La Maison-Bleue | Un véritable fiasco! | 7 Jours
/magazines/tvhebdo

La Maison-Bleue | Un véritable fiasco!

Mercredi 10 mars à 21 h, Radio-Canada (Finale de la saison 1)

Arsenault, le président Hamelin et Karine (Simon Beaulé-Bulman, Guy Nadon et Geneviève Schmidt) arriveront-ils à se sortir de cette délicate situation?
Photo : Bertrand Calmeau

Arsenault, le président Hamelin et Karine (Simon Beaulé-Bulman, Guy Nadon et Geneviève Schmidt) arriveront-ils à se sortir de cette délicate situation?

Les partis d’opposition ayant voté contre le projet d’échange avec la Floride, le président Hamelin est forcé d’imposer un référendum. Convaincus qu’ils l’emporteront haut la main, Hamelin et son clan comprennent trop tard qu’ils ont été bernés par les États-Unis. Comment se sortir du guêpier sans perdre la face? 

Il y a quelques mois, la popularité du président Jacques Hamelin était en chute libre. Président de la République du Québec, il craignait d’être celui qui allait anéantir le projet de société et ramener le Québec au sein de la Confédération canadienne. L’appel du président américain Lester P. Richards est venu tout changer... Celui-ci a demandé à Hamelin de lui céder une partie du nord du Québec en échange des comtés de la côte est de la Floride. Depuis, le président Hamelin a peine à y croire. L’annonce de cet échange avec la Floride lui a permis de remonter dans les sondages et de regagner la faveur des électeurs. Quand les partis d’opposition ont voté contre le projet, Hamelin croyait que son plus gros défi serait de lancer un référendum, mais un appel d’Antoine Arseneault, son principal conseiller, le force à se rendre compte qu’il a signé un pacte avec le diable en faisant affaire avec le président Richards...

Le président Lester P. Richards (Bruce Gregory Dinsmore) a manifestement le gros bout du bâton dans l’entente.

Photo : Bertrand Calmeau

Le président Lester P. Richards (Bruce Gregory Dinsmore) a manifestement le gros bout du bâton dans l’entente.

Trop tard pour reculer

L’entente avec les États-Unis a été signée sans que toutes les clauses soient lues et comprises par chacune des parties. Gilbert Boudreau, qu’on sait maintenant être analphabète, est en partie responsable du fiasco, mais ce dernier est devenu une célébrité depuis que les gens ont découvert son secret. Impossible pour le président Hamelin de rejeter le blâme sur lui sans offusquer la population. Peu importe l’angle sous lequel il analyse la situation, Hamelin réalise qu’il s’est fait berner et que si l’entente se conclut, il sera le grand perdant dans cette affaire.

L’annonce qu’une partie de la Floride deviendra un territoire québécois a été faite en grande pompe dans les médias. Hamelin n’a jamais été aussi populaire. Il est donc impossible pour lui de faire marche arrière. Il sait aussi très bien qu’il ne peut demander au président Richards de rouvrir l’entente, qui a déjà été signée. Une réunion d’urgence est donc planifiée entre le président Hamelin, le conseiller Arsenault et Karine, la responsable des communications. Ensemble, ils tentent de trouver une solution au problème. Hamelin ne peut avouer publiquement que les détails de l’entente ne sont pas ceux qu’ils avaient compris au départ. Il lui faut continuer à faire comme si tout allait pour le mieux, alors que dans les faits, c’est tout le contraire. Comment pourra-t-il se sortir de cette impasse sans perdre la face et devenir la risée de tout le pays? Le mieux ne serait-il pas de perdre le référendum? Avec tous les appuis qu’il a en ce moment et l’effervescence de la population, qui prépare déjà ses vacances en Floride, la victoire semble assurée...

Une surprise pour célébrer la victoire!

Après les aveux de Mireille au sujet de sa liaison avec Aaron, son professeur d’anglais, le couple présidentiel a frôlé la rupture. Depuis, Jacques et Mireille se sont réconciliés et ont compris qu’il leur fallait s’accorder des moments d’intimité et faire plus attention l’un à l’autre. 

Mireille ignore tout des problèmes de Jacques. Elle ignore même que l’entente n’est pas aussi avantageuse qu’elle y paraît. Elle rêve déjà à sa nouvelle demeure en Floride et ne peut imaginer autre chose qu’un succès. Pour célébrer la victoire de son mari, le soir du référendum, Mireille a donc l’idée de lui organiser une grosse surprise, le genre de surprise que personne n’oubliera et qui marquera cette importante étape dans la présidence de son mari. Elle organise les choses en secret et croit qu’on ne pourra rien lui refuser. Mireille découvre malheureusement que son statut de première dame et d’ex-duchesse du Carnaval ne peut lui ouvrir toutes les portes... 

Mireille (Anne-Marie Cadieux) est déçue d’apprendre qu’elle n’a pas davantage de privilèges en tant que première dame.

Photo : Bertrand Calmeau

Mireille (Anne-Marie Cadieux) est déçue d’apprendre qu’elle n’a pas davantage de privilèges en tant que première dame.

Une famille aux opinions partagées 

Le geste de Gabrielle (Anyjeanne Savaria) est-il une trahison?

Photo : Bertrand Calmeau

Le geste de Gabrielle (Anyjeanne Savaria) est-il une trahison?

Gabrielle annonce à ses parents qu’elle a choisi de faire campagne aux côtés du Bloc canadien dans cette campagne référendaire. Pour elle, échanger le Nord québécois contre une partie de la Floride est une catastrophe. Gabrielle n’en est pas à sa première divergence d’opinions avec son célèbre père. Pour Mireille, il s’agit là d’une trahison. Elle ne comprend donc pas pourquoi Jacques réagit aussi sereinement à la décision de leur fille.

À lire aussi

Et encore plus