À 38 ans, Pascale Picard retourne sur les bancs d’école | 7 Jours
/magazines/echosvedettes

À 38 ans, Pascale Picard retourne sur les bancs d’école

Image principale de l'article Pascale Picard retourne sur les bancs d’école
Dario Ayala / Agence QMI

La chanteuse et musicienne Pascale Picard est de retour sur les bancs d'école. L'artiste, qui travaille à son prochain disque, ajoute un nouvelle corde à sa guitare en suivant une formation en animation radio. Un nouveau défi pour la maman d'une fillette, qui maintenant concilier école et famille.

• À lire aussi:
Marc-André Grondin songe à animer à la radio comme son défunt père

• À lire aussi: France D’Amour animera à la radio

Dans les mois à venir, Pascale Picard passera ses journées sur les bancs d’école, au Collège radio télévision de Québec, aussi connu comme l’École nationale de radio. «J’ai déjà fait de la radio pendant un an, à Rock 100,9, à Québec. Avec la musique, j’ai fini par avoir de la misère à gérer mon temps et à mener les deux métiers de front. À un certain moment, j’ai aussi senti qu’il me manquait des notions de base pour être à l’aise à l’animation. Être animatrice radio, c’est un métier. Je caressais l’idée d’en refaire, mais je n’osais pas trop y rêver. S’il n’y avait pas eu la pandémie, jamais je ne serais retournée à l’école. J’aurais continué à faire de la musique.» 

UNE NOUVELLE RÉALITÉ
La chanteuse et musicienne était en fin de tournée quand la pandémie est survenue. Plus les mois avançaient, moins elle voyait comment et quand la machine allait repartir pour les spectacles. Elle s’est dit que le moment était propice pour suivre une formation de six mois en animation radio, qu’elle a entamée le 26 janvier dernier. Mis à part quelques cours à distance, l’essentiel de sa formation est en présentiel. «Retourner à l’école à 38 ans, je trouve ça excitant! Je me trouve privilégiée aussi, parce que j’ai des cours en présentiel. Ça me permet de voir des gens, d’interagir avec d’autres personnes que celles de ma bulle familiale. C’est sûr que ce sont des défis. On fait beaucoup de pratique. La première journée, on a fait une émission de radio. Après, on nous a expliqué pourquoi ce n’était pas bon. (rires) Je suis habituée à faire des choses que je connais depuis plusieurs années. Là, j’arrive dans un milieu où je ne suis pas excellente du premier coup. Mais je trouve ça le fun. C’est sûr que c’est exigeant, parce qu’il faut que je concilie tout ça avec un enfant de trois ans et demi (Léonie), des horaires de garderie et la préparation de mes cours. Je ne dis toutefois pas que je réoriente ma carrière, parce que je reste dans la même branche.» 

De son côté, son mari, le musicien Marc Chartrain, tire bien son épingle du jeu malgré la crise. «Il réalise beaucoup de disques. C’est sûr qu’il y a moins de spectacles. Il accompagne plusieurs artistes comme batteur. Il devait d’ailleurs partir en tournée européenne avec Beyries, mais c’est reporté pour l’instant. Toutefois, il réussit quand même à travailler.» 

Pour sa part, Pascale a fait un spectacle extérieur dans la région de Québec en septembre, juste avant qu’il y ait un reconfinement. «Les gens sont venus me voir après le spectacle pour me dire que ça leur avait fait du bien. On le sentait aussi sur la scène, et ça faisait du bien. J’espère juste que les artistes vont passer au travers de cette crise pour continuer à créer quand ce sera terminé. Si tout le monde se réoriente, il n’y aura plus d’artistes pour faire des shows.»

• À lire aussi: Rebecca Makonnen à la barre d’une série pour mettre en lumière les communautés noires

DES CHANSONS EN FRANÇAIS
L’automne dernier, Pascale a commencé à travailler à un nouveau disque. Son dernier, The Beauty We’ve Found, remonte à 2018. «Ce sera quelque chose de complètement différent. J’ai fait quatre albums en anglais. Sur le dernier, j’ai décidé d’écrire une chanson en français (La tempête), mais ç’a été très laborieux. Je me suis dit que si j’avais envie d’en faire d’autres, il faudrait que je m’associe avec des auteurs. J’ai donc composé plein de mélodies et je les ai envoyées à différents auteurs et autrices, qui m’ont écrit des chansons. J’en ai enregistré quatre en français. On va voir comment tout ça évolue», raconte l’artiste qui, pour le moment, a bien du pain sur la planche! 


À VOIR AUSSI: 36 personnages oubliés de l'émission culte Radio Enfer   

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus