienvenue dans l'univers de Léon, un jeune de 16 ans presque entièrement non voyant, qui doit s'acclimater à une nouvelle vie après le décès de sa maman.

• À lire aussi: À vos manettes | Simon Boulerice

• À lire aussi: Simon Boulerice révèle qui est l'artiste qu'il aimerait le plus interviewer

Simon Boulerice - L'auteur   

Photo : Karljessy / TOU.TV EXTR

 

Léon (Noah Parker) est un adolescent de 16 ans dont la vision se limite à six degrés, comme s’il regardait la vie par le trou d’une paille. Élevé à la campagne par sa mère (Catherine Trudeau) — qui l’a couvé et a fait l’école à la maison —, il doit s’acclimater, après le décès de celle-ci, à la ville, à un univers fami- lial inconnu et à des frères et sœurs qui lui sont étrangers de même qu’à un nouveau quotidien au sein d’un établissement scolaire. 

C’est l’auteur et dramaturge Simon Boulerice qui signe cette nouveauté. Il s’était déjà fait les dents comme scénariste pour la télévision avec les séries Tactik et Passe-Partout. Mais, avec Six degrés, il s’agit de sa toute première fiction au petit écran en solo.

À travers ses personnages, il fait l’éloge de la différence... sans pour autant contribuer à la marginaliser, au contraire! «C’est la continuité de mon univers littéraire. Florence et Léon, c’était, à la base, un album. Et j’ai pris l’étincelle, l’idée d’une rencontre entre quelqu’un qui est malvoyant, Léon, et une femme qui a la fibrose kystique. J’ai rajeuni mes personnages; ils ont 16 ans et ils se rencontrent dans une école, explique Simon. J’aime toujours déplacer le projecteur sur des gens qu’on remarque peut-être un peu moins.»      

Photo : KarlJessy / TOU.TV

INSPIRÉ PAR UN AMI
C’est un de ses meilleurs amis, qui est tou- jours dans sa vie, qui lui a inspiré Léon. «Et je trouvais important de l’inclure dans le projet. Il a donc été conseiller scénaristique. Il est même allé sur le plateau pour diriger Noah Parker, qui joue Léon.» 

Il y a beaucoup de choses qui se passent à l’école, mais l’histoire se déroule d’abord et avant tout dans cette famille où ça fourmille. «C’est une maison bruyante, il y a de tous les âges... Hervé Baillargeon, le réalisateur, a fait des comparai- sons: il disait que c’est une famille à laquelle il voudrait qu’on s’attache autant qu’à celle à laquelle on a pu s’attacher dans Les Parent. C’est une famille un peu chaotique, où il y a beaucoup de bienveillance et d’amour.» 

IL JOUE UN PROF... AUQUEL IL REND HOMMAGE!
Dans la série, Simon Boulerice incarne Antoine Beaulieu, un des professeurs de Léon. «J’ai eu envie de me faire un cadeau et de rendre hom- mage au dramaturge Serge Boucher, qui a été mon professeur de français à deux reprises, en troisième et cinquième secondaire. Il a été telle- ment important pour moi! Il m’a beaucoup valo- risé. Il m’a donné envie d’écrire. Mon personnage est directement inspiré de lui.»

Alexandre Goyette - Francis, le père de Léon     

Photo : KarlJessy / TOU.TV

 
• À lire aussi: Alexandre Goyette vit un tournant dans sa carrière d'acteur

Il incarne Francis, le père de Léon. Il a aussi quatre autres enfants: Ricardo (Anthony Therrien), fils de Julietta (Francesca Bárcenas), né d’une précédente union, ainsi que Bélinda, Humberto et Lola (Evelyne Laferrière, Esteban Wurtele et Lohann Phouthakhanty), qu’il a eus avec sa conjointe. «C’est un papa à la maison qui a des contrats de photo de temps en temps. Il se consacre à sa famille.» Puis Léon débarque dans sa vie. «Francis a eu une relation qui date de loin avec Marianne (Catherine Trudeau); ils ont eu un enfant, et elle a choisi de l’élever toute seule. Ç’a été son choix à elle. Et parce que Léon a un problème de vision, elle l’a élevé dans une bulle; il a été protégé du monde. Dans une grande famille, on ne peut pas faire ça», explique Alexandre. 

L’arrivée de Léon chez les Fournier-Espinoza bouscule les choses. «Léon était le centre de l’Univers, mais les quatre autres enfants de Francis sont, chacun à sa façon, des univers. Dans la maison, il y avait une salle de jeux, mais Léon s’est installé là, alors elle n’existe plus. Ça ne fait pas l’affaire de tout le monde! Les choses changent. Mais Francis est très résilient et assume ce rôle parental qu’il a à jouer dans la vie de Léon.» 

Le comédien a bien aimé tourner avec des jeunes. «Ils sont beaux, brillants, ils ont du talent et de la personnalité! Je les aime, toute la gang! J’ai eu beaucoup de plaisir, admet-il. Ils venaient me voir pour des conseils. Je me retrouvais, à 42 ans, après 18 ans de métier, à me faire demander si leur jeu était correct. C’était touchant.»

Francesca Bárcenas - Juliette Espinoza, la belle-mère de Léon      

Photo : KarlJessy Jomphe / TOU.TV

En sortant de l’école de théâtre, Francesca Bárcenas avait joué une jeune maman, mais cela faisait longtemps qu’elle n’avait pas été mère à l’écran! Celle qu’elle incarne, Julietta, est moderne, et sa carrière est importante: elle possède une boutique de maillots. Physiquement, celle qui a été élue Miss Guadalajara dans son pays d’origine, le Mexique, aime bien paraître. «Julietta sait qu’elle est une belle femme, et la séduction est un outil qui l’a sortie de sa précarité. Donc, elle comprend la force de l’apparence physique.» 

Julietta est une bonne maman, même si elle n’est pas toujours en accord avec sa fille Bélinda. Léon et elle s’apprivoisent bien. «Mais ils vont devoir s’adapter.» 

La comédienne n’est pas peu fière de jouer la matriarche d’une famille nouveau genre, qui est un modèle de diversité! «Simon écrit vraiment de beaux personnages et de belles histoires, où tout n’est ni noir ni blanc. Il nous amène dans des zones colorées, différentes. On n’est pas juste une chose dans la vie, mais on a tendance à nous mettre dans des moules parce que ça nous sécurise... Et je trouve que dans cette série-là, il y a quelque chose de rafraîchissant, et les personnages sont complexes.» 

Par ailleurs, Francesca travaille en ce moment avec le Théâtre français de Toronto. Elle devait signer sa première mise en scène avec le spectacle jeunesse Les Zinspiré.e.s. «Là, on est en train de voir comment on va filmer ce théâtre-là de manière sexy pour que les jeunes écoutent ce qu’on a à proposer et que ça leur donne ou redonne le goût de venir au théâtre.»

Evelyne Laferrière - Bélinda, la demi-soeur de Léon   

Photo : KarlJessy Jomphe / TOU.TV

 

À 19 ans, la comédienne Evelyne Laferrière joue une adolescente de 15 ans en chair dont l’image ne correspond pas, à son grand dam, à celle des influenceuses au «corps parfait» qu’on trouve sur Instagram. Mais, grâce à sa forte personnalité, elle arrive à s’affirmer. «J’ai déjà eu 15 ans, alors je comprends ce qu’elle vit, note la jeune actrice. 

En tant qu’ado qui était en surpoids, ce sont des problématiques que j’ai dû gérer. Mais ce que je trouve le fun avec Bélinda, c’est qu’elle ne va pas se laisser abattre; elle va faire de ça son atout. Elle va vouloir apprendre à s’accepter comme elle est et va inspirer plein d’autres jeunes filles à faire comme elle. Ça fait vraiment du bien de voir une série qui parle de grossophobie, mais qui ne fait pas de l’ado en surpoids une victime. Bélinda a envie de changer le monde. J’aurais aimé avoir autant d’ardeur à 15 ans!» 

Bélinda est heureuse de l’arrivée de Léon. «C’est une nouvelle personne dans sa vie; elle va s’en réjouir. Elle va devenir un peu protectrice avec lui.» Quant à Evelyne, elle est toujours aux études: elle est en théâtre au niveau collégial et aimerait faire l’École nationale.

Denis Houle - Bernard, le grand-père de Léon      

Photo : Frederic Auclair / TVA

Il incarne le grand-papa maternel de Léon. Sa porte était ouverte pour que son petit-fils vienne vivre avec lui, mais Léon a préféré aller habiter chez son père. «Le grand-père a trouvé ça difficile, parce qu’il croyait qu’il en aurait la garde. Il a abdiqué», raconte Denis Houle. Mais son personnage n’est pas en conflit avec Francis et sa famille. Il est même assez près d’eux. «C’est certain que Léon va en vouloir un peu
à son grand-père, qui ne lui disait pas toute la vérité concernant ses origines, mais l’amour aura le dessus.» 

Denis est rendu à jouer les grands- pères. «Je vais avoir 60 ans cette année. Ma conjointe et moi, on a bien hâte que nos deux filles, qui ont 28 et 25 ans, nous fassent des petits-enfants!» 

 

Les 13 épisodes de 30 minutes de la série Six degrés sont maintenant en ligne sur l’Extra de Tou.tv.

À VOIR AUSSI: 21 personnages que vous aviez probablement oubliés dans la série Catherine 

s



À VOIR AUSSI: Les premiers baisers les plus attendus de la télévision québécoise

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus