William de Star Académie revient sur la semaine la plus intense de sa vie | 7 Jours
/magazines/7jours

William de Star Académie revient sur la semaine la plus intense de sa vie

Image principale de l'article La semaine la plus intense de sa vie
PHOTO COURTOISIE/Productions Déferlantes

Le moins que l’on puisse dire, c’est que ça va vite en ce moment dans la vie de William Cloutier qui, du haut de ses 25 ans, vit de bien belles choses. Il y a d’abord eu l’annonce de son entrée à Star Académie, ensuite la naissance de son deuxième fils, Éloi, quelques heures après que son papa eut posé les pieds dans l’Académie à Waterloo. Entrevue avec celui qui a pu se précipiter d’urgence à l’hôpital et arriver juste à temps pour la naissance de son fils. «Que d’aventures!» dit d’entrée de jeu le jeune homme.

• À lire aussi: William de Star Académie est à nouveau père et voici les premières photos du bébé

• À lire aussi: Mariana Mazza adresse un message fort aux candidates féminines de Star Académie

William, comment ça va?
C’est fou: je suis né un 25 et j’ai 25 ans! C’est donc mon année chanceuse. J’ai toujours su qu’il allait se passer de grandes choses pour moi durant cette année-là. Mais je ne pensais pas que tout allait arriver en même temps et encore moins dans la même semaine! 

Justement, comment résumerais-tu la dernière semaine?
Ce fut probablement la semaine la plus intense de ma vie. Je vis de grandes choses en ce moment et, en plus, ça se fait sous l’œil du public. C’est étrange de vivre des moments très personnels et de les partager avec le Québec en entier. Tout ça me donnait le vertige au début, mais il faut ce qu’il faut. J’ai été là à 100 % quand est venu le temps d’aller rejoindre ma blonde. J’étais présent pour la naissance de mon fils, Éloi. C’est un petit bébé charmant. J’ai pu profiter entièrement de ce moment-là et ce fut très émotif. Je ne suis pas redescendu sur terre, je suis encore un peu dans ma tête. Surtout que, selon mes calculs, j’avais une semaine tampon entre mon entrée à Star Académie et la venue de mon fils. Mais mon fils avait calculé ça autrement. Ç’a été intense de vivre les deux en même temps. 

Tu as pu assister à l’accouchement de ta blonde... Quel souvenir gardes-tu?
J’étais tellement heureux de pouvoir assister à ce moment bien spécial. En raison de la pandémie, je portais quasiment un suit d’astronaute: un ensemble, des lunettes et un masque. Quand je suis arrivé à l’hôpital, on m’a tout de suite fait passer un test covid, et ma blonde aussi. On a eu le résultat assez rapidement, ce qui a permis une certaine souplesse par la suite. Aussi, ce qui était important pour moi, c’était de ne pas apporter le virus à l’Académie. À mon retour, il a donc fallu que je prenne des mesures et que je me tienne loin des autres. 

Est-ce que ç’a été un choix difficile de participer à Star Académie, sachant que tu laissais derrière toi ta petite famille?
Quand ma blonde est tombée enceinte, je savais que ça risquait d’arriver. Ensuite, j’ai traversé les étapes de sélection vers Star Académie. Ma blonde et moi, on s’est dit que nous allions y aller une étape à la fois. Quand j’ai vu que je me rapprochais du moment où j’obtiendrais une place dans l’autobus, je savais que je risquais de ne pas être avec ma famille les premières semaines suivant la naissance de mon fils. On en a parlé et on a pris la décision que, si la porte de Star Académie s’ouvrait, je devais y aller. Pour ma blonde et pour moi, il était clair qu’une telle expérience allait améliorer ma carrière artistique et que ce serait bon pour notre famille. En même temps, je veux montrer à mes deux fils qu’il est important d’aller au bout de ses rêves. Je veux être un père modèle et celui qui n’a jamais abandonné.

• À lire aussi: Érik de 2Frères a déjà tenté sa chance à Star Académie

• À lire aussi: Star Académie: Shayan sous le choc et reconnaissant d’avoir été choisi par le public

Est-ce difficile pour Sara de gérer la petite famille toute seule?
C’est certain que oui, mais elle m’a demandé de rester à Star Académie longtemps pour que tous les compromis que nous faisons en vaillent la peine. J’ai des nouvelles d’elle, et notre nounou à L’Académie me permet d’envoyer de petits textos de temps en temps. Je veux m’assurer que tout va bien. Elle m’a aussi rassuré en me disant que nous avions un bébé facile. 

Est-ce difficile pour toi d’être loin de ta famille?
Oui, c’est difficile parce que je sais qu’en ce moment, je renonce à des moments avec mes deux fils qui ne reviendront pas. Je ne suis pas là pour la première semaine de vie de mon petit dernier. S’il faut que je manque ces moments-là, aussi bien que ça me serve à quelque chose. Je prends donc au sérieux tout ce qui se passe à Star Académie. Je veux apprendre, je veux que ces moments-là me permettent d’aller au bout de ma démarche artistique. Je compte bien rattraper les moments perdus avec ma famille quand je serai de retour à la maison. En ce moment, je m’ennuie beau- coup de mon fils Liam qui a quatre ans et à qui je raconte habituellement une histoire chaque soir. Il est plus conscient de mon absence, et ça me déchire. C’est plus lourd à porter.

Tu as deux enfants à 25 ans. Était-ce voulu d’avoir des enfants aussi rapidement?
Absolument pas. Notre garçon, Liam, a été une surprise pour nous! Nous étions si jeunes, ma blonde et moi. J’avais 20 ans et elle 19, mais ça faisait trois ans que nous étions ensemble. Ç’a toutefois été une bonne nouvelle pour nous, même si nous étions un peu perplexes, puisque nous étions en train de construire nos carrières; disons que ça remettait certaines choses en question. On s’est ajustés et on s’est lancés tête première dans ce beau défi. J’ai pu tout de même poursuivre mes études dans une école de théâtre, et ma blonde a ouvert sa garderie en milieu familial. Nous n’avons aucun regret. Pour nous, être parents, c’est une expérience fantastique!      


Retrouvez tous les Académiciens du lundi au jeudi, à 19h30, pour les émissions quotidiennes, et le dimanche à 19h pour le variété, sur les ondes de TVA et en simultané ou sur demande sur TVA+.

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus