Patrick Senécal dévoile tous les détails sur sa nouvelle série d'épouvante | 7 Jours
/magazines/tvhebdo

Patrick Senécal dévoile tous les détails sur sa nouvelle série d'épouvante

Image principale de l'article Tous les détails sur sa nouvelle série d'épouvante
Photo : Karine Dufour / CLUB ILLICO

Patrick Senécal, le maître du suspense québécois, a imaginé 10 récits troublants pour Club illico. Cinq de ces histoires à donner la chair de poule sont maintenant offertes aux téléspectateurs qui n’ont pas froid aux yeux!

• À lire aussi: Une bande-annonce à glacer le sang pour la série «Patrick Senécal présente»

• À lire aussi:
Une distribution impressionnante pour le nouveau projet de Patrick Senécal

Patrick, quel type d’histoires les téléspectateurs découvriront-ils dans cette série?
Les épisodes racontent des histoires de différents styles, dont l’horreur, le fantastique, le policier et l’humour noir. Mon écriture va dans plusieurs directions. Le point commun entre ces récits est le fait qu’ils sont sombres. 

Photo : Karine Dufour


Pouvez-vous nous en présenter quelques-uns?

Dans Par effraction, un homme pénètre dans une maison pour voler quelque chose, sans se douter que c’est le pire endroit pour le faire. Seule met en scène une fille, pas très adroite sur le plan social, qui déménage dans une ville où une série de meurtres est commise. Au cours d’Audition, un gars se présente à une audition de théâtre qui devient de plus en plus surréaliste. Dans Sans génie, un chanteur raté découvre dans un téléphone un génie qui lui accorde trois vœux. Quant à l’intrigue d’Interrogatoire, elle tourne autour d’une policière qui interroge un itinérant qui en sait beaucoup trop sur elle.

Avez-vous dû limiter les scènes terrifiantes?

Je suis capable d’imaginer des choses assez terribles, mais il est vrai qu’à la télévision, il faut y aller un peu plus mollo. Je dois quand même préciser que les producteurs n’ont pas été pointilleux sur ce plan. Seules deux ou trois de mes idées n’ont pas passé. En général, j’ai joui d’une grande liberté! Je n’avais pas non plus l’intention d’y aller avec du gros gore. Je visais plutôt des ambiances et des punchs surprenants. Je pense que, dans ce format, c’est plus efficace que des scènes hyper sanglantes.

Photo : Club illico


• À lire aussi: La nouvelle programmation de Club illico: 30 productions originales

Quel a été votre plus grand défi dans le fait d’écrire pour la télévision, vous qui êtes habitué au roman?
Le défi entre l’écrit et l’image est de montrer l’intériorité des personnages. Le format est aussi un défi en soi qui, je l’avoue, n’était pas facile. C’était la première fois que j’écrivais avec une contrainte de temps aussi précise, car chaque épisode devait avoir 22 minutes de contenu. Trouver une façon artistique d’y arriver a été un exercice intéressant.

C’est vous qui présentez chaque histoire aux téléspectateurs. Avez-vous aimé cette expérience?
Ç’a été très amusant à tourner. On m’a monté un très beau faux bureau — dommage que ce ne soit pas le mien! On m’y voit écrire et dire un petit mot à la caméra. C’est très court et ce n’est pas compliqué, car je ne suis pas un acteur. Par contre, j’ai trouvé difficile de me regarder par la suite, parce que je ne suis pas habitué à me voir dans ce contexte.

Photo : Zone3 / CLUB ILLICO


Étiez-vous sur le plateau pour vous assurer que la réalisation était au diapason de vos textes?
J’étais sur place une ou deux fois par semaine, surtout pour faire acte de présence à chaque épisode et rencontrer les comédiens.

La pandémie a-t-elle beaucoup compliqué les choses?

Pas tellement. J’ai toutefois dû mettre un épisode de côté pour en écrire un nouveau, car c’était impossible de le tourner en respectant les mesures sanitaires. Je le garde de côté pour une éventuelle deuxième saison.

Photo : Karine Dufour


Vous avez aussi tenu à réaliser vous-même un épisode...

Oui. Par contre, il ne sera pas dévoilé tout de suite. J’avais déjà travaillé comme réalisateur, mais jamais dans d’aussi bonnes conditions que celles que Club illico m’offrait. Puisque je n’ai pas encore énormément d’expérience, j’ai écarté quelques épisodes de ma liste de choix en raison de leur complexité. Par exemple, tourner avec des enfants ou réaliser une histoire qui demande beaucoup d’effets spéciaux représente des défis supplémentaires. L’épisode que j’ai réalisé s’intitule Vieux couple; c’est celui dont les images me venaient le plus facilement en tête.

Photo : Philippe Bosse

Les cinq premiers épisodes de Patrick Senécal présente sont actuellement disponibles sur Club illico.

À VOIR AUSSI: L’évolution des comédiens de L’Échappée

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus